Harun Yahya


Le début du regret éternel pour les incroyants : La mort




Toute âme doit goûter la mort. Nous vous éprouverons par le mal et par le bien [a titre] de tentation. Et c'est à Nous que vous serez ramenés. (Sourate al-Anbiya, 35)

La mort est considérée comme une fin et un anéantissement par ceux qui ne croient pas en l'au-delà. Pourtant c'est une perception erronée parce que la mort n'est pas une fin mais au contraire un début. Pour les croyants, c'est le commencement d'un paradis parfait et éternel sans maux ou imperfections. Pour les mécréants, c'est la transition à une vie en Enfer, où ils encourront une punition éternelle.

Ceux qui comprennent cette réalité connaissent, simultanément, une fin agréable ici-bas quand la mort se présente à eux et un commencement agréable dans l'au-delà. Les mécréants, quant à eux, affrontent un regret irrévocable pour avoir négligé la réalité dont ils avaient été avertis auparavant. Ils souffriront de ce regret à chaque moment de l'éternité et ne trouveront jamais de salut.

Bien qu'elle ne soit pas un sujet de réflexion approfondie pour la plupart des gens, la mort est une fin inévitable. Allah crée la mort comme une fin définie de cette vie d'ici-bas. Jusqu'ici, pas une seule personne n'a pu échapper à la mort. Les biens, la richesse, la carrière ou les amis proches d'une personne n'ont jamais pu l'empêcher de périr. Certes tout le monde sera frappé par la mort. Cela est exprimé dans plusieurs versets du Coran:

Où que vous soyez, la mort vous atteindra, fussiez-vous dans des tours imprenables. Qu'un bien les atteigne, ils disent: "C'est de la part d'Allah." Qu'un mal les atteigne, ils disent: "C'est dû à toi (Ô Mouhammad)." Dis: "Tout est d'Allah." Mais qu'ont-ils ces gens, à ne comprendre presque aucune parole? (Sourate an-Nisa, 18)

Dis: "La mort que vous fuyez va certes vous rencontrer. Ensuite vous serez ramenés à Celui qui connaît parfaitement le monde invisible et le monde visible et qui vous informera alors de ce que vous faisiez." (Sourate al-Djoumou'ah, 8)

Allah cependant n'accorde jamais de délai à une âme dont le terme est arrivé. Et Allah est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites. (Sourate al-Mounâfiqoun, 11)

Alors, est-ce qu'éviter la méditation sur la mort et la vie après la mort sauve les gens de cette réalité? Certainement pas! Etant donné que l'homme est impuissant face à la mort, la chose la plus raisonnable à faire est de se préparer pour l'au-delà et de réfléchir continuellement sur la vie après la mort comme notre Prophète a dit: "Réfléchissez beaucoup sur la mort. Allah ouvre le cœur de cette personne qui réfléchit beaucoup sur la mort et lui facilite la mort." (Hadith de Abu Huraira, Ramuz el-ehadis, Editions Gonca, Istanbul, vol. 1, p. 80/15)

Ceux qui négligent la réflexion sur l'au-delà en se laissant distraire par cette vie mondaine passagère sont surpris par la mort. Ceux qui disent "Nous devons profiter de la vie tant que nous sommes jeunes car nous aurons bien le temps de penser à la mort quand nous serons vieux" ne comprennent pas qu'ils n'auront peut-être jamais une telle occasion. Car la mort est prédestinée par Allah. Une personne peut mourir avant qu'elle ne vieillisse. Dans ce cas-là, ne faire des plans que pour l'avenir et remettre l'accomplissement des commandements d'Allah pour plus tard ne vont mener qu'à un regret terrible.

Ceux qui passent leurs vies éloignés d'Allah et qui se repentent seulement quand ils réalisent qu'ils sont proches de la mort ressentiront un tel regret. Mais, le repentir qui résulte de la crainte de la mort et qui ne porte pas l'intention sincère de se corriger et de se purifier n'est pas acceptée d'Allah. De telles personnes, qui préfèrent ouvertement cette vie malgré l'évidence de la mort, tentent désespérément de se sauver quand elles comprennent que la mort est imminente. Pourtant cela ne leur est d'aucun secours. Allah connaît leur manque de sincérité, parce qu'Il est plus près de l'homme que sa veine jugulaire. Il sait ce qui est à l'intérieur de l'homme, ses pensées les plus intimes et ses secrets les plus profonds. Nous lisons dans le Coran qu'Allah n'acceptera pas le repentir causé par la crainte de la mort au dernier moment:

Mais l'absolution n'est point réservée à ceux qui font de mauvaises actions jusqu'au moment où la mort se présente à l'un d'eux, et qui s'écrie: "Certes, je me repens maintenant" non plus pour ceux qui meurent mécréants. Et c'est pour eux que Nous avons préparé un châtiment douloureux. (Surat an-Nisa, 18)

Il est affirmé dans plusieurs versets que ces gens peu sincères reprennent bientôt leurs attitudes ingrates:

