Harun Yahya

Ramadan 2011, 22. jour





 




Et si Allah s'en prenait aux gens pour ce qu'ils acquièrent. Il ne laisserait à la surface [de la terre] aucun être vivant. Mais Il leur donne un délai jusqu'à un terme fixé. Puis quand leur terme viendra... (Il se saisira d'eux) car Allah est très clairvoyant sur Ses serviteurs.
(Sourate Fatir, 45)






Le Messager d’Allah (pbsl) a dit: "Le savant qui enseigne le bien aux gens et ne le met pas en pratique, est semblable à la torche qui éclaire en se brûlant." Rapporté par Tabarâni et authentifié par Albâni.








ASH-SHAKUR

LE RECONNAISSANT

 

Si vous faites à Allah un prêt sincére, Il multipliera pour vous et vous pardonnera. Allah cependant est trés reconnaissant et indulgent. (Sourate at-Taghabun, 17)
 

Allah nous comble d'innombrables bienfaits et n'attend de nous en retour qu'une chose: que nous soyons des serviteurs reconnaissants. Il attire notre attention sur ce point trés important dans le verset 7 de la Sourate Ibrahim: "...Et lorsque votre Seigneur proclama: ‘Si vous êtes reconnaissants, trés certainement J'augmenterai [Mes bienfaits] pour vous. Mais si vous êtes ingrats, Mon châtiment sera terrible’.”

Celui qui ne daigne pas remercier Allah pour Ses bienfaits serait châtié dans l'au-delà ainsi que l'exige la justice d'Allah. Toutefois, le Coran nous rappelle qu'Allah est clément envers Ses serviteurs:
 

Certes, Allah ne lése (personne), fût-ce du poids d'un atome. S'il est une bonne action, Il la double, et accorde une grosse récompense de Sa part. (Sourate an-Nisa, 40)
 

Quiconque accomplit une bonne action pour la cause d'Allah obtiendra récompense supérieure à celle-ci le jour du jugement.
 

Telle est la [bonne nouvelle] qu'Allah annonce à ceux des Ses serviteurs qui croient et accomplissent les bonnes œuvres! Dis: “Je ne vous en demande aucun salaire si ce n'est l'affection eu égard à [nos liens] de parenté.” Et quiconque accomplit une bonne action, Nous répondons par [une récompense] plus belle encore. Allah est certes pardonneur et reconnaissant. (Sourate ash-Shura, 23)

Et ils diront: “Louange à Allah Qui a écarté de nous l'affliction. Notre Seigneur est certes pardonneur et reconnaissant. (Sourate Fatir, 34)





Nos frères Musulmans en France, qu'ils soient Arabes, Alaouites, Jafarites, Chiites et Sunnites, doivent tous s'unir




 

La nature supérieure de l'agencement des rimes dans le Coran
 







Le livre du Professeur Adel M. A. Abbas, Science Miracles





L'un des éléments qui donne au Coran son caractère inimitable découle de sa structure littéraire. Bien qu'écrit en langue arabe, la formulation du Coran ne ressemble en rien à celles utilisées dans la littérature arabe.

Le système de rimes composant le Coran est connu sous le nom de "prose rimée" et les linguistes décrivent l'utilisation de la rime dans le Coran comme un miracle. Dans son livre Science Miracles (Les miracles de la science), rédigé pour démontrer le caractère miraculeux de la composition linguistique du Coran, le très célèbre scientifique britannique, le Professeur Adel M. A. Abbas a fait des recherches de grande envergure sur les lettres et l'agencement des rimes dans le Coran, au moyen de graphiques et de diagrammes. Dans ce livre, certains faits plutôt frappants ont été établis en rapport avec le système de rimes du Coran.

Comme nous le savons, 29 sourates du Coran commencent avec une ou plusieurs lettres symboliques. Ces lettres sont appelées "lettres mouqatta`ah" ou "lettres initiales". 14 des 29 lettres de l'alphabet arabe contiennent ces lettres initiales: Qaf, Sad, Ta, Ha, Ya, Sin, Alif, Lam, Mim, Kaf, 'Ayn, Noun, Ra, Ha.

