Harun Yahya


La Creation d’un Etre Humaina Partir d’une une Cellule



La transformation commence: les trois étapes du bébé dans l'utérus



Il est évident, à la suite des démonstrations précédentes, que chaque événement qui survient entre le moment de la formation du sperme et de l'ovule, et de leur rencontre est un miracle. Les changements qui s'opèrent après l'union de ces deux cellules ainsi que les préparations générales que subit le corps de la femme nous dévoileront d'autres merveilles.

Dans les heures qui suivent sa fertilisation par le spermatozoïde, l'ovule se divise et se développe rapidement. Aujourd'hui nous savons que le fœtus subit trois phases de développement embryonnaire dans l'utérus de la femme. Mais cette information, qui n'a été obtenue qu'après de longues années de recherche et grâce à l'aide de la technologie moderne, nous a été révélée il y a 1.400 ans dans le Coran:

... Il vous crée dans les ventres de vos mères, création après création, dans trois ténèbres. Tel est Dieu, votre Seigneur! A Lui appartient toute la royauté. Point de divinité à part Lui. Comment pouvez-vous vous détourner [de son culte]? (Coran, 39: 6)

Il faut remarquer que ce verset montre que le développement d'un être humain dans l'utérus de sa mère se fait en trois étapes. Effectivement, la biologie moderne a établi que le bébé, dans l'utérus de sa mère, passe par trois phases de développement comme indiqué dans ce verset.

C'est une information de base qui se trouve dans tous les livres d'embryologie utilisés dans les facultés de médecine. Par exemple, Basic Human Embryology, un livre de référence en embryologie, constate ceci:




baby



 




La vie dans l'utérus passe par trois étapes: (i) préembryonnaire: les deux premières semaines et demi; (ii) embryonnaire: jusqu'à la fin de la huitième semaine, et (iii) fœtal: depuis la huitième semaine jusqu'à l'accouchement.20

Ces étapes comprennent les différentes phases de développement du bébé et peuvent être résumées comme suit:

- Phase préembryonnaire: Dans cette première phase, l'ovule nouvellement fertilisé se multiplie. Pendant les trois premières semaines, et après être devenu un amas de cellules, il s'incruste dans la paroi de l'utérus. Les cellules continuent de se multiplier et forment trois couches.

- Phase embryonnaire: La deuxième phase dure cinq semaines et demi, pendant lesquelles le bébé est appelé embryon. Pendant cette phase, les organes et les systèmes de base du corps prennent forme à partir des couches de cellules.

- Phase fœtale: Lorsque la grossesse atteint la troisième phase, l'embryon est appelé fœtus. Cette phase commence à la huitième semaine de la grossesse et continue jusqu'à la naissance. Dans cette phase, qui se distingue des précédentes, il est possible de discerner la face, les mains et les pieds du fœtus qui acquiert l'apparence d'un être humain. Au début de cette phase, tous les organes du fœtus, qui mesure environ 3 cm, sont en place. Cette phase dure 30 semaines et le développement continue jusqu'à la semaine de la naissance.

Les étapes que nous venons de décrire brièvement ici et les développements merveilleux qui interviennent au cours de chaque étape seront expliqués plus en détails dans les pages qui suivent.


La première cellule commence à se multiplier



La cellule composée de 46 chromosomes, qui est formée par l'union du spermatozoïde et de l'ovule, est la première d'un nouvel être humain qui verra le jour dans neuf mois. La première et unique cellule qui contient le plan de construction de tout le corps, c’est-à-dire l’ovule fertilisée est appelée "zygote".
La première division de la cellule en deux autres cellules apparaît 24 heures après la fécondation de l'ovule. Ces deux cellules nouvellement formées sont identiques. Plus tard, ce nombre passera à quatre et continuera d'augmenter par divisions successives.21

Les cellules ainsi formées dans la trompe de Fallope continuent à se diviser, à se développer et à se diriger vers l'endroit où elles passeront les neuf prochains mois. Cette place est l'utérus de la mère.        

A ce stade, les changements nécessaires se produisent dans l'utérus. Le sang y afflue pour le renforcer et lui donner une certaine élasticité. Comme nous l'avons mentionné dans la section précédente, le corps jaune dans l'ovaire accroît sa sécrétion et informe le corps de la femme que la grossesse a commencé. Pendant ce temps, le zygote se déplace en nageant vers l'utérus et envoie un signal biochimique signalant sa présence. Ce message prépare le corps de la mère à répondre aux besoins du fœtus en sel, en fer, en sang et en vitamines. Au même moment, ce message biochimique (l'hormone hCG), atteint l'ovaire de la mère et provoque la sécrétion d'une autre hormone qui empêche une nouvelle ovulation (cycle menstruel) dans le corps de la mère.22

Il est extraordinaire que le zygote qui n'est encore composé que de quelques cellules sache déjà où il se trouve et envoie immédiatement des messages concernant la période de neuf mois qui va suivre. Comment le zygote sait-il à qui envoyer le message? Comment les différents organes qui reçoivent le message savent-ils qu'il provient d'un morceau de chair de dimension microscopique qu'ils n'ont jamais rencontré auparavant et commencent à l'aider en lui préparant l'environnement dans lequel il vivra? Après tout, l'hormone sécrétée par le zygote est composée de molécules; mais comment connaissent-ils leur rôle? Quand un message est envoyé à un être humain dans un langage qu'il maîtrise, il lui est possible de le lire, de le comprendre, et de prendre une décision sur la base de ce qu'il a compris. Mais dans ce cas, le message consiste en une hormone composée de quelques molécules; le message est envoyé par une collection de cellules; il est reçu par un nombre plus important de cellules. C'est certainement un miracle que les cellules soient à même de lire et comprendre les messages (hormones) qui leur parviennent de la même manière qu'un être humain comprend un message qu'il lit.




ovule cell




Après son union avec le spermatozoïde, l’ovule commence à se diviser. Après la première division, deux cellules sont formées. Le résultat des transformations subies par l’amas de cellules est la formation des structures vitales du bébé. Après la période passée par le bébé dans l’utérus de sa mère, il est préparé à tous les aspects de la vie dans le monde extérieur.




ovule cell




De plus, comment ce zygote peut-il savoir ce dont il aura besoin pour assurer sa croissance?

potassium, le phosphore et le calcium sur votre corps? Dans quels aliments les trouve-t-on? Quand devez-vous prendre tel aliment et en quelle quantité? Ce sont là des choses que vous ne pouvez pas connaître sans consulter un expert et les travaux scientifiques effectués dans ce domaine. L'être humain est capable de penser, de parler, de faire preuve d'intelligence et de sensibilité, et pourtant, vous ne pouvez trouver ces informations sans aide; alors qu'un minuscule amas de cellules connaît les substances nourricières dont il a besoin, comment les trouver, et comment déclencher leur production. De plus, il n'est dans le corps que depuis quelques jours, mais il sait déjà comment envoyer des informations chimiques et quels organes seront à même de traiter cette information chimique.

On ne peut décemment pas affirmer qu'un amas de cellules est capable de faire toutes ces choses. Il y a une force supérieure qui permet à ces cellules de réaliser leurs merveilleuses fonctions et qui les crée pour leur permettre de faire leur travail. Ce pouvoir appartient à Dieu, le seul Maître des cieux et de la terre. Comme preuve de Son éternel pouvoir, Dieu a inspiré à des cellules vivantes, microscopiques, inconscientes d'exécuter leur tâche pourtant si complexe à la perfection, d'une manière que le cerveau humain ne pourra jamais comprendre.


L'amas de cellules commence à se déplacer



L'amas de cellules se déplace vers l'endroit sûr qui lui a été préparé et continue à se diviser jour après jour. Une division se produit toutes les 30 heures. Se divisant par 2, 4, 8, 16, etc. graduellement, les cellules forment un amas qui se déplace avec les spermatozoïdes malchanceux et va lentement de la trompe de Fallope vers l'utérus.

Si on examine au microscope ce qui se passe dans la trompe de Fallope, on voit ce qui semble être le fond de l'océan. Cet amas de cellules peut continuer sa progression grâce au mouvement ondulatoire de la trompe de Fallope. Ce mouvement, qui a permis la fertilisation de l'ovule en poussant le spermatozoïde vers lui, transporte maintenant l'ovule vers l'utérus. Les cils vibratiles qui se trouvent à la surface des cellules de la trompe de Fallope se déplacent dans la même direction. De cette façon ils transportent l'ovule comme s'ils transportaient un objet précieux, vers le lieu où il doit aller.

Comme si tous les éléments impliqués dans cette fonction avaient reçu un ordre d'un même chef, ils travaillent en même temps pour réaliser le même objectif. Cet ordre est tel que différentes parties du corps le perçoivent et l'exécutent.

Pendant qu'il se trouve dans la trompe de Fallope, l'amas de cellules passe par plusieurs phases de division. Un amas d'environ 100 cellules entre dans l'utérus. Mais pour que la division s'effectue, il faut nourrir les cellules. Nous pouvons voir ici un autre miracle de la création de l'homme. Dieu a créé la trompe de Fallope pour répondre aux besoins du zygote. Elle est tapissée de cellules de sécrétion et de cellules en forme de cils. Les cellules de sécrétion produisent de grandes quantités de molécules organiques, d'ions et d'eau pour nourrir le zygote.24

Nous avons parlé jusqu'à présent des tissus et des organes qui protègent l'amas de cellules formé par l'union de l'ovule et du spermatozoïde, et qui prennent les mesures appropriées pour le nourrir. Il ne faut pas oublier que ces organes et tissus sont aussi composés de cellules. Alors comment une cellule peut-elle sentir les besoins d'une autre cellule et, au bon moment, opérer les changements nécessaires pour nourrir celle-ci et la protéger?

Quand on considère cette question, la première réponse qui vient à l'esprit est qu'il y a une intelligence qui contrôle les cellules. Personne ne pense à un conte de fée dans lequel "un jour les cellules commencent à changer par hasard et puis, on ne sait comment, elles deviennent capables de produire la nourriture exigée par le zygote, puis se mettent à entretenir ces merveilleux phénomènes qui se produisent chez toutes les femmes". Un tel raisonnement serait une pure fabulation. Les préparatifs que l'utérus fait pour héberger l'embryon et les caractéristiques particulières des trompes de Fallope qui leur permettent de nourrir le zygote sont des opérations qui n'existent que par la volonté de Dieu. Chacune de ces choses est une manifestation de la compassion et de la pitié que Dieu a pour chaque être vivant dans Sa création parfaite.


L'amas de cellules se fixe dans l'utérus



Pour que la grossesse continue de manière saine, l'amas de cellules doit trouver une place appropriée pour se fixer, offrant la protection nécessaire tout en ayant les caractéristiques qui faciliteront la naissance neuf mois plus tard. Un tel endroit doit de plus être près des vaisseaux sanguins de la mère qui fourniront la nourriture du bébé. La place la plus indiquée pour cette opération est la paroi de l'utérus.

L'amas de cellules qui avance de la trompe de Fallope vers l'utérus se déplace en étant conscient de ce qu'il fait. Pendant trois ou quatre jours il est dans la trompe de Fallope mais il ne tente pas de s'arrêter et de s'y fixer. Il sait qu'avant d'atteindre l'utérus, aucune place où il tenterait de se fixer ne l'accepterait ou ne lui permettrait de survivre. Il poursuit donc sa progression vers l'utérus où il trouve sur ses parois une place où les vaisseaux sanguins sont très denses et se fixe là. Comme une semence qui, plantée dans la terre, lance et multiplie ses racines, l'amas de cellules continue de se développer et, s'enfonçant profondément dans les tissus qui le nourrissent, produit pour lui-même de nouveaux vaisseaux pour sa nutrition.