Si tu les voyais, quand ils seront placés devant le feu. Ils diront alors: "Hélas! Si nous pouvions être renvoyés [sur la terre], nous ne traiterions plus de mensonges les versets de notre Seigneur et nous serions du nombre des croyants." Mais non! Voilà que leur apparaîtra ce qu'auparavant ils cachaient. Or, s'ils étaient rendus [à la vie terrestre], ils reviendraient sûrement à ce qui leur était interdit. Ce sont vraiment des menteurs. (Sourate al-An'am, 27-28)

Pour cette raison, il serait erroné d'avoir un raisonnement fondé sur la pensée: "Je me repentirai quand le moment approprié viendra." Ce genre de pensées ne sauvera personne du tourment de l'Enfer. Alors si l'homme ne veut pas souffrir d'une punition éternelle pénible après la mort, il doit vivre dans ce but, sachant qu'il va de toute évidence rencontrer Allah et rendre compte de ses actes passés.


Le regret des incroyants au moment de la mort



Durant leur vie, on rappelle plusieurs fois aux gens l'existence du Jardin et du Feu et qu'ils doivent se préparer pour la vie après la mort. Pourtant, les mécréants font la sourde oreille à ces rappels. La raison principale du regret qu'ils éprouvent quand la mort les frappe est l'évidence qu'ils se sont menés eux-mêmes à leur propre destruction. Personne ne les a forcés; ce sont eux qui, par leur propre volonté, ont choisi cette fin redoutable pour eux-mêmes. Au moment de la mort, les mécréants commencent à souffrir du chagrin. La terrible crainte ressentie au moment de la mort n'est que la douleur initiale de ce tourment, qui est décrite dans le Coran comme suit:

… et que la jambe s'enlacera à la jambe, c'est vers ton Seigneur, ce jour-là que tu seras conduit. Mais il n'a ni cru, ni fait la Çalat; au contraire, il a démenti [le Qour'an et le Messager d'Allah Mouhammad] et tourné le dos [à l'Islam], puis il s'en est allé vers sa famille, marchant avec orgueil. "Malheur à toi, malheur!" Et encore malheur à toi, malheur! (Sourate al-Qiyamah, 29-35)

Néanmoins, l'on ne devrait pas oublier que ce sont les mécréants seuls qui souffriront de cette crainte. Les croyants, eux, sont remplis d'espoir puisqu'ils ont dédié toute leur vie à Allah. Les mécréants, d'autre part, éprouvent un énorme regret juste au moment où la mort les frappe. Or, ce regret ne peut en aucune façon les sauver de la punition car il est trop tard. Il est décrit dans le Coran que les âmes des mécréants seront arrachées dans une grande souffrance et avec grande difficulté.

... si tu voyais les Zhâlimoûn (injustes, malfaiteurs) lorsqu'ils seront dans les affres de la mort, et que les anges leur tendront les mains (disant): "Laissez sortir vos âmes. Aujourd'hui vous allez être récompensés par le châtiment de l'humiliation pour ce que vous disiez sur Allah d'autre que la vérité et parce que vous vous détourniez orgueilleusement des Ses Ayât (preuves, évidences, versets, enseignements, révélations...)."(Sourate al-An'am, 93)

Qu'adviendra-t-il d'eux quand les anges les achèveront, frappant leur face et leur dos? (Sourate Muhammad, 27)

Il est difficile de savoir exactement ce que les mécréants éprouvent au moment de la mort. Pourtant, Allah décrit cette situation de telle façon à ce que l'homme y réfléchisse et évite de connaître une telle fin. Les anges de la mort, comme les versets l'indiquent, arracheront les âmes des mécréants en frappant leurs visages et leurs dos. A ce moment-là, les mécréants souffriront d'une douleur physique accompagnée d'un regret profond puisqu'ils sauront qu'ils n'ont aucune possibilité de retour.

Au moment de la mort, l'homme prend conscience de ce qui lui arrivera. C'est le commencement de sa vie éternelle. La mort est seulement une phase de transition; c'est en fait le départ de l'âme en dehors du corps.

C'est au moment où ils souffrent le tourment lors de leur mort que les mécréants réalisent qu'ils seront sujets à une grande punition qui durera toute l'éternité. Ceux qui ont passé toute leur vie éloignés de la religion d'Allah commencent à implorer sincèrement le pardon et la sûreté d'Allah. Ils prient pour être renvoyés au monde, afin de faire de bonnes actions et de rattraper le temps perdu. Mais leurs désirs ne sont pas acceptables car ils "ont eu une vie assez longue pour recevoir l'avertissement"comme le verset l'indique. On leur avait annoncé l'existence des jardins du Paradis et ils ont aussi été avertis du feu de l'Enfer, mais ils ont intentionnellement tourné le dos à toutes ces vérités. Le Coran affirme qu'ils dénieront encore si on leur donne une autre chance:

... Puis, lorsque la mort vient à l'un d'eux, il dit: "Mon Seigneur! Fais-moi revenir (sur terre), afin que je fasse du bien dans ce que je délaissais." Non, c'est simplement une parole qu'il dit. Derrière eux, cependant, il y a une Barzakh (barrière), jusqu'au jour où ils seront ressuscités. (Sourate al-Muminun, 99-100)

Les incroyants ne se sont pas prosternés devant Allah, n'ont pas accompli Ses commandements, et ne se sont pas conformés à la moralité sublime. Il est décrit dans le Coran qu'ils ne pourront même pas se prosterner au moment de la mort:

Le jour où on leur découvrira une jambe et où ils seront appelés à la prosternation mais ne le pourront pas, leurs regards seront abaissés, et l'avilissement les couvrira. Or, ils étaient appelés à la prosternation au temps où ils étaient sains et saufs!... (Sourate al-Qalam, 42-43)

Un autre point amplifie le regret des mécréants qui, au moment de la mort, comprennent que les promesses d'Allah étaient véridiques. Les croyants en qui ils n'avaient pas eu confiance, et dont ils se moquaient, ne souffrent aucune des douleurs dont ils sont eux-mêmes victimes ce jour-là. Ils sont éternellement récompensés par la meilleure des récompenses pour avoir passé toute leur vie à rechercher de façon sincère l'agrément d'Allah. Leurs âmes sont recueillies "avec douceur" without any pain. (Sourate an-Naziat, 2)Les anges saluent les croyants et leur annoncent les bonnes nouvelles du Paradis.

Ceux dont les anges reprennent l'âme -alors qu'ils sont bons- (les anges leur) disent: "Salâmoun alaïkoum (Paix sur vous)! Entrez au Paradis, pour ce que vous faisiez."(Sourate an-Nahl, 32)

Il existe un autre tourment mental pour les mécréants: ils avaient eu les mêmes chances que les croyants ici-bas. Or ils ont volontairement échangé les bénédictions éternelles du Paradis contre les bénéfices temporaires de la vie mondaine. Bien qu'ils aient été avertis du fait que le monde était simplement une épreuve pour les hommes et que la vraie demeure était celle de l'au-delà, ils ont feint d'ignorer ce fait. Ils n'ont donc pas accompli les bonnes œuvres qui leur ouvriraient les portes du Paradis. Cependant, vivre d'après la moralité du Coran et être sincère ne sont possibles pour chacun que par une intention ardente. Penser à tout cela aggrave le regret des incroyants :

Nous lisons dans un verset:

Ceux qui commettent des mauvaises actions comptent-ils que Nous allons les traiter comme ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres, au cours de leur vie et après leur mort? Comme ils jugent mal! (Sourate al-Jathiyya, 21)

Autrement dit, chaque âme sera récompensée d'une manière appropriée, les bonnes par d'heureuses nouvelles et les mauvaises par des punitions chargées de courroux.

En outre, la crainte de savoir que l'Enfer est prêt à les recevoir intensifiera le regret éprouvé par les mécréants. Jusqu'alors, ils auront seulement expérimenté la souffrance de l'enlèvement de leurs âmes. Cette souffrance est un avant-goût de leur perte imminente.
Ce regret des incroyants qui commence avec la mort durera pour l'éternité. A chaque moment, chaque heure et chaque jour qui passent, ils resteront dans ce châtiment infini et ne seront jamais sauvés du regret.

Pourtant, c'est l'homme qui détient entre ses mains les moyens de ne pas souffrir d'un tel regret. Ce n'est pas qu'au moment de la mort que l'on devrait se rendre compte de cette vérité. Pour les croyants, la parole et la promesse d'Allah sont suffisantes. Après la mort, la justice d'Allah règne à coup sûr: les mécréants sont punis par le Feu et les croyants sont récompensés par l'accès aux jardins du Paradis.

Alors la chose la plus sage à faire pour une personne qui n'a pas encore été confrontée à la mort serait de chercher refuge auprès d'Allah et d'espérer Sa miséricorde. En plus, l'homme se devrait d'étudier attentivement le Coran, l'unique guide pour l'humanité qui mène au vrai chemin, pour arriver à le comprendre complètement et vivre d'après ses commandements. L'homme tirera profit de sa réflexion sur la réalité de la mort et sur sa proximité et pourra agir en conséquence, plutôt que d'éviter d'y penser.

Celui qui retourne vers Allah obtient son consentement ici-bas et dans l'au-delà et entre au Paradis, avec la satisfaction et l'agrément de son Seigneur.

Ô toi, âme apaisée, retourne vers ton Seigneur, satisfaite et agréée; entre donc parmi Mes serviteurs [honorés]. (Sourate al-Fajr, 27-30)

La voie pour être sauvé du regret et gagner le bonheur éternel est la réflexion sur la mort et sur l'au-delà et la soumission à Allah, le Créateur de l'homme.

Les chapitres du livre

Desktop View

 

 

iddialaracevap.blogspot.com ahirzamanfelaketleri.blogspot.com ingilizderindevleti.net