Parmi ces lettres, lorsque nous examinons la lettre "Noun" de la sourate al-Qalam, nous notons l'existence de rimes avec la lettre "Noun" dans 88,8% des versets. 84,6% de la sourate ash-Shu'ara', 90,32% de la sourate an-Naml et 92,05% de la sourate al-Qasas ont des rimes composées avec cette lettre.

Lorsqu'on applique ces études à tout le Coran, on se rend compte que 50,08% du Livre sont rimés avec "Noun". En d'autres mots, la moitié des versets coraniques se terminent avec la lettre "Noun". Dans aucune oeuvre littéraire d'une telle longueur, il n'a été possible de composer des rimes avec une seule intonation dans plus de la moitié du texte. Et ceci s'applique à toutes les langues et pas seulement à la langue arabe.
 










Lorsqu'un examen général de l'agencement des rimes dans le Coran est effectué, on se rend compte que 80% des rimes se composent de seulement trois sons (n, m, a) qui sont constituées des lettres "Alif, Mim, Ya et Noun".1

La lettre "Noun" mise à part, 30% des versets sont rimés avec "Mim", "Alif" ou "Ya".
 









 

Les versets suivants sont seulement quelques-uns des nombreux exemples de rimes faisant appel à ces quatre lettres.
 








































La composition de prose rimée avec deux ou trois sons dans un poème de 200 à 300 lignes, peut aboutir à un travail d'une grande qualité, d'une qualité suffisante pour être décrit comme étant un chef d'œuvre par les critiques littéraires contemporains. Cependant, en gardant à l'esprit la longueur du Coran, les informations qu'il contient et ses sages exposés, l'extraordinaire manière avec laquelle son système de prose rimée est utilisé devient encore plus claire et plus belle. Le Coran, en effet, contient un océan d'informations sur un très large éventail de sujets. Ils comprennent la religion et un guide de moralité, des leçons issues de personnes ayant vécu par le passé, le message des prophètes et les messagers d’Allah, les sciences physiques et les récits historiques d'évènements importants. Mais tout ceci, quoique merveilleux en soi, est raconté avec un rythme littéraire et une excellence des plus fantastiques. Il est tout simplement impossible qu'un livre comme le Coran, avec tant de rimes dans la prose, utilisant si peu de sons, abordant des sujets si variés et si instructifs, soit l'œuvre d'un être humain. De ce point de vue, il n'est pas surprenant que les linguistes arabes décrivent le Coran comme étant "définitivement inimitable".
 

1.     F. F. Arbuthnot, The Construction of the Bible and the Koran (Londres: 1985), p. 5.
 



Ceux qui font du bien reçoivent du bien en récompense
 

Ceux qui font le bien sont récompensés par des bienfaits dans ce monde et dans l'au-delà. Le verset suivant nous enseigne ce secret:
 

Dis: "O Mes serviteurs qui avez cru! Craignez votre Seigneur." Ceux qui ici-bas font le bien, auront une bonne [récompense]. La terre d'Allah est vaste et les endurants auront leur pleine récompense sans compter. (Sourate az-Zumar, 10)
 

Il faut, cependant, définir la notion du "bien": chaque société a développé son concept de bonté; garder un visage souriant, faire l'aumône aux pauvres et se comporter de façon tolérante face à tous les évènements sont souvent reconnus comme des signes de la "bonté" dans la société. Cependant, Allah nous fait connaître la "bonté pieuse" dans le Coran:
 

La bonté pieuse ne consiste pas à tourner vos visages vers le Levant ou le Couchant. Mais la bonté pieuse est de croire en Allah, au Jour Dernier, aux anges, au Livre et aux prophètes, de donner de son bien, quelqu'amour qu'on en ait, aux proches, aux orphelins, aux nécessiteux, aux voyageurs indigents et à ceux qui demandent l'aide et pour délier les jougs, d'accomplir la Salât et d'acquitter la Zakât. Et ceux qui remplissent leurs engagements lorsqu'ils se sont engagés, ceux qui sont endurants dans la misère, la maladie et quand les combats font rage, les voilà les véridiques et les voilà les vrais pieux! (Sourate El Baqara - 2, verset 177)
 

Comme ce verset le souligne, la réelle bonté est la crainte d’Allah, le souvenir du Jour des Comptes, suivre sa conscience et accomplir toujours des actes qui plaisent à Allah. Le messager d’Allah, le Prophète Mohammed, que la paix soit sur lui, a également demandé aux croyants de craindre Allah et de faire du bien:

Craignez Allah partout où vous êtes. Faites du bien immédiatement après un acte blâmable pour l'effacer, et ayez toujours de bonnes manières dans vos rapports avec les gens.1

Allah a indiqué dans le Coran qu'Il aime ceux qui font toujours du bien en raison de leur foi, de leur crainte et de leur amour d’Allah, ajoutant qu'Il les récompensera par des bienfaits:
 

Allah, donc, leur donna la récompense d'ici-bas, ainsi que la belle récompense de l'au-delà. Et Allah aime les gens bienfaisants. (Sourate Al Imran, 148)

… Ceux qui font les bonnes œuvres auront un bien ici-bas; mais la demeure de l'au-delà est certes meilleure. Combien agréable sera la demeure des pieux! (Sourate an-Nahl, 30)

 

Ce sont de bonnes nouvelles annoncées dans le Coran à ceux qui font du bien, qui font preuve de don de soi et qui s'efforcent d'obtenir la satisfaction d’Allah. Allah promet à ces personnes une belle vie dans ce monde et dans l'au-delà ainsi que beaucoup de bénédictions, à la fois matérielles et spirituelles. Le Prophète Salomon, qui détenait un royaume dont aucun équivalent n'a jamais été accordé à quiconque, et le Prophète Youssouf qui régnait sur les trésors de l'Egypte, sont des exemples mentionnés dans le Coran. Allah nous informe des faveurs qu'Il a accordées au Prophète Mohammed, que la paix soit sur lui, comme le précise ce verset "Ne t'a-t-Il pas trouvé pauvre? Alors Il t'a enrichi" (Sourate ad-Duha, 8).

Il faut se rappeler qu'une vie belle et glorieuse n'est pas une grâce accordée uniquement aux croyants qui ont vécu dans le passé. Allah promet une vie agréable à Ses serviteurs croyants à toutes les périodes de l'histoire:
 

Quiconque, mâle ou femelle, fait une bonne œuvre tout en étant croyant, Nous lui ferons vivre une bonne vie. Et Nous les récompenserons, certes, en fonction des meilleures de leurs actions. (Sourate an-Nahl, 97)
 

Les croyants ne courent jamais après le monde, c'est-à-dire qu'ils ne se montrent pas avides pour les biens, le statut ou le pouvoir dans ce monde. Comme révélé dans un verset, ils "vendent" leur vie et leurs biens pour le paradis. Le commerce ne les distrait pas de l'invocation d’Allah, de l'accomplissement des prières et du service de la religion. En outre, ils font preuve de fermeté et de soumission même lorsqu'ils sont mis à l'épreuve par la faim ou la perte de biens, et ne se plaignent jamais. Les croyants qui ont émigré à l'époque du Prophète étaient un exemple. Ils ont laissé leurs maisons, leurs activités, leurs commerces, leurs propriétés et leurs terres derrière eux et sont partis pour une autre ville où ils ont su se contenter de peu. En échange, ils ont seulement voulu obtenir l'agrément d’Allah. Leur attitude et leur invocation sincère de l'au-delà leur ont fait gagner une vie heureuse pleine de bénédictions de la part de leur Seigneur.

Tout cela n'a pas augmenté leur attachement à ce monde, mais les a plutôt incités à être reconnaissants envers Allah et à L'invoquer. Allah promet une vie agréable à tous les croyants qui montrent de grandes valeurs morales dans ce monde.

Le signe le plus évident qu’Allah multiplie les bonnes actions est la différence qui existe entre la vie de ce monde et l'au-delà. La vie sur terre est une période courte, qui dure en moyenne 60 ans. Cependant, ceux qui se purifient et accomplissent des actes méritoires dans ce monde seront récompensés avec une bonté infinie dans l'au-delà en échange de ce qu'ils auront œuvré dans cette vie courte. Il est rapporté dans un verset:
 

A ceux qui agissent en bien est réservée la meilleure (récompense) et même davantage… (Sourate Yunus, 26)
 

Il faut bien réfléchir au concept de "l'infini" afin de comprendre l'importance de cette récompense. Supposons que tous ceux qui ont vécu sur terre jusqu'à aujourd'hui et ceux qui vivront à l'avenir passent chaque seconde de leur vie en comptant. Le chiffre obtenu en additionnant tous ces nombres serait sûrement difficile à prononcer. Cependant, comparé avec "l'infini", même ce chiffre énorme ne signifierait rien. C'est parce que l'infini signifie sans fin, qui n'a pas de limites dans le temps. La demeure de ceux qui montrent de la dévotion à Allah dans ce monde sera le paradis dans la vie future. Ils y resteront pendant toute l'éternité et auront tout ce que leur âme désire. Cela est sûrement un exemple sur lequel il faut réfléchir pour se rendre compte de la grandeur de la miséricorde et de la grâce d’Allah.
 