A ce stade il est utile de noter un point important. Il est étonnant que l'amas de cellules soit capable de choisir la place la plus appropriée pour lui. Dans son livre Beginning Life, G. Flanagan se demande aussi comment l'amas de cellules fait cette étonnante sélection "prévisionnelle"?

Le point sur lequel Flanagan attire l'attention est très important. Pour illustrer cette importance, prenons d'abord un exemple. Imaginez un bébé qui commence tout juste à marcher. Vous mettez ce bébé dans un immeuble qui est des millions de fois plus grand que lui, et qu'il n'a jamais vu auparavant; puis vous vous attendez à ce que le bébé puisse trouver dans cet immeuble une chambre qui ait l'environnement le plus propice à son développement. Est-ce qu'un bébé peut faire ça? Certainement pas. Si cet exploit n'est pas possible pour un bébé qui n'a pas atteint l'âge d'utiliser ses capacités mentales, qui n’a pas l’expérience ou les connaissances nécessaires, qu'en serait-il d'un morceau de chair de quelques centimètres, errant dans le vide sombre du corps, qui doit trouver la place la plus appropriée, la plus confortable et la plus sûre pour s’y installer?

De plus, cet amas de cellules n'est pas encore un être humain. N’oublions pas que ce dont nous parlons ici est un morceau de chair composé au plus de quelques centaines de cellules (pour le moment), sans oreilles, sans yeux, sans cerveau, sans mains ou bras. Mais cette masse de cellules, démontrant une exceptionnelle capacité de reconnaissance, se fixe dans l'utérus qui est reconnu comme étant le meilleur endroit à cet effet.

Les merveilles de la création de l'homme ne s'arrêtent pas là. A chaque étape de la formation d'un être humain, il y a une merveilleuse chaîne d'événements miraculeux. Nous avons parlé de la façon dont l'ovule fertilisé se multiplie et comment il trouve la place nécessaire à son développement. Mais à ce stade, nous sommes confrontés à une autre question: cet amas de cellules totalement identiques, n'a ni crochet spécial ni aucun autre organe pour lui permettre de s'accrocher. Comment peut-il alors se fixer à la paroi de l’utérus?

Il utilise une méthode intéressante et très complexe. Les cellules de la couche supérieure de l'amas de cellules sécrètent une enzyme appelée hyaluronidase. La particularité de cette enzyme (comme nous l'avons déjà mentionné pour les spermatozoïdes) est de briser la couche acide (acide hyaluronique) dans les tissus de la paroi de l'utérus, afin d'y pénétrer profondément et de s'incruster de manière sûre dans la paroi.

Par son comportement, ce minuscule ensemble de cellules démontre qu'il est capable de calculer ses besoins et d'agir en conséquence. Et ce n'est pas tout, il est encore plus surprenant qu'il sache comment se fixer et que quelques cellules ont la capacité de le faire. Ces cellules ne peuvent utiliser leur intelligence et leur volonté, analyser l'acide hyaluronique sur les parois de l'utérus et sécréter l'enzyme hyaluronidase qui la dissoudra.

Sans une formation en chimie, personne ne peut savoir tout cela. Pourtant ces quelques cellules sont capables de produire ce qui est requis pour leur subsistance. De plus, cette fonction extraordinaire n'est pas exécutée par une cellule unique mais par toutes les cellules qui forment chaque être humain qui a vu le jour.

Il y a dans tous ces événements, un plan bien défini. Au bon moment, les cellules qui composent la trompe de Fallope subissent un changement et, à un moment précis, les cellules extérieures de l'amas cellulaire commencent à sécréter une enzyme (hyaluronidase). C'est la preuve d'une intelligence supérieure.  

C'est Lui Qui vous donne forme dans les matrices, comme Il veut. Point de divinité à part Lui, le Puissant, le Sage. (Coran, 3: 6)





La fixation de l’embryon à l’utérus est un miracle du Coran





Quand on examine les versets du Coran qui se rapportent à la fixation de l’embryon à l’utérus, nous voyons l’une des plus grandes merveilles du Coran. Dans le Coran, en se référant à la fixation de l’embryon à l’utérus et le commencement de son développement, Dieu utilise le mot ‘alaq:

Lis au nom de ton Seigneur Qui a créé, Qui a créé l’homme d’une adhérence (‘alaq). Lis! Ton Seigneur est le Très Noble. (Coran, 96: 1-3)

Le mot ‘alaq en arabe veut dire "quelque chose qui s’accroche, une substance qui ressemble à une sangsue".


embryo




Sur la première image, nous voyons un amas de cellules d’une semaine cherchant une place dans l’utérus. Après avoir trouvé l’emplacement adéquat, l’amas de cellules dissout les tissus de la paroi utérine et s’y incruste. (2-3) L’embryon se fixe d’une manière sûre à la paroi de l’utérus et commence à y puiser l’oxygène et les autres nutriments dont il a besoin. (4)




Le Coran nous fut révélé il y a 1.400 ans et le fait que Dieu utilise ce mot pour décrire le développement de l’embryon dans l’utérus de la mère est l’une de ses miracles. Le fait que cette connaissance, qui n’aurait pas pu être découverte par la science de l’époque, ait été révélée dans le Coran, il y a plusieurs siècles, confirme encore une fois que c’est une révélation de Dieu, le Seigneur de tous les mondes.




Les cellules qui exécutent différentes fonctions



Le huitième jour, les cellules commencent à se différencier et s'organisent en deux groupes distincts, l'un interne et l'autre externe. La masse des cellules internes (embryoblaste), forme les cellules que l'embryon possédera toute sa vie. Le groupe des cellules externes (trophoblaste), est composé de cellules qui assisteront l'être humain alors qu'il se trouve dans l'utérus de la mère, c'est-à-dire pendant neuf mois, jusqu'à la naissance.

Lorsque la masse des cellules internes se sépare du groupe de cellules externes, la région qui reste deviendra le cordon ombilical, lien entre l’embryon et le placenta qui se développera plus tard.

Quand le placenta commence à se former, la masse des cellules internes s’aplatit et se développe en trois couches de cellules qu’on appelle "bouton embryonnaire". Les trois types de couches de cellules sont l’ectoderme, le mésoderme, et l’endoderme. Dans un processus appelé différentiation, les cellules de chaque couche se déplacent vers certaines zones du bouton embryonnaire puis se replient pour former des tubes ou des amas. Ces tubes et ces amas se développent pour former les différents tissus et organes du corps.23




embryo

embryo




(A) vue interne, environ 14 jours après la fertilisation
1. cavité utérine
2. extraordiendomètre de l'utérus
3. amnios
4.cavité amniotique
5. ectoderme



6.mésoderme
7. endoderme
8. disque embryonique
9. sac jaune
10. futur cordon ombilical
11.chorion
12. villosités chorioniques
13. endomètre de l'utérus



(B) vue externe, environ 25 jours après la fertilisation

1. embryon
2.tête
3. oeur
4.queue



5. cavité amniotique
6.chorion
7. futur cordon ombilical
8. villosités chorioniques
9. sac jaune





Les changements dans l’utérus commencent avec la fertilisation et celui-ci devient une place sûre et confortable où le bébé passera neuf mois. L’utérus se dilate et fournit à l’embryon un abri protecteur. Tous les préparatifs sont faits par les cellules dans l’utérus. Il n’y a qu’une explication au fait que ces cellules soient conscientes des besoins d’une autre cellule: elles agissent conformément à l’inspiration qu’elles reçoivent de Dieu le Tout-Puissant.





Les cellules de la couche externe, l’ectoderme, forment le cerveau, la moelle épinière, les organes des sens et la lentille cornéenne de l’œil. De plus, cette couche formera l’épiderme, les glandes sudoripares, l’émail des dents, les cheveux et les ongles. La couche de l’embryon qui se trouve le plus à l’intérieur (l’endoderme), assurera le développement des organes qui composent les systèmes digestif et respiratoire (foie, poumons, pancréas, etc.) et les glandes correspondantes (thyroïde, thymus, etc.). La troisième couche (le mésoderme) se trouve entre les deux autres et formera le cœur, les muscles, les os, les tendons, les reins, les glandes, les vaisseaux sanguins, et les organes génitaux. Les vaisseaux lymphatiques et l’épithélium (tissu de surface) qui tapissent les surfaces externe et interne du corps et des organes sont aussi formés à partir de cette couche. Les cellules qui composent tous les tissus du corps sont formées à partir de ces cellules souches qui se développent de l’une de ces couches.

Il est très important de bien réfléchir au sens de cette dernière phrase qui montre encore une fois le caractère extraordinaire du développement de l’être humain. Tous les éléments constitutifs du corps humain (organes, tissus, systèmes, vaisseaux sanguins, sang, etc.) se développent à partir des trois types de couches qui composent l’embryon. D’où vient cette intelligence suprême que les cellules possèdent?

D'autres détails que nous ne devons pas perdre de vue, rendent ces changements encore plus extraordinaires. Par exemple, au cours du développement d’un être humain, il y a une harmonie parfaite entre ces trois couches de cellules. Pour que les quelques 200 types de cellules du corps puissent être produits à partir de trois catégories de cellules, un agencement et une planification bien définis sont nécessaires. Par exemple, la séquence des événements dans la différenciation entre les cellules du sang et celles de la peau est très différente. C’est un phénomène remarquable qui soulève un certain nombre de questions.


Comment l’activité planifiée des cellules donne-t-elle sa forme au corps?



Maintenant, l’amas de cellules est devenu un embryon, ce qui veut dire “grouiller, abonder”. Si nous pouvions observer les cellules pendant cette période, nous noterions une grande activité. Des cellules similaires se divisent et se multiplient et certaines d’entre elles commencent à se différencier. A première vue, ce processus n’est pas évident, mais au fur et à mesure que les jours passent, il devient clair que le but de cette activité est de créer, rapidement et en suivant un programme, les fonctions indispensables pour la construction du corps humain. Comme les ouvriers répartis sur un chantier, toutes les cellules travaillent en groupe. Plus tard, les groupes de cellules qui formeront un même organe se réunissent en une masse et se préparent à former des organes. Certaines cellules deviendront des cellules des os, alors que d’autres deviendront des cellules de la peau ou des muscles.24

Les cellules des os se réunissent à la place où les os doivent se trouver. Il en va de même pour les cellules des muscles et des organes internes, du cerveau, des yeux ou des vaisseaux sanguins. Au moment voulu, d’autres processus se déclenchent; par exemple, le mouvement des cellules vers leur destination finale et la formation de certains organes par la mort programmée (nécrose) de certaines cellules désormais inutiles, etc. En résumé, au cours de cette phase de différentiation cellulaire, une stratégie parfaite est employée: les cellules exécutent leur activité suivant un plan bien défini pour former des organes différents qui effectueront des fonctions différentes.




des diverses cellules du corps




1. cellule pancréatique
2.cellule cardiaque
3. cellule sanguine
4. cellule pulmonaire
5. ovule



6. cellule osseuse
7. cellule de la rate
8. cellule musculaire
9. cellule du cerveau
10. cellule du foie





Ci-dessus, nous voyons quelques unes des diverses cellules du corps. La formation des quelques 200 types de cellules du corps humain est le résultat de la multiplication des cellules initiales qui étaient identiques. Malgré le fait que l’information inscrite dans leur ADN est la même, chaque type de cellule utilise seulement l’information qui lui est propre. Il n’y a aucune confusion. Les cellules des os n’essayeront jamais de former un oeil ou tout autre organe; les cellules nerveuses ne gêneront pas les cellules des globules rouges. Chacune sait très bien où et comment elle doit fonctionner. C’est Dieu Tout-Puissant, le Souverain, Qui assure cette organisation sans failles et inspire aux cellules du corps ce qu’elles doivent faire.





La manière dont cette différentiation doit s'opérer est transmise séparément à chaque groupe de cellules. L’information inscrite dans l'ADN de chaque cellule est la même pour tous les groupes cellulaires. C’est seulement lorsque chaque groupe de cellules utilise cette information dans le cadre de leur programme spécifique qu’il peut former les structures particulières36

+ à chaque organe. Cette organisation est parfaite. Grâce à ces préparations faites pour la formation du cœur, de l’œil, du cerveau, des bras, des jambes et des autres organes, le corps prend forme lentement.25

Mais qui donne des ordres à ces cellules qui émanent toutes d’une seule cellule d’origine? Comment des cellules qui n’ont ni intelligence, ni conscience, ni sensibilité, comprennent ces ordres et les exécutent?

Les scientifiques ont déterminé que le plan qui dicte la différentiation aux cellules et leur hébergement à la place qui leur convient dans le corps est écrit dans l’ADN. Mais ceci soulève une question: qui a écrit à la perfection ce plan magnifique dans cette banque microscopique d’information cachée dans le noyau de la cellule?

En outre, qui ordonne aux cellules de lire ce plan écrit dans l’ADN et de l’appliquer sans erreur? Comment se fait-il que des millions de cellules différentes puissent trouver les informations qui les concernent dans cette immense banque d’information de l’ADN et ainsi changer leur structure?

Par exemple, comment les cellules qui forment les yeux peuvent-elles savoir quand la pupille est complètement formée? Comment savent-elles comment structurer la rétine, les muscles des yeux, et l’iris, et leur donner la dimension appropriée? Et comment déterminent-elles quand arrêter le développement?

Comment des cellules qui n’ont jamais vu de foie, de reins ou de pancréas connaissent-elles les particularités de ces organes et modifient leur structure en conséquence?

Quand ces cellules changent leur structure pour l’accorder avec celle des organes qu’elles vont former, elles prennent plusieurs facteurs en considération. Par exemple, une cellule qui se transforme en cellule du cerveau doit prendre en considération le système nerveux, la nutrition du cerveau, l’apport d’oxygène, la nécessité d’établir une connexion entre tous les nerfs du corps; elle doit aussi faire la distinction entre les zones du cerveau qui desservent la vue, l’ouie et le toucher. D’autres cellules prennent en considération la possibilité que le cerveau peut être endommagé et l'entourent; elles évaluent les facteurs négatifs qui peuvent survenir à la naissance et forment une structure adéquate. Ceci est parfait, mais comment les cellules peuvent-elles faire preuve d’une telle "prescience" dans leur comportement?

Toutes ces questions démontrent que la naissance de l’être humain est un grand miracle, et la théorie de l’évolution arrive ici dans une impasse. Aucun évolutionniste ne peut expliquer l’extraordinaire coopération qui intervient parmi les gènes dans l’ADN au moment où les cellules se spécialisent pour former des tissus, puis des organes puis des systèmes pour enfin donner sa forme au corps. Le fait que les gènes, que nous pouvons définir comme une collection d’atomes inconscients, ne peuvent pas organiser par hasard une telle harmonie, est tellement évident que les évolutionnistes préfèrent généralement ne pas aborder ce sujet.

Hoimar von Ditfurth, un savant évolutionniste allemand, dit ceci au sujet des développements miraculeux qui se produisent dans l’utérus de la mère:
Comment un seul ovule se divise pour former une multitude de cellules différentes, et la communication naturelle parfaite et la coopération entre ces cellules, sont parmi les événements qui stupéfient les scientifiques.26


Dieu qui a créé sept cieux et autant de terres. Entre eux [Son] commandement descend, afin que vous sachiez que Dieu est en vérité Omnipotent et que Dieu a embrassé toute chose de [Son] savoir.
(Coran, 65: 12)


Et G. Flanagan, l'auteur de Beginning Life écrit:

Comment une organisation aussi profonde est-elle réalisée? Qu’est ce qui fait que les cellules agissent comme si elles savaient où aller, et que devenir, et que faire une fois arrivées à leur destination? Et aussi agir dans une telle harmonie avec les autres cellules?27

Dans la réponse qu’il essaie de donner à ces questions, Flanagan est loin de trouver une explication à ces merveilleux événements.

Ces grandes questions nous mènent dans le monde des molécules infinitésimales qui se trouvent dans les cellules, et principalement celles qui composent les gènes et façonnent le programme génétique. Depuis l’avènement de la biologie moléculaire, il est devenu possible de détecter et de décrire certains de ces processus. "Le livre de la vie, semble-t-il, s’ouvrait soudain…", même si c’est uniquement pour nous livrer quelques-unes de ses pages fascinantes. Nous sommes encore loin de comprendre toute l’histoire.

Il est clair que si les cellules travaillent si bien ensemble, c’est parce qu’il y a un dialogue moléculaire continu entre elles et qu’elles adaptent leurs instructions génétiques en conséquence. Les instructions se trouvent dans les gènes sous forme de ce qu’on appelle le code génétique, inscrites dans les molécules, comme les lettres d’un alphabet spécial. Le programme génétique du bébé, inscrit dans ce code, a été obtenu le premier jour de l’union des cellules des parents. Depuis, chaque fois qu’une cellule se divisait pour former deux nouvelles cellules, une réplique précise de tous les gènes était faite et transmise à la nouvelle cellule. Chaque cellule du corps comporte donc exactement les mêmes gènes, et détient tout le programme génétique.

Chaque cellule aurait pu simplement produire ses propres clones, ayant tous la même destination et la même fonction, si le programme était actif tout le temps. Mais leurs différentes destinations s'expliquent par le fait que les gènes peuvent être activés ou désactivés. Ils ne sont pas tous actifs en permanence mais sont activés en réponse aux signaux provenant d'autres cellules dans leur activité d’intégration.

Ces événements peuvent être considérés comme un travail de construction astreignant et exigeant une collaboration étroite. Chacun connaît le plan d’ensemble, envoie des messages, et répond d’une manière sensible aux signaux des autres pour s’intégrer dans le projet d’ensemble. Les cellules de l’embryon travaillent d’une manière comparable, d’un commun accord, avec des gènes activés et désactivés suivant les besoins.28

Nous voyons donc que les cellules se différencient les unes des autres et prennent en charge des fonctions complètement différentes, ce qui indique qu’il existe un "programme génétique" qui les force à agir dans le cadre d’un plan déterminé. Il est vrai qu’un programme parfait est inscrit dans chaque cellule. Qui a créé ce programme et l’a implanté dans les cellules? Le programme dont nous parlons ici n’est pas comme un programme informatique ordinaire. En l'appliquant, les cellules créent un être humain qui possède des millions de structures organiques complexes reliées les unes aux autres: une personne qui peut entendre, voir, sentir, penser, prendre des décisions, ressentir de la joie, apprécier le beau, étudier ses propres cellules et son ADN et tirer des conclusions de ses investigations. De plus, c’est certainement un miracle que les masses de protéines que nous appelons cellules soient capables de comprendre un tel programme, agir en conséquence, être conscientes de ce qui est nécessaire et compléter chaque étape à la perfection.

Richard Dawkins, un évolutionniste moderne très connu, ne peut pas expliquer comment, dans la formation de l’être humain, les gènes qui contiennent le programme génétique humain agissent ensemble avec un tel degré de coopération.

"Le développement embryonnaire est contrôlé par un réseau de relations imbriquées et tellement complexe qu’il vaut mieux ne pas y songer", dit-il.29

Dawkins avait compris que les relations entre les gènes responsables de la création miraculeuse d’un être humain et l’extraordinaire habileté dont font preuve ces gènes ne sont pas le résultat du hasard, que les mécanismes de l’évolution ne peuvent pas expliquer un système aussi complexe. D’où sa confession d’impuissance. Mais il oublie un point très important: dans le même ordre d’idée, il est impossible que, dans la chaîne des miracles qui aboutissent à la création d’un bébé, une partie, la plus petite soit elle de ce qui est requis pour faire ce bébé, ou la moindre cellule, ait survenu par hasard. En l’espace de neuf mois, une cellule formée dans les organes génitaux de la mère se transforme en un être humain pouvant voir, entendre, sentir, respirer, penser, et cette transformation se produit suivant un plan parfait dans tous ses détails. De plus, ce miracle se reproduit continuellement, avec la même perfection, depuis la nuit des temps.

D’après les évolutionnistes, tout ceci est dû au hasard. Pour eux, ce miracle est le résultat de décisions prises par des atomes inconscients qui produisent les cellules humaines. Ils prétendent que les atomes décident soudainement de se réunir pour produire des organes qu’ils n’ont jamais vus. Ils s’accrochent avec un tel aveuglement à leur raisonnement illogique qu’ils croient que chacun de ces atomes inconscients décide de ce qu’il va former et se dirige vers les places appropriées conformément à cette décision. Ils croient que tout est le produit du hasard, sans intervention aucune; que les cellules et les atomes déterminent par leur propre volonté la meilleure action à entreprendre et construisent à la perfection un corps humain. C’est cela qu’ils prétendent même s’ils ne le disent pas clairement.

A ce stade, il est clair que les évolutionnistes se sont mis dans une véritable impasse du point de vue de la logique. Chaque détail qui a été expliqué jusqu’à présent ou qui sera traité plus tard montre que, contrairement aux prétentions des évolutionnistes, les étapes par lesquelles passe la formation de l’être humain n’ont pu se produire par hasard. Ces événements extraordinaires ne se sont pas produits grâce au travail des cellules ou des organites qui les ont générées; pas plus que par l’activité des molécules ou des atomes, mais par la volonté de Dieu le Tout Puissant exprimée par le verbe "Sois":

C’est Lui Qui vous a créés de terre, puis d’une goutte de sperme, puis d’une adhérence; puis il vous fait sortir petit enfant pour qu’ensuite vous atteigniez votre maturité, et qu’ensuite vous deveniez vieux, – certains parmi vous meurent plus tôt, – et pour que vous atteigniez un terme fixé afin que vous raisonniez. C’est Lui Qui donne la vie et donne la mort. Puis quand il décide, Il n’a qu’à dire: "Sois" et la chose est. (Coran, 40: 67-68)


Le système de protection particulier préparé pour l’embryon



Les cellules qui se fixent dans l’utérus de la mère continuent de se développer et de se nourrir dans cet endroit sûr. Pourtant, l’embryon, qui se développe rapidement, est normalement confronté à un danger sérieux: le système immunitaire de la mère.