1.    Al-Tirmidhi, Birr 55, 1988
 


 

Le Foie
 

Le foie, qui occupe le côté supérieur droit de la cavité abdominale, fonctionne tel un excellent filtre au sein du système circulatoire. Alors que les reins ne filtrent que des déchets simples, solubles dans l'eau, le foie permet d'éliminer des résidus médicamenteux ainsi que des hormones. Maintenant examinons quelques fonctions du foie:

Il apporte un soutien logistique au système immunitaire: Le foie n'est pas seulement utile pour filtrer des résidus nutritifs et des surplus dégagés par le métabolisme, mais aussi il produit des globulines, notamment les immunoglobulines, qui sont des substances immunitaires, et des enzymes permettant la restauration de veines endommagées.

Il élimine les bactéries: Les cellules de Kupffer présentes dans le foie paralysent les bactéries présentes dans le sang qui passe par lui, en particulier le sang en provenance des intestins, et ce en enveloppant ces bactéries. Lorsque la proportion de résidus augmente dans le sang, le nombre de cellules de Kupffer augmente également afin que le filtrage soit efficace.

Il produit les ressources énergétiques du corps: L'une des caractéristiques les plus remarquables du foie est sa production de glucose, qui est la principale source d'énergie du métabolisme.

Le glucose issu de la nourriture quotidienne est transformé en glycogène et est stocké dans le foie. Le foie contrôle continuellement le niveau de glucose du sang. Lorsqu'aucune nourriture n'est consommée entre les repas et que le taux de glycémie commence à chuter, le foie transforme le glycogène stocké en glucose et le libère dans le sang. Par conséquent, le niveau de glucose ne baissera pas dangereusement. Le foie peut aussi produire du glucose à partir d'acides gras et d'aminoacides, tout comme il peut le produire à partir d'autres hydrates de carbone, qui ne seront pas utilisés dans la production d'énergie.

Il stocke du sang: Le foie possède la faculté de se dilater ou de se rétracter. Grâce à cela, il peut emmagasiner du sang, et le restituer plus tard dans les veines.

Dans un corps sain, le foie peut retenir 10 % du volume de sang total, ce qui correspond à 450 ml. Dans certaines conditions, par exemple lorsqu'il y a défaut cardiaque chez quelqu'un, la quantité totale de sang circulant habituellement dans l'organisme sera trop importante pour que le cœur puisse travailler sans risques. Dans ces circonstances, le foie doublera sa capacité de rétention du sang et emmagasinera 1 litre de sang. Ainsi, le cœur fonctionnera à un rythme raisonnable.

Et lorsque le besoin de sang se fera sentir (par exemple lors d'un effort physique), le foie libèrera dans le système circulatoire le sang stocké, répondant ainsi aux besoins.

Il travaille économiquement: Quand le glucose est consommé dans les muscles, l'acide lactique, qui est un surplus généré par le métabolisme, est produit. Tant que cet acide demeure dans les muscles, il occasionne des douleurs et entrave leur bon fonctionnement. Le foie collecte cet acide et le reconvertit en glucose.

Il produit de nouveaux globules rouges en remplacement des globules morts: La rate et le foie sont les organes où de nouveaux globules rouges sont produits pour remplacer ceux qui sont morts, et la plus grande partie des protéines y sont brisées et réutilisées comme aminoacides pour divers usages. Le foie est l'organe où le fer est stocké, destiné à remplir d'importantes fonctions dans l'organisme.

Le foie constitue la plus importante réserve du corps. Tous les minéraux, les protéines, ainsi qu'une petite quantité de graisses et de vitamines y sont emmagasinés. Et lorsque cela s'avère nécessaire, la substance requise est déstockée et acheminée par le plus court chemin à l'endroit voulu. Il contrôle scrupuleusement si le corps a suffisamment d'énergie ou non à l'aide d'un système de reconnaissance spécialisé. En fait, tous les organes du corps communiquent avec le foie.