Le système immunitaire de l’être humain considère comme un ennemi tout corps étranger (antigène) qui pénètre notre système, et l’attaque. La composition génétique de l’embryon est différente de celle de la mère et, pour le corps de celle-ci, l’embryon est un organisme étranger. Dès que les cellules de défense de la mère prennent conscience de la présence de cet organisme étranger, elles se ruent vers l’utérus. Si aucune précaution n’était prise, les cellules de défense tueraient sûrement l’embryon.

Mais ceci ne peut se produire si les conditions physiologiques sont normales, parce que l’embryon est tenu, depuis le début, sous une protection spéciale.

Avant que l’embryon ne se fixe à la paroi de l’utérus, des cellules trophoblastes commencent à se former autour de sa surface, constituant une sorte de filtre entre les vaisseaux sanguins de la mère et l’embryon. Les cellules immunitaires de la mère sont incapables de détecter le tissu trophoblastique parce qu’elles ne disposent pas de certaines protéines que possèdent la plupart des autres cellules et qui aideraient le système immunitaire à les détecter. Grâce à cette caractéristique des cellules trophoblastiques, l’embryon est protégé des assauts du système immunitaire maternel. De plus, certaines des cellules trophoblastiques permettent à l’oxygène, aux nutriments et autres substances nécessaires d’atteindre l’embryon.30

Maintenant examinons en détail la structure spéciale de ces cellules.


Les aptitudes d’ingénierie des cellules trophoblastiques



Malgré le développement des cellules trophoblastiques à partir du même ovule, elles se séparent des cellules qui forment l’embryon; elles constituent un groupe de cellules qui se charge de toutes les activités de soutien concernant le développement du fœtus dans l’utérus de la mère. Le septième jour, ces cellules envoient des projections dans toutes les directions et commencent à croître. Le but de ce changement est de pénétrer dans la paroi de l’utérus. Au cours de ce passage, elles rencontrent les vaisseaux sanguins de la mère et pénètrent leur surface extérieure. En sept ou huit jours, les tissus embryonnaires se trouvent donc rattachés au sang de la mère.

Certaines cellules trophoblastiques produisent des enzymes pour détruire la membrane des vaisseaux sanguins dans la paroi de l’utérus. De cette façon, la pression exercée par le sang de la mère sur l’embryon est atténuée. Les cellules trophoblastiques entrent en action comme si elles étaient conscientes d’un danger interne et prennent les mesures pour prévenir tout ce qui pourrait provoquer la mort de l’embryon. Si ces cellules n’avaient pas fait une telle régulation dans les vaisseaux sanguins de la mère, le sang de la mère aurait afflué à une pression bien trop élevée et la circulation sanguine de l’embryon se serait arrêtée.




blastocyste


(A) blastocyste, vue externe (5 jours)
(B) blastocyste, vue interne (5 jours)

1. zone pellucide
2. masse cellulaire interne
3. trophoblaste

Les cellules trophoblastiques se séparent de toutes les autres cellules qui forment l’embryon. Elles forment un groupe de cellules qui supportera l’embryon dans toutes les phases de son développement dans l’utérus de la mère. Grâce à l’équilibre que ces cellules établissent entre la mère et l’embryon, le développement se poursuivra sans danger. Par exemple, ces cellules empêchent les vaisseaux sanguins de la mère d’exercer une pression sur l’embryon de même qu’elles ne permettent pas aux éléments du système immunitaire de la mère de provoquer des lésions au bébé. C’est certainement Dieu Qui assure que ces cellules soient conscientes des besoins du bébé.





Dans les semaines suivantes, des cellules spéciales forment un tampon entre l’embryon et le sang de la mère. Ce tampon, appelé "placenta", a une structure tout à fait particulière. Quand on l’examine attentivement, on voit que les cellules trophoblastiques forment ce tampon pour qu’il agisse comme un butoir qui bloque le sang. Ceci est très important car l’embryon est désormais relié aux tissus de la mère et sera nourri par les nutriments provenant du sang de la mère. Il est nécessaire que les nutriments passent, mais il est très important que les anticorps qui se trouvent dans l’utérus de la mère ne parviennent pas à l’embryon avec les nutriments. Le système de blocage formé par le placenta empêche les cellules immunitaires de l’utérus de la mère d’approcher l’embryon. Mais si le flux de sang provenant de la mère est bloqué, comment l’embryon pourra-t-il être nourri?

La réponse à cette question est une preuve de la conception parfaite de la structure des cellules. Les cellules qui servent de bouchon présentent de minuscules espaces vides qui laissent passer les nutriments dont l’embryon a besoin et qui proviennent du plasma du sang de la mère. L’oxygène, la matière nutritive et les minéraux issus du sang de la mère, passent à travers ces espaces et atteignent l’embryon. Mais les anticorps de la mère, parce qu’ils sont bien plus grands, ne peuvent pas passer.31




blastocyste




1. cavité utérine
2. trophoblaste
3. cavité du blastocyst



4. glande endométriale
5. capillaire endométriale
6. endomètre





A gauche on voit un embryon incrusté dans la paroi de l’utérus (blastocyste). L’embryon trouve une place dans l’utérus où il y a beaucoup de vaisseaux sanguins et s’y implante. Tout comme une semence jetée en terre étale ses racines et pousse, de même l’embryon continue de croître et se créé de nouveaux canaux en profondeur dans les tissus qui assureront sa nourriture. Ceci est accompli par des cellules spéciales, appelées trophoblastes, sur la couche extérieure de l’embryon.





Si nous réfléchissons au pont qu’elles établissent entre la mère et l’embryon, il ne serait pas faux de dire que le travail fait par les cellules trophoblastiques exige une connaissance sans failles de l’ingénierie. Avec le système qu’elles bâtissent, elles établissent réellement les fondations d’un "pont de vie" entre la mère et le bébé. Ces cellules agissent comme des bouchons pour empêcher des matières dangereuses d’entrer dans le sang et, en laissant des espaces entre elles, elles permettent aux matières appropriées de passer.

Nous n'avons pas décrit ici toutes les fonctions des cellules trophoblastiques, mais c’est suffisant pour donner une idée de la parfaite conception de ces cellules. Dans tous les réglages qu’elles font, elles laissent des espaces vides pour former un système qui permet à la fois de déterminer quelles matières sont bénéfiques et les laisser passer; quelles matières sont dangereuses et ne pas leur permettre de passer. Il est très clair qu’une telle structure n’est pas le fruit du hasard.

Toute personne qui prétend que ces caractéristiques extraordinaires sont le résultat du hasard, ne pourra certainement pas répondre aux questions suivantes:

Comment ces cellules savent-elles ce dont l’embryon a besoin pour son développement?

Comment peuvent-elles distinguer les matières bénéfiques parmi toutes les matières transportées par le sang?

Comment savent-elles que les cellules du système immunitaire seront dangereuses pour l’embryon?

Comment peuvent-elles déterminer à l’avance la taille des matières qui pourront nuire à l’embryon?

Comment savent-elles fabriquer un filtre qui empêche le passage des matières nuisibles et laisse passer les matières bénéfiques?

Pour la survie de la race humaine, ce système ne doit pas se permettre la moindre erreur. Toute personne ayant une intelligence et une conscience sait que ce n’est pas le hasard qui a donné à ces cellules leurs caractéristiques particulières. Le hasard ne peut pas concevoir un modèle et le répéter dans chaque être humain. C’est Dieu Qui crée les cellules trophoblastiques avec toutes leurs caractéristiques et les dirige dans leur rôle de support dans la formation d’un être humain. Ceci est un exemple de l’art créatif inégalé de Dieu:

Nous n’avons créé les cieux et la terre et ce qui est entre eux qu’en toute vérité et [pour] un terme fixé. Ceux qui ont mécru se détournent de ce dont ils ont été avertis. Dis: "Que pensez-vous de ceux que vous invoquez en dehors de Dieu? Montrez-moi donc ce qu’ils ont créé de la terre! Ou ont-ils dans les cieux une participation avec Dieu? Apportez-moi un Livre antérieur à celui-ci (le Coran) ou même un vestige d’une science, si vous êtes véridiques." (Coran, 46: 3-4)


Le placenta: le pont de la vie



Les systèmes de maintien de la vie produits par la technologie la plus récente, utilisés dans la plupart des hôpitaux et valant des millions de dollars, sont primitifs et presque inutiles quand on les compare avec un morceau de chair pesant quelques kilogrammes. Ce morceau de chair est le placenta, appelé par les scientifiques "le vrai héros de la naissance".32

Au cours de son développement, l’embryon commence à prendre des nutriments, de l’oxygène et d’autres matières du sang de la mère. Le placenta, qui est créé pour subvenir à tous les besoins du fœtus en développement, agit comme un pont assurant le passage de ces matières entre la mère et le fœtus (à partir du début du troisième mois, l’embryon est appelé fœtus). Le placenta est rempli de vaisseaux sanguins souples qui transportent vers le bébé les nutriments qui s’infiltrent à travers les cellules trophoblastiques; il envoie toutes ces matières nutritives, l'oxygène, et les minéraux importants comme le fer et le calcium qui proviennent de la mère, d’abord au cordon ombilical puis aux capillaires du fœtus. De plus, le placenta assure non seulement l’approvisionnement en nutriments nécessaires au métabolisme du fœtus, mais il choisit aussi et livre au fœtus les nutriments nécessaires à la formation de ses tissus.33 

Des acides aminés sont requis par le fœtus pour toutes sortes de synthèses (glucides, acides nucléiques qui sont les blocs de construction de l’ADN, graisses, etc.) Le placenta choisit ces éléments et les prélève du sang de la mère. Généralement, ceci est fait par un transporteur spécial. Il stocke les éléments, utilise ceux dont il a besoin et envoie une partie dans le sang du fœtus. En plus des nutriments, les ions passent à travers le placenta; deux de ces ions sont particulièrement importants pour le fœtus, et il est nécessaire d’en stocker de grandes quantités. Parmi eux il y a le fer, nécessaire pour augmenter le volume du sang, l’autre est le calcium, pour le développement des os. Le transfert de ces éléments est particulièrement efficace: même si la mère n’a consommé que peu de fer, le placenta extrait la quantité nécessaire du sang de la mère, répond aux besoins du bébé et le met à l’abri de tout danger.34

Le placenta exécute aussi, dans les règles de l’art, l’opération inverse, en transportant les déchets du fœtus vers le sang de la mère.

Il ne faut pas oublier que le placenta, que nous avons décrit comme, "choisissant", "prenant", "stockant" et "transportant" est un tissu composé de cellules. Il exécute de lui-même toutes ces activités. Il sait par exemple qu’il y a un besoin en fer, et il est capable de choisir l’élément "fer" parmi d’autres substances et sait comment le fer qu’il choisit sera utilisé. Ce n’est pas un être humain qui possède ce savoir mais un ensemble de cellules appelé placenta, ce qui est sûrement un miracle. En plus de reconnaître cet élément, il est encore plus miraculeux qu’il puisse transporter vers une destination particulière le matériau voulu, en quantité appropriée. Nous devons bien garder tous ces éléments en tête.

Le miracle de la création de l’homme montre que les cellules ainsi que les molécules et les atomes qui les produisent font preuve de conscience. A vrai dire, cette conscience n’appartient à aucun d'entre eux, mais elle appartient à Dieu Qui les a créés et Qui inspire chez eux les fonctions qu’ils auront à remplir.