Il possède la faculté de se réparer lui-même: Le foie peut remédier lui-même à des atteintes qu'il a subies, les cellules restantes restaurent la partie défectueuse en multipliant leur nombre instantanément. Même si les deux tiers de l'organe étaient amputés, la fraction restante pourrait recomposer le foie entièrement.

En même temps qu'il se répare, l'organe élimine les cellules mortes ou endommagées et les remplace par de nouvelles cellules. Une cellule du foie est suffisamment spécialisée pour accomplir plus de 500 opérations à la fois.

Allah, Qui est le Créateur de toute chose, montre Sa puissance, Sa création miraculeuse même dans les propriétés excellentes du foie.    
 


 

L'Homo Erectus: une ancienne race humaine
 

Selon les plans imaginés par les évolutionnistes, l'évolution interne de l'espèce Homo s'est effectuée dans l'ordre suivant: premièrement, l'Homo Erectus, puis l'Homo Sapiens archaïque et l'homme de Neandertal, plus tard l'homme de Cro-Magnon et après l'homme moderne. Cependant, toutes ces classifications ne sont en réalité que des races humaines originales. La différence entre elles n'est pas plus grande que celle entre un inuit et un noir ou un pygmée et un Européen.

Examinons alors en premier chef l'Homo Erectus, qui est présenté comme l'espèce la plus primitive. Comme le sous-entend le terme "erect", "Homo Erectus" signifie "l'homme marchant droit". Les évolutionnistes ont dû distinguer ces hommes des précédents en ajoutant la qualité de "droiture" car tous les fossiles d'Homo Erectus disponibles sont droits à un point qui n'a pas été observé chez les spécimens d'Australopithèques ou d'Homo Habilis. Il n'existe aucune différence entre le squelette de l'homme moderne et celui de l'Homo Erectus.

La raison principale qu'invoquent les évolutionnistes pour définir l'Homo Erectus en tant que "primitif" est sa capacité crânienne (900-1.100 cm3), plus réduite que la moyenne chez l'homme moderne, ainsi que ses sourcils épais. Cependant, il y a de nombreuses personnes de nos jours qui ont la même capacité crânienne que l'Homo Erectus (par exemple, les pygmées) et il existe d'autres races qui ont des sourcils saillants (les aborigènes australiens à titre d'exemple).     
 





 

L'HOMO ERECTUS: UNE ANCIENNE RACE HUMAINE

 

Homo Erectus signifie "l'homme qui se tient droit". Tous les fossiles inclus dans cette espèce appartiennent à des races humaines particulières. Puisque la majorité des fossiles des Homo Erectus ne partage pas la même caractéristique, il est assez difficile de définir ces hommes selon leurs crânes. C'est la raison pour laquelle divers chercheurs évolutionnistes ont établi plusieurs classifications et appellations. Ci-dessus sur la gauche, nous pouvons voir un crâne qui a été découvert à Koobi Fora, en Afrique en 1975. Il définit globalement l'Homo Erectus. Sur la droite, un crâne: Homo Ergaster KNM-ER 3733, est celui qui recouvre les mystères en question.

Les capacités crâniennes de tous ces fossiles Homo Erectus sont de 900 à 1100 cm3. Ces chiffres correspondent aux limites des capacités crâniennes contemporaines.

KNM-WT 15000 ou le squelette de l'enfant de Turkana sur la droite est probablement le plus vieux et le plus complet des fossiles humains trouvés à ce jour. Les recherches menées sur ce fossile, supposé être vieux de 1,6 millions d'années, démontrent qu'il appartient à un enfant de 12 ans dont la taille aurait atteint 1,80 m s'il avait vécu jusqu'à l'adolescence. Ce fossile, qui ressemble largement à la race du Neandertal, est la preuve par excellence qui réfute la thèse évolutionniste.

L'évolutionniste Donald Johnson décrit ce fossile en ces termes: "Il était grand et mince. Sa forme corporelle et ses membres ressemblent largement à ceux des Africains équatoriaux. La taille de ses membres était parfaitement adaptée à celle des adultes blancs d'Amérique du Nord."