D’autres fonctions vitales du placenta



Le cordon ombilical, qui relie le fœtus au placenta a trois vaisseaux sanguins et ressemble à une corde. Un de ces vaisseaux est appelé veine ombilicale. Elle envoie du sang contenant des nutriments et de l’oxygène du placenta vers le bébé. Les deux autres vaisseaux sanguins sont appelés artères ombilicales; elles transportent du sang contenant du dioxyde de carbone et des déchets du bébé vers le placenta.




placenta


1. artériole endométriale maternelle
2. veinule endométriale maternelle
3. amnios
4. vaisseaux sanguins du foetus
5. espace intervillositaire contenant le sang maternel
6. villosités chorioniques

7. endomètre (partie maternelle du placenta)
8. villosités chorioniques
9. chorion (partie foetale du placenta)
10. veine ombilicale
11. artère ombilicale
12. tissu conjonctif muqueux
13. amnios
14. cordon ombilical
15. chorion

L’organe qui calcule les besoins changeant du foetus et y répond sans faille est le placenta. Les cellules de la couche extérieure du placenta forment une sorte de filtre entre les vaisseaux sanguins de la mère et le foetus. Par exemple, tout en permettant le passage des matières nutritives, elles refusent de laisser entrer les éléments du système immunitaire. Le placenta est composé de cellules. Comment ces cellules savent-elles ce dont le foetus a besoin? Comment comprennentelles contre quelles cellules elles doivent protéger le foetus? Comment, parmi les millions de molécules, arrivent-elles à distinguer celles dont l’embryon a besoin? Qui a donné cette expertise à ce morceau de chair appelé placenta et aux cellules dont il est composé? C’est certainement Dieu Qui a pris toutes les précautions pour que le bébé puisse survivre et Qui a créé un système pour cela dans le corps. Dieu est Parfait dans toute création.





Grâce à sa structure solide et souple à la fois, le cordon ombilical ne s’enroule pas et ne raidit pas facilement. Il est très important qu’il n’y ait pas de problème dans l’acheminement du sang. De plus, la structure flexible du cordon permet au bébé de se déplacer.

Du point de vue de ses fonctions, le placenta est créé pour servir pour le fœtus, tantôt de foie et d’estomac, tantôt d’intestins et de reins. De plus, le placenta n’exécute pas ses fonctions dans un ordre fixe, il agit plutôt en fonction des besoins changeant du bébé. Par exemple, la nourriture dont le fœtus a besoin au cours des deux premiers mois est différente de la nourriture dont il a besoin au cours des deux derniers mois. Le placenta agit donc en fonction de cela et maintient un parfait équilibre, choisissant la nourriture que le bébé peut digérer plus facilement au cours de chaque période de son développement.

L’une des fonctions les plus importantes du placenta est de secréter les hormones (par exemple, l’œstrogène et la progestérone) dont le fœtus a besoin. Parmi ces hormones, la progestérone a un effet spécial sur la réduction de la contractilité de l’utérus dans le corps de la mère et apporte un soutien physique au bébé. Pour que le développement du bébé continue, elle assure la formation de l’environnement le plus confortable qui soit dans l’utérus. De plus, elle permet le développement des glandes mammaires dans la poitrine de la mère et, au bon moment, facilitera la production du lait. Sécrétées convenablement et dans les quantités appropriées, ces hormones sont très importantes pour que le bébé ait une naissance normale. Par ailleurs, ces hormones préparent le système de la mère à l’accouchement.

Parallèlement à toutes ces fonctions, le placenta s’assure que le bébé est immunisé contre toute infection qui pourrait se produire pendant les trois derniers mois de la grossesse.

C’était là quelques-unes des fonctions assumées par le placenta pendant le développement du bébé. Et, dans tout ce que nous avons décrit ici, il y a une complexité indéniable. Chaque événement dépend de plusieurs opérations chimiques complexes.

De plus, chaque nouvelle recherche conduite sur le développement du fœtus révèle une nouvelle fonction que le placenta exécute en faveur du bébé. Mais dans tout cela il y a un point commun. Chaque activité du placenta lie la mère et l’embryon, dans une union harmonieuse et parfaite. Cette union est de la plus haute importance pour la survie de l’embryon.

Le fait qu’un tissu temporaire, formé de cellules, soit conscient des besoins d’une créature vivante, qu’il détermine ce qui lui est nécessaire et agisse en sachant comment satisfaire ce besoin, et le fait que ce tissu produise la matière requise dans la proportion qu’il faut, la sélectionne et se l’approprie de l’extérieur, en résumé, qu’un tel organe puisse faire preuve d’une activité consciente, n’est pas quelque chose qu’il peut faire seul sans aide. Un être humain, conscient et pensant, ne serait capable d'en faire autant qu'avec une formation médicale, mais il ne pourrait le faire jour et nuit sans faillir un seul instant.            

Et pourtant, un tissu cellulaire que nous appelons placenta est capable de la faire. Et le placenta de chacun des millions d’êtres humains qui ont vécu au cours de milliers d’années a démontré la même conscience profonde et une exécution parfaite. En effet, la structure parfaite du placenta et son activité consciente sont le résultat de sa création par Dieu avec toutes ces caractéristiques. Proclamer le contraire ne serait pas raisonnable. Par l’excellente conception qu’Il a mis en œuvre dans la création du corps humain, Dieu nous montre Son art incomparable et nous ordonne, dans le Coran, de considérer ces vérités:

Il est le Seigneur des cieux et de la terre et de tout ce qui est entre eux. Adore-Le donc, et sois constant dans Son adoration. Lui connais-tu un homonyme? Et l’homme dit: "Une fois mort, me sortira-t-on vivant?" L’homme ne se rappelle-t-il pas qu’avant cela, c’est Nous qui l’avons créé, alors qu’il n’était rien? (Coran, 19: 65-67)

Dans les sujets que nous allons aborder dans les pages suivantes, nous devons garder à l'esprit un point essentiel. Toutes les entités du corps humains qui agissent suivant un plan, accomplissent leurs tâches variées dans les délais, savent quand s’arrêter, n’abandonnent pas leur poste, peuvent travailler en équipe, font des choix pour répondre à certains besoins et produisent les matières requises en temps voulu, sont des cellules. Il y a ici une intelligence évidente, et cette intelligence n’appartient pas aux cellules. Des cellules composées d’atomes inanimés et inconscients ne peuvent pas avoir la capacité de penser et de prendre des décisions. Cette conscience et intelligence suprêmes appartiennent à Dieu. Il nous faut garder cette vérité continuellement en tête pour approfondir notre conscience de ces merveilleux événements, et témoigner de la puissance éternelle de Dieu.


Le corps continue de prendre forme



Durant les premiers jours, l’embryon prend la nourriture dont il a besoin directement du sang de la mère. Puis pour se nourrir et envoyer de l’oxygène à ses cellules, l’embryon a besoin de son propre appareil circulatoire. Pour créer cet appareil, certaines cellules prennent la décision urgente de coopérer, et commencent à former l’appareil circulatoire. Cette activité cellulaire est une preuve claire que les cellules sont dirigées par une intelligence et un savoir éternels.




le bébé utérus



 




Autour du treizième jour, un groupe de cellules se déplace vers l’endroit où sera la poitrine pour former le cœur. Se positionnant dans un tube en forme de U, avec un niveau de conscience très élevé, elles commencent d’abord par établir la structure de base du cœur. Puis, comme si elles avaient appris que la formation du cœur avait commencé, des milliers d’autres cellules entament la construction des vaisseaux sanguins qui s’étendront sur tout le corps. La formation des vaisseaux sanguins se termine vers le vingt et unième jour, l’appareil circulatoire est donc prêt à fonctionner, et après son premier battement vers le vingt cinquième jour, le cœur maintiendra un rythme de 60 battements par minute pendant son premier mois de développement.35 Les premières contractions se répandent à travers toute la masse cardiaque comme une onde, mais lorsque la formation du cœur est achevée, la contraction sera distribuée entre les différentes chambres.

Le cœur se met à battre, mais il n’y a pas encore de sang. Certaines cellules calculent à l’avance que le corps humain qui vient de se former aura besoin d’une substance appelée "sang", et elles se transforment en cellules du sang. Bientôt, le sang se mettra à couler dans les vaisseaux sanguins. A la fin de la quatrième semaine, le cœur et les vaisseaux sanguins se remplissent de sang. La formation du cœur, de l’appareil circulatoire et du sang constitue certainement une étonnante réalisation. Alors qu’aucun de ces organes n’existait encore, les cellules, exécutant un plan parfait et allant au bon endroit au bon moment, construisent l’appareil circulatoire indispensable pour la vie humaine. Aucune des étapes que nous venons d’énumérer n’est le résultat du hasard; ce plan de construction parfait ne peut pas avoir été fait par des cellules qui sont elles-mêmes issues d’une seule cellule. Nous sommes ici également confrontés à la vérité évidente de la création.




bébé qui grandit dans le ventre




1. 55ème jour
2. 40ème jour
3. 33ème jour



4. 26-27ème jours
5. 25ème jour
6. 23ème jour





A gauche on voit la taille réelle de l’embryon durant les premiers jours du développement d’un être humain. C’est certainement Dieu Qui fait qu’une masse de cellules qui ne mesure que quelques centimètres se développe et devienne un être humain avec un corps complètement développé.





La formation de l’appareil circulatoire mais aussi les caractéristiques de chacun des éléments qui le composent sont créées dans un équilibre étonnant. Le sang d’un bébé se développant dans l’utérus de sa mère a des qualités différentes de celui d’un individu mature. Par exemple, l’hémoglobine du sang du bébé est capable de retenir plus d’oxygène que celle d’un adulte. Le nombre de globules rouges dans un centimètre cube de sang pris sur un embryon est plus élevé que celui trouvé dans le même volume de sang prélevé sur un nouveau-né. Au quatrième mois, le cordon peut assurer le transport d'une circulation sanguine équivalente à 24 litres par jour entre le bébé et son propre placenta. Cette circulation s'effectue en allers-retours constants, approvisionnant le bébé à partir du placenta, et évacuant les déchets vers le placenta, d’une manière tellement rapide qu’un aller-retour se fait en trente secondes environ.36 De cette façon, le sang commence à prendre l’oxygène et les nutriments requis du placenta pour les acheminer vers les cellules. Lorsque les reins sont formés, le sang se purifie en évacuant vers les reins les déchets provenant des cellules du bébé.

Arrêtons-nous ici et considérons ce qui suit: est-il possible qu’un appareil aussi parfait puisse voir le jour par pur hasard, et de lui-même? Est-il possible que la qualité spéciale du sang du bébé, que les vaisseaux sanguins qui transportent le sang vers le cœur et du cœur vers les régions appropriées, et que les éléments qui lient le sang au placenta soient arrivés au fil du temps et par hasard? Est-il possible que tous les éléments de ce système se soient construits eux-mêmes?

Ce n’est sûrement pas le cas. Ce système, d’une importance extrême pour les êtres humains, doit être créé à un moment précis et de manière parfaite, car tout problème dans la formation du sang ou des vaisseaux sanguins provoquerait l’arrêt du développement de l’embryon. Si le cœur pompait le sang avant la formation des vaisseaux sanguins, le sang coulerait sans contrôle et il n’y aurait pas de circulation sanguine. Par ailleurs, si le cœur ne commençait pas à battre au bon moment, le sang ne circulerait pas dans le corps. Ce qui veut dire que l’embryon ne se développerait pas et mourrait. Pourtant, pour tous les êtres humains qui ont vécu jusqu'à nos jours ces opérations se sont déroulées selon un plan précis; le cœur commence à battre au bon moment et pompe la quantité de sang qu’il faut pour le corps en développement. D'où l'absurdité de se poser la question: "Est-il possible que ceci soit le fruit du hasard?". Le fait qu’un système, un organisme ou un être vivant voit le jour à un moment donné est une preuve claire qu’il a été le produit d’un Créateur Suprême. Ceci est une vérité manifeste que chaque personne intelligente soutiendra.