Tout le monde s'accorde sur le fait que la différence de la capacité crânienne ne signifie pas nécessairement une différence dans le niveau d'intelligence ou dans les capacités. L'intelligence dépend plus de l'organisation interne du cerveau que du volume de celui-ci.1

Les fossiles qui ont fait connaître l'Homo Erectus au monde entier sont ceux de l'homme de Pékin et l'homme de Java trouvés en Asie. Toutefois, on s'est rendu compte après que ces deux fossiles n'étaient pas une source solide. L'homme de Pékin consistait d'éléments faits en plâtre puisque les originaux étaient perdus, alors que l'homme de Java se "composait" d'un fragment de squelette en plus d'un os de pelvis trouvé à quelques mètres du squelette sans la moindre indication que cet os de pelvis a bel et bien appartenu à ce même être humain. C'est pour cette raison que les fossiles de l'Homo Erectus trouvés en Afrique ont eu cette importance grandissante. (Il y a lieu de préciser que certains fossiles appartenant prétendument à l'Homo Erectus ont été inclus dans une seconde catégorie appelée "Homo Ergaster" par certains évolutionnistes. Il existe un désaccord entre eux à ce sujet. Nous considérerons tous ces fossiles comme faisant partie de l'Homo Erectus.)
 





DES MARINS DE SEPT CENT MILLE ANS


 

"Les premiers humains étaient plus intelligents que nous le pensons."

Publié dans le New Scientist, le 14 mars 1998. Selon cette information, les humains appelés Homo Erectus par les évolutionnistes étaient des marins habiles 700 milles ans auparavant. Ces humains, qui détenaient suffisamment de connaissances et de technologie et possédaient une culture qui leur permettait d'utiliser les voies marines pour le transport, ne sauraient être considérés "primitifs".






Le spécimen le plus célèbre parmi les Homo Erectus trouvés en Afrique est celui de "Narikotome Homo Erectus" ou l'"Enfant de Turkana" trouvé à proximité du lac Turkana, Kenya. Il a été confirmé que ce fossile était celui d'un enfant de 12 ans, qui aurait mesuré 1,83 m lorsqu'il était adolescent. La structure droite du squelette est similaire à celle de l'homme moderne. A ce propos, le paléoanthropologue Alan Walker a déclaré qu'il doutait qu'un "pathologiste moyen puisse faire la différence entre le squelette du fossile et celle d'un homme moderne".2 En ce qui concerne le crâne, Walker a déclaré "qu'il ressemblait beaucoup à celui d'un homme de Neandertal".3 Comme nous allons le voir dans le prochain chapitre, le Neandertal est une race d'homme moderne. Aussi, l'Homo Erectus est-il lui aussi une race d'homme moderne.

Même l'évolutionniste Richard Leakey affirme que les différences entre Homo Erectus et l'homme moderne ne sont pas plus qu'une variété raciale:

"Nous devons également voir la différence dans la forme du crâne, le degré de saillie du visage, la robustesse des arcades, etc. Ces différences ne sont plus prononcées que celles qui existent de nos jours entre les races géographiquement distinctes des humains modernes. Cette différence biologique se manifeste lorsque les populations sont séparées géographiquement les unes des autres pendant un laps de temps considérable."4

Le Professeur William Laughlin de l'Université du Connecticut a effectué des examens anatomiques très poussés sur les inuits et les populations des îles Aleut. Il a constaté qu'ils étaient très similaires à l'Homo Erectus. Il en a conclu que ces races disparues étaient en fait diverses races d'Homo Sapiens (homme moderne).

"Lorsque l'on observe les grandes différences qui séparent des groupes éloignés tels que les eskimos et les aborigènes, qui appartiennent à la catégorie Homo Sapiens, il nous parait justifié de conclure que le Sinanthrope (un spécimen erectus - ALC) appartient à cette même espèce diverse."5

Nous avons souvent entendu ces derniers temps au sein de la communauté scientifique que l'Homo Erectus est une classification superflue et que les fossiles attribués à la catégorie Homo Erectus ne sont pas si différents des Homo Sapiens au point de les considérer comme une espèce à part. La revue American Scientist a résumé les discussions à propos de cette question. Une conférence a été tenue à ce propos en 2000:

"La majorité des participants à la conférence