Le Créateur de tous ces systèmes parfaits est Dieu, qui a créé l’homme avec tout ce dont il a besoin et lui a donné la meilleure des formes.





D’UNE CELLULE A UN MORCEAU DE CHAIR…




la création de l'homme


Les cellules continuent à se diviser et à se multiplier pendant un certain temps, formant les cellules de l’oeil sensibles à la lumière, les cellules nerveuses pour percevoir l’amer, le doux, la douleur, le chaud et le froid, les cellules des oreilles pour sentir les ondes sonores, les cellules de l’appareil digestif pour digérer les aliments, et beaucoup d’autres.

Après les trois premières semaines, les cellules qui se sont multipliées prennent l’apparence d’une masse. Dans le Coran, ce développement a été révélé comme un changement d’un ‘alaq (adhérence) en un embryon:

Ensuite, Nous avons fait du sperme une adhérence [alaq]; et de l’adhérence Nous avons créé un embryon; puis de cet embryon Nous avons créé des os et Nous avons revêtu les os de chair. Ensuite Nous l’avons transformé en une tout autre création. Gloire à Dieu le Meilleur des Créateurs! (Coran, 23: 14)

Ce n’est que récemment qu’il a été découvert, en embryologie, que la première phase de la formation du bébé se termine par ce type de développement. Mais ce fait scientifique avait été révélé il y a 1.400 ans, dans le Coran, qui est parfait et sans erreur, transmis par Dieu, Seigneur de l’univers. Que la majesté de Dieu soit exaltée.





Sur l’image de gauche, on voit un foetus de trois semaines fixé à la paroi de l’utérus. Cette masse de cellules qui ressemble à un morceau de chair continuera à se diviser et, en temps voulu, les yeux qui nous permettent de voir, le nez qui nous permet de sentir, les pieds avec lesquels nous marchons et courrons, et les mains et les organes internes seront formés de ces cellules. Cette merveilleuse transformation ne peut se produire par hasard. Elle ne peut pas arriver par ellemême. C’est Dieu, le Seigneur de tous les mondes, Qui a décrété toutes ces transformations parfaites dans le corps.





La construction du système nerveux



Alors que toutes ces opérations se poursuivent, un autre organe important se forme: le système nerveux central. Le système nerveux central (le cerveau et la moelle épinière) se développe à partir de l’allongement et de l’épaississement de l’ectoderme, la couche la plus externe des trois couches primaires de l’embryon. Les côtés de cette plaque neurale s’étirent et se plient, puis se rejoignent et fusionnent, formant ainsi un nerf. La partie antérieure de ce tube s’épaissit et s’étend pour former le cerveau; pendant ce temps la partie postérieure forme la moelle épinière.

Tous les développements que nous avons résumés ici en une ou deux phrases dépassent les limites de l’imagination humaine. Les autres étapes de la formation du système nerveux confirment encore et encore le caractère extraordinaire de ces développements.

A partir de la cinquième semaine commence la production, dans la colonne vertébrale, de cellules nerveuses spéciales appelées neurones. Elles sont produites très rapidement, au rythme de 5.000 par seconde.37 Un grand nombre de cellules du cerveau est produit dans les cinq premiers mois de la vie de l’embryon, et toutes les cellules prennent leur place dans le cerveau avant la naissance. Les cellules du système nerveux se forment très rapidement, puis commencent à migrer vers des zones éloignées pour former les colonnes du système nerveux central.

bébé

A ce stade, il est absolument nécessaire que chaque neurone trouve la place qui lui est réservée dans le système nerveux. Pour cette raison, un guide est indispensable pour que les jeunes neurones trouvent leur chemin. Ces guides sont des cellules spéciales qui se tendent comme un câble entre les endroits où se développent le cerveau et la moelle épinière. Les neurones quittent l’endroit où ils ont été produits et émigrent attachés à ces guides. Ils reconnaissent les places qui leur sont allouées, les occupent et développent des rallonges pour se connecter avec les autres neurones.

Mais comment les neurones savent-ils qu’ils doivent se mettre en route pour un long voyage dès qu’ils sont formés? Comment décident-ils d’utiliser un guide pour atteindre leur cible et coopérer entre eux? Ce que nous appelons neurones sont des cellules, trop petites pour être vues à l’œil nu, composées de molécules et d’atomes. Il n’y a pas de doute qu'elles ne peuvent pas se déployer d’une manière aussi consciente de leur propre décision ou volonté. Ce qui dirige cette activité n’est pas le cerveau, car il ne s'est pas encore développé.

Dès que ces cellules sont formées, elles se déplacent comme si elles étaient programmées, dirigées par une information qui leur est insufflée, vers un endroit qu’elles ne connaissent pas. Il est clair que dans le processus de formation du cerveau et du système nerveux, aucun événement ne peut survenir par hasard, parce que la plus petite variation dans une seule de ces étapes causerait une réaction en chaîne qui fausserait tout le système. La formation des neurones et leur transformation en un système de nerfs ne sont qu’une étape dans la formation du cerveau et du système nerveux qui lui est relié. Contrairement à ce que prétendent les évolutionnistes, même un neurone ne peut pas être le fruit d'une coïncidence, alors que dire du cerveau?

Il existe beaucoup d’autres détails merveilleux concernant ce développement. Par exemple, quand ils apparaissent pour la première fois, les neurones ont une structure différente de celle des neurones d’un être humain mature. Pour réaliser les fonctions requises par le système nerveux d’un être humain en développement, les neurones émigrent vers une zone particulière du corps, et dans une première étape, leur métabolisme leur permet de survivre sans oxygène. Cependant, lorsqu’ils arrivent dans la zone du cerveau et s’y établissent, ils adoptent immédiatement un nouveau métabolisme qui nécessite de l’oxygène pour survivre. Dans l’intérêt de toutes les cellules nerveuses, cette transformation doit, chaque fois, se dérouler parfaitement, autrement leur survie ne serait pas possible. Ceci est, sans nul doute, un miracle.38

Nous savons aujourd’hui qu’il est très dangereux pour les cellules du cerveau humain de rester sans oxygène pendant une certaine durée, et si cette durée se prolonge, la paralysie puis la mort sont inévitables. Mais les premières cellules qui voient le jour ont un système totalement différent. S’il y a un problème à ce stade, c'est-à-dire s’il n’y a pas de changement dans le métabolisme des neurones au bon moment, l’embryon ne se développe pas en être humain. Evidemment, une cellule ne peut pas déterminer elle-même quelle fonction elle exécutera à l’avenir et changer sa structure par sa propre volonté.

Ici encore, nous sommes face au triomphe de la vérité: c’est Dieu Qui crée les neurones avec ces caractéristiques, les active au bon moment et les place là où ils doivent être. Chaque être humain doit savoir qu’il est passé par ces stades, et être reconnaissant quand il voit la magnificence avec laquelle Dieu l’a créé en tant qu’être humain. Il ne doit oublier à aucun moment que Dieu est le Créateur de toute chose, et qu’à part Lui, il n’y a pas d’autre force dans les cieux ou sur terre.

... Serais-tu mécréant envers Celui Qui t’a créé de terre, puis de sperme et enfin t’a façonné en homme? Quant à moi, c’est Dieu Qui est mon Seigneur; et je n’associe personne à mon Seigneur. (Coran, 18: 37-38)


L’importance de la planification chez les cellules



Le développement de l’embryon est précis et harmonieux. A la fin du premier mois, les yeux, les oreilles, le nez, le menton et les joues, complètement développés, sont visibles.

étapes de la livraison

Il est très important que la croissance et les changements de structure soient assurés de la même manière dans chaque partie du corps, parce que chaque organe a une structure très complexe. Par exemple, l’œil, à lui seul, se compose de 40 parties différentes. Pour exécuter ses fonctions et fonctionner correctement, la croissance de ces parties doit être proportionnelle, les connections entre les parties doivent être saines et chaque partie doit occuper sa place. De la même manière, dans la formation du bras, les os et les muscles doivent commencer leur formation en même temps.

Toutes les cellules de l’embryon agissent donc en parfaite harmonie. Chacune d’entre elles est consciente du plan général du corps, envoie un certain nombre de messages et réagit aux messages qui proviennent des autres cellules. Les différentes cellules de l’embryon agissent ensemble, avec une compréhension réelle, utilisant l’information contenue dans l’ADN, suivant leurs besoins.

Mais comment les cellules savent-elles où aller et quoi faire? Comment peuvent-elles agir de concert avec les autres cellules et dans une telle harmonie? Qui décide de la façon d'utiliser le matériel génétique contenu dans les cellules et comment les cellules peuvent-elles se différentier les unes des autres?

Dans les organes de notre corps, il ne doit y avoir ni insuffisance ni excès ce qui pourrait s'avérer fatal ou au moins causer un handicap. Comment déterminer le nombre d'organes dont le corps a besoin? Pourquoi, lorsqu'un groupe de cellules commence à former un organe, un autre groupe de cellules ne se met pas, lui aussi, à former un second organe, similaire au premier?

Les évolutionnistes essaient d’éviter cette question en disant que c’est la molécule d’ADN qui est responsable de toutes ces fonctions, mais c’est une tromperie. Le point fondamental à considérer ici est le suivant: qui a mis toute l’information dans la molécule d’ADN de chaque cellule du corps? De plus, qui a décidé où, quand et comment cette information serait utilisée? A ces questions, les évolutionnistes n’ont pas de réponse.

Des cellules formées à partir d’atomes inanimés et inconscients, vaisseaux sanguins, tissus, air, vent, ou toute autre matière, n’ont aucun pouvoir de prendre une telle décision. C’est Dieu Qui a inscrit ce plan merveilleux dans l’ADN et c’est Lui qui assure sa parfaite réalisation en inspirant aux cellules ce qu’elles doivent faire. Dieu a le pouvoir sur toute chose.


Préparation pour le monde extérieur



Le bébé, dont les organes se développent lentement commence à bouger mais doit subir un développement supplémentaire. Pour sa survie dans un environnement totalement différent de celui dans lequel il vit actuellement, il est nécessaire que les préparatifs requis se produisent.

Dans cette perspective, le bébé a besoin de commencer à bouger lentement et à faire fonctionner les organes qui viennent de se former. Ce problème a été résolu de la manière la plus merveilleuse qui soit. Dans la membrane qui sépare le bébé de l’utérus apparaît un liquide spécial appelé "liquide amniotique". Les reins et les poumons du bébé, la membrane amniotique et l’utérus qui les entoure contribuent à la formation de ce liquide.39


"L’eau de la vie" du bébé: le liquide amniotique



Le liquide amniotique est spécialement produit pour le bébé; il prépare les organes à fonctionner dès la naissance. Le bébé, en ingérant le liquide amniotique, s’habitue au monde extérieur. De cette façon, sa langue commence à percevoir les goûts amer, doux, salé et aigre. Par la suite, les glandes salivaires se mettent à fonctionner. Le liquide amniotique ingéré par le fœtus prépare les intestins à leur fonction d’absorption, et fait fonctionner les reins en créant la fonction de filtrage constant de ce même liquide à partir du sang. Le liquide absorbé par les reins est réinjecté dans le liquide amniotique, sans le contaminer, parce que les reins ont la capacité, distincte de celles qu’ils auront plus tard, de filtrer et de stériliser le liquide ingéré par le bébé. Et ce liquide, comme lorsque vous nettoyez une piscine, est continuellement purifié à l’aide d'autres liquides.




amniotique




Sur la droite, le foetus peut être observé dans la membrane amniotique. Le liquide à l'intérieur de la membrane protège le foetus des chocs et des traumatismes. De plus, il prépare aussi les intestins du foetus à leur fonction d'absorption, assiste le fonctionnement des reins et garantit une température constante requise par le foetus. La présence du liquide amniotique est également importante pour la santé de la mère. Grâce à ce liquide, le foetus est empêché d'exercer une pression sur l'utérus et vice-versa.





Au cours de la même période et parallèlement à ces développements, les sucs gastriques commencent à être sécrétés dans l'estomac pour que l'appareil digestif soit bien préparé.40 Et les cellules qui viennent de se former dans les intestins du bébé acquièrent la capacité de distinguer entre des sucres et des sels et plus tard de rejeter des déchets particuliers dans le sang de la mère. De cette façon, les intestins et les reins sont mis en action. Le liquide amniotique est ingéré par les intestins du fœtus une fois toutes les trois heures, ce qui veut dire huit fois par jour et est retourné à la mère à travers le sang. La quantité de liquide ingérée est la même que la quantité versée dans le réservoir de liquide amniotique. Ce liquide provient aussi bien de l'utérus de la mère que des poumons et des reins du fœtus où il est produit. La de liquide, d'une importance vitale pour le fœtus, reste donc constante. Grâce à ce système parfait, l'apparquantitéeil digestif du fœtus devient opérationnel.

Synchronisé avec le développement du fœtus, la quantité de liquide amniotique augmente, atteignant approximativement 30 ml à la dixième semaine, 350 ml au cinquième mois, et 1 litre au septième mois. Au moment de la naissance, cependant, la quantité de liquide amniotique n'est plus que d'un demi litre.41

Les bienfaits du liquide amniotique sont multiples. Non seulement il prépare l'appareil digestif à la période suivant la naissance, mais il assure aussi au bébé des mouvements plus confortables dans l'utérus de la mère. Le fœtus flotte dans ce liquide comme un bateau amarré à un quai. Dans cet élément, il peut se mouvoir sans danger dans l'utérus de la mère. Au même moment, ce liquide protège le fœtus de tout traumatisme physique non exagéré provenant de l'extérieur. La pression appliquée sur le liquide est diffusée également dans toutes les directions, protégeant le fœtus de tout effet nuisible. Par exemple, si la mère court, les secousses produites n'ont aucun effet sur le bébé; c'est comme un bouchon de liège secoué dans un récipient rempli d'eau. Nous voyons ainsi que le plus parfait système de protection possible a été créé pour le fœtus; chaque type de danger ayant été envisagé et assorti des précautions nécessaires.

Ce liquide spécial présente un autre avantage vital pour le fœtus: une température constante. Il est connu que les liquides distribuent la chaleur uniformément. Le liquide amniotique est continuellement recyclé et possède une température constante. La chaleur nécessaire pour le développement du fœtus est distribuée également dans chaque direction.




amniotique




Sans liquide amniotique il n'est pas possible qu'un bébé se développe dans l'utérus de sa mère. Ce liquide a été produit parfaitement depuis le moment du premier être humain jusqu'à aujourd'hui. Cela invalide l'affirmation des évolutionnistes que ce développement puisse survenir par des changements étalés dans le temps se produisant étape par étape.





Le moindre problème dans la production de ce liquide, la purification continue ou la régulation de son volume, met en danger le développement naturel du fœtus. Par exemple, si la quantité de liquide amniotique n'est pas suffisante, ou s'il n'y en a pas du tout, une série d'anomalies commence à apparaître. Les membres se dessèchent et se déforment, les articulations fondent, la peau se détend et, à cause de la pression, la face se déforme. Le problème le plus sérieux serait que les poumons ne puissent pas se développer et que le bébé décède immédiatement après la naissance.42 La présence du liquide amniotique est importante pour la santé de la mère également car il remplit tout l'utérus afin qu'il ne subisse aucune pression pendant que le fœtus se développe et prend du poids. Si ce liquide n'était pas présent, le fœtus, en se développant, presserait l'utérus vers le bas et la contre-pression exercée par les parois utérines rendrait le développement du fœtus impossible.

Tout cela nous montre que depuis le premier être humain et jusqu'à maintenant, le liquide amniotique a toujours été produit. Sans ce liquide, un bébé ne peut pas se développer dans l'utérus de sa mère. Cela discrédite complètement la thèse des évolutionnistes selon laquelle le développement se produit étape par étape et sur une période de temps. Aucune naissance n'aurait eu lieu et la race humaine n'aurait pas existé si une seule étape de la création de l'être humain avait fait défaut. Il est donc faux de dire que le liquide amniotique est apparu après un certain temps, lorsque le besoin s'en est fait sentir. Il est impossible de prétendre qu'un tel liquide, avec de si importantes fonctions, a été formé à un moment donné, par hasard. Dire qu'un organisme complexe est apparu à un moment donné revient à dire que cet organisme a été créé. Il n'est pas possible que l'effet du hasard puisse calculer, évaluer des besoins, choisir ce qui est approprié pour y répondre et les appliquer au bon moment et au bon endroit.

Il est clair que Dieu a créé le liquide amniotique et l'appareil auquel il est relié. C'est Lui Qui a déterminé aussi le volume de liquide amniotique requis à chaque étape du développement de l’embryon.

Dieu sait ce que porte chaque femme, et de combien la période de gestation dans la matrice est écourtée ou prolongée. Et toute chose a auprès de de Lui sa mesure. (Coran, 13: 8)


Préparation pour le premier souffle



Après la naissance, l'étape la plus importante pour le bébé est la respiration; il est nécessaire que les poumons, se remplissent d'air pour la première fois et permettent au nouveau-né de respirer. Le bébé, qui avait déjà reçu de l'oxygène du sang de la mère, doit maintenant le prendre de l'air avec ses propres poumons. Et, d'une façon miraculeuse, les poumons, qui n'ont jamais reçu d'air avant la naissance, se mettent à fonctionner tout à fait naturellement, ce qui est normalement indiqué par le premier cri du nouveau-né.





DES POILS MINUSCULES PROTEGEANT LE BEBE




bébé, utérus


Le bébé se développant dans l'utérus de sa mère est protégé par le liquide amniotique. Mais si le bébé passe trop de temps dans ce fluide, il subira des dommages. Mais cela n'arrive pas. Le corps du bébé possède une défense excellente contre les dommages de ce liquide. Au cours du cinquième mois, des poils minuscules sans couleur recouvrent le corps du bébé. Ces poils restent sur le corps du bébé pendant trois ou quatre mois. Avant la naissance, ils recouvrent le corps du bébé presque complètement. Avec ces poils, le liquide amniotique ne sera pas capable d'endommager la peau du bébé. Il est clair que la présence de ces poils est une précaution particulière prise pour protéger le bébé. Le développement du bébé dans l'utérus de la mère ne souffre d'aucun défaut. Ce système est organisé afin qu'aucun problème ne survienne et ce n'est qu'une des manifestations de la puissance créatrice sans limite de Dieu.





Dieu a tout créé avec facilité et s'assure que la préparation des poumons pour la naissance soit effective. Le diaphragme situé entre l'estomac et la cage thoracique joue ici un rôle important. Il commence à fonctionner vers le sixième mois de la grossesse où il se dilate et se contracte par intermittence plusieurs fois par heure. Mais après la naissance, cela deviendra automatique.

Le bébé est constamment sous protection mais ce n'est pas grâce à la protection de la mère: elle continue de mener une vie normale; aucun des changements de son corps n'est sous son contrôle. Même si elle voulait y intervenir, elle ne pourrait pas. Tous ces développements interviennent par le pouvoir éternel de notre Seigneur. Dieu a créé tout ce qu'il faut pour qu'un enfant vienne au monde comme un être humain normal de la manière la plus merveilleuse qui soit. Tous les besoins du bébé, au stade de fœtus, sont satisfaits, et la mère n'a pas à penser à ce qu'elle doit faire pour que le bébé vienne au monde et survive.

Même si elle l'avait voulu, jamais la mère n'aurait pu prendre les déchets du corps du fœtus, les purifier dans ses propres reins et les décharger. C'est Dieu Qui détermine tous les besoins d'un nouvel être humain sur le point de venir au monde, et construit le système qui répond le mieux à ces besoins.


Ultimes préparatifs



Progressivement, le fœtus est préparé à la vie dans le monde extérieur par une équipe extraordinaire de travailleurs qui se met en place parmi les organes. Les yeux, inutilisés dans l'utérus de la mère, sont formés pour l'intensité de la lumière du monde extérieur; les oreilles sont faites pour les sons du monde extérieur. De la même façon, l'estomac et les autres organes de l'appareil digestif sont pourvus d'un système physiologique modelé pour fonctionner avec les nutriments de ce monde. Les cellules de l'appareil digestif sont programmées et réglées pour digérer des aliments qu'elles n'ont jamais rencontrés. En plus de leur capacité à analyser les glucides et les graisses, elles sont programmées pour savoir quels nutriments sont requis, par quel organe et s'assurer que ces nutriments sont envoyés aux cellules appropriées du corps. Ainsi, le fœtus est préparé pour le monde extérieur d'une manière planifiée et programmée. Ici, nous devons souligner encore une fois que ces organes et cellules qui constituent le corps d'un nouvel être humain font ces préparations pour un environnement qu'ils n'ont jamais vu, jamais expérimenté. Ces tissus se développent comme s'ils étaient conscients de l'environnement qui les attend à la sortie de l'utérus. Il est certainement impossible de prétendre que ces cellules exécutent ces actions par leur propre prescience. La préparation consciente et délibérée, faite par les cellules pour former le corps d'un bébé, leur est inspirée par Dieu et doit être considérée comme une preuve importante de la création divine.




baby, couveuse



 




Dans les derniers mois, le fœtus gagne du poids. Certaines cellules produisent une couche de matière grasse de couleur brunâtre. Cette graisse brune spéciale se développe dans des régions particulières du fœtus comme la nuque, autour des reins et derrière le sternum. En plus de fournir une isolation, la graisse brune produit elle-même de la chaleur. La fonction spéciale de cette couche de graisse est de maintenir la chaleur du bébé pendant les premières semaines après la naissance.43 Ces cellules exécutent ce qui leur a été inspiré et cela est une autre preuve de la création.

Dans le même temps, la peau du fœtus subit des changements importants se traduisant par le développement, avant la naissance, de l'épiderme qui est crucial pour la survie après la naissance. La peau du fœtus produit une enveloppe huileuse qui confère à la surface de la peau, qui est en contact avec le liquide amniotique, une propriété de répulsion de l'eau. Cette couche huileuse a un effet important de promotion de la maturation des cellules de la peau et la formation d'une barrière dermique avant la naissance.44

Nous avons mentionné précédemment que durant les premiers stades de l'embryon, les anticorps de la mère n'ont pas accès au sang du bébé. Ces cellules voient le bébé comme une intrusion étrangère et pourraient le tuer. Mais au neuvième mois, cette situation change subitement: le système immunitaire de la mère produit dans l’utérus des anticorps qui passent dans le fœtus par l'intermédiaire du placenta. Dans les premiers six mois qui suivent la naissance, les cellules du système immunitaire du bébé ne sont pas encore développées et il a besoin d'anticorps pour se protéger des germes du monde extérieur. C’est pourquoi, au cours du dernier mois, les anticorps de la mère, qui sont autorisés à accéder au sang du bébé, se préparent, miraculeusement non pas à attaquer le fœtus, mais à le protéger contre toute maladie infectieuse immédiatement après la naissance.45 Puis, au cours des mois suivants, alors que le bébé commence à produire ses propres anticorps, ceux de la mère cessent de fonctionner – un autre miracle!

Voici un nouvel exemple de la parfaite planification de la création de l’être humain. Les détails de chaque mois, de chaque jour, de chaque minute de la formation d'un être humain sont calculés minutieusement. Des systèmes infaillibles empêchent des matières dangereuses d'atteindre le fœtus, mais lorsqu'elles deviennent nécessaires, l'ancien système est désactivé et un nouveau est mis en œuvre, conformément au même plan parfait. Il est certain que cela n'est pas dû à la volonté des cellules qui forment l'être humain. Toutes ces choses extraordinaires sont autant de preuves de l'incomparable création de Dieu le Tout-Puissant.

Chaque être humain, pendant qu’il est au stade de fœtus, subit ces développements contrôlés selon un plan minutieux pour atteindre la maturité. Ce plan et la parfaite conception du développement d’un être humain sont, pour les gens qui méditent, encore une manifestation du savoir et de la sagesse éternels de Dieu.


Création à partir d’une goutte



Pendant les neuf mois passés dans l’utérus de la mère, la croissance continue de manière parfaite. Le fœtus entre dans l’utérus d’abord comme une goutte de liquide et graduellement se transforme en être humain.

S’il y avait eu le moindre problème de coordination dans ce développement, le fœtus serait certainement mort. Par exemple, si le cerveau se développait plus rapidement que les os du crâne, le cerveau du fœtus serait compressé et subirait des dommages. Cette coordination est importante aussi pour la formation des yeux, du foie et du cœur, tout comme pour les autres organes et les os qui les entourent. Le développement synchronisé des organes est primordial car si les reins se développaient trop lentement et que l’appareil circulatoire était déjà été formé, le sang ne serait pas purifié et le corps serait empoisonné.

Mais ceci n’arrive pas et le bébé qui est sur le point d’ouvrir ses yeux au monde est créé en passant parfaitement d’un stade à un autre.
Le seul pouvoir qui crée un être humain accompli, à partir de ce qui n’était au départ qu’une goutte de liquide, est celui de Dieu le Tout-Puissant, Seigneur de l’univers. Voici comment le Coran nous relate la création de l’homme par Dieu:

L’homme pense-t-il qu’on le laissera sans obligation à observer? N’était-il pas une goutte de sperme éjaculé? Et ensuite une adhérence. Puis Dieu l’a créé et formé harmonieusement; puis en a fait alors les deux éléments d'un couple, le male et la femelle? Celui-là (Dieu) n’est-Il pas capable de faire revivre les morts? (Coran, 75: 36-40)

Certainement, un individu conscient de cette vérité serait en permanence reconnaissant d’avoir été créé par son Seigneur à partir d’une goutte de liquide et d’avoir fait de lui une personne qui voit, qui entend et qui pense.

Dis: "C’est Lui qui vous a créés et vous a donné l’ouie, les yeux et les cœurs." Mais vous êtes rarement reconnaissants! (Coran, 67: 23)


En route vers un nouveau monde



Quand touts les préparatifs pour permettre au fœtus d'arriver au monde sont terminés, le liquide amniotique prend en charge de nouvelles activités. Il forme des poches de liquide qui provoqueront l’expansion du col de l’utérus pour permettre au bébé de passer, et éviter qu’il ne soit compressé dans l’utérus pendant l’accouchement. Au début de l’accouchement, les vésicules sont perforées et déversent le liquide qu’elles contiennent, lubrifiant et stérilisant ainsi le canal à travers lequel le fœtus passera. De cette façon la naissance est plus facile et protégée des bactéries.46




embryon




D'autres conditions doivent être remplies au même moment pour une naissance sans danger. Par exemple, pour que le bébé puisse sortir de l’utérus, il faut qu’il soit dans la bonne position. Pour cela, les pieds du bébé se déplacent, le faisant tourner lentement jusqu’à ce que la tête se place dans le col de l'utérus. Maintenant que le bébé est trop gros pour manœuvrer, sa capacité à se déplacer est réduite et il ne peut bouger sa tête de cette position.47

Mais comment le bébé à naître décide de la position la plus appropriée? Et comment le fœtus, dans l’utérus de sa mère, détermine-t-il à quel moment venir au monde? Ce sont certainement des choses très importantes auxquelles il faut penser. Le fait qu’un être, dont la conscience n’est pas encore développée, puisse faire preuve de tant de conscience est une indication claire non pas de sa volonté propre, mais de la connaissance et de l’inspiration de Dieu le Créateur.

Nous pouvons voir beaucoup d’autres exemples merveilleux de la création. Pour que la naissance se passe bien, le crâne du bébé doit posséder une structure malléable afin de ne pas être endommagé dans le canal génital. Si nous examinons le crâne du bébé, nous remarquons un groupe de 5 os avec, entre eux, un espace mou appelé "fontanelle". Cette structure molle donne au crâne une flexibilité qui protège le cerveau du bébé et le crâne des pressions qu’ils subissent au cours de la naissance.

Nous avons donc vu que tous les préparatifs faits en vue de la naissance du bébé sont faits sous stricte surveillance; des précautions sont prises pour parer à toute éventualité. Mais qui s’assure que tous les préparatifs sont terminés? Qui détermine le moment de la naissance? Qui vérifie que les yeux sont prêts à voir, les poumons prêts à respirer, les articulations parfaitement développées et le cerveau entièrement formé? Rien dans le corps en développement du fœtus ne peut contrôler ces choses. Le cerveau, qui est accepté comme le centre de contrôle de tout le corps, est un organe qui se développe avec le fœtus. De plus, même un cerveau complètement formé ne pourrait pas avoir de discernement à ce stade. Le fœtus, qui jusqu’à ce moment s’est développé dans l’utérus de sa mère, n’a aucune conscience de l’environnement extérieur. Il ne peut pas déterminer s’il est ou non développé de façon adaptée à son futur environnement. Et ce n’est pas la mère qui détermine le moment de la naissance. Depuis le premier jour, on le sait, une mère ne peut intervenir dans aucune des opérations qui ont lieu dans son corps; comment pourrait-elle alors décider de ce que ces différents stades sont achevés?

Il ne fait aucun doute que c’est Dieu qui a programmé chaque stade du développement du bébé et la date à laquelle ce petit être commencera sa vie dans ce monde. Seul Dieu connaît chaque moment de la vie qu’ils mèneront. Quand un être humain vient au monde, Dieu connaît même le jour où il mourra. La mort viendra au moment fixé par Dieu. Une personne consciente de ces faits sait ce qu’elle doit faire: penser à sa propre création et, une fois encore, témoigner de la puissance éternelle de son Seigneur, et organiser toute sa vie de manière à plaire à Dieu.

O hommes! Si vous doutez au sujet de la Résurrection, c’est Nous Qui vous avons créés de terre, puis d’une goutte de sperme, puis d’une adhérence "‘alaq" puis d’un embryon formé aussi bien qu’informe pour vous montrer [Notre omnipotence] et nous déposerons dans les matrices ce que nous voulons jusqu’à un terme fixé. Puis Nous vous en sortirons [à l’état] de bébé, pour qu’ensuite vous atteigniez votre maturité. Il en est parmi vous qui meurent [jeunes] tandis que d’autres parviennent au plus vil de l’âge si bien qu’ils ne savent plus rien de ce qu’ils connaissaient auparavant. (Coran, 22: 5)

 


NOTES



20. Williams P., Basic Human Embryology, 3ème éd., 1984, p. 64

21. Eldra Pearl Solomon, Linda R. Berg, Diana W. Martin, Claude V. Willee, Biology, 3ème éd., Saunders College Publishing, p. 1066

22. Geraldine Lux Flanagan, Beginning Life, Dorling Kindersley, London, 1996, p. 28

23. Gerard J. Tortora, Introduction to the Human Body: Essentials of Anatomy & Physiology, p. 556

24. Geraldine Lux Flanagan, Beginning Life, Dorling Kindersley, London, 1996, p. 38

25. Science et Vie, Gérard Couly, March 1995, No.190, pp. 48-50

26. Hoimar von Ditfurth, Im Anfang War Der Wasserstoff (In the Beginning was Hydrogen), p. 126

27. Geraldine Lux Flanagan, Beginning Life, Dorling Kindersley, London, 1996, p. 42

28. Geraldine Lux Flanagan, Beginning Life, Dorling Kindersley, London, 1996, pp. 42-43

29. Richard Dawkins, The Selfish Gene, Oxford University Press, New York, 1976, p. 37

30. National Institute of Health, Researchers Discover How Embryo Attaches to the Uterus News Release, 16 janvier 2003 (http://www.nichd.nih.gov/new/releases/embryo.cfm)

31. Science et Vie, mars 1995, no.190, pp. 21-22

32. Intimate Universe, The Human Body, vol. 1, 1998, British Broadcasting Corporation,

33. Arthur C. Guyton, John E. Hall,, Textbook of Medical Physiology, 10ème éd., Harcourt International Ed., PA, 2000, p. 946

34. Science et Vie, mars 1995, no.190, pp. 119-120

35. Eldra Pearl Solomon, Linda R. Berg, Diana W. Martin, Claude V. Willee, Biology, 3ème éd., Saunders College Publishing, p. 1069.

36. Geraldine Lux Flanagan, Beginning Life, Dorling Kindersley, London, 1996, p. 73

37. Science et Vie, mars 1995, no.190, p. 88

38. Science et Vie, mars 1995, no.190, p. 94

39. Geraldine Lux Flanagan, Beginning Life, Dorling Kindersley, London, 1996, p. 74

40. Geraldine Lux Flanagan, Beginning Life, Dorling Kindersley, London, 1996, p. 64

41. Keith L. Moore, The Developing Human, W.B. Saunders Company, PA, 1982, p. 126

42. Science et Vie, mars 1995, no.190, pp. 112-113

43. Geraldine Lux Flanagan, Beginning Life, Dorling Kindersley, London, 1996, p. 87

44. 1999-2003, Cincinnati Children's Hospital Medical Center (http://www.cincinnatichildrens.org/svc/dept-div/skin/medical.htm)

45. Laurence Pernoud, J'attends un enfant, Pierre Horay, Paris, 1995, p. 135

46. Laurence Pernoud, J'attends un enfant, Pierre Horay, Paris, 1995, p. 138

47. Geraldine Lux Flanagan, Beginning Life, Dorling Kindersley, London, 1996, p. 103


 

Les chapitres du livre

Desktop View

 

 

iddialaracevap.blogspot.com ahirzamanfelaketleri.blogspot.com ingilizderindevleti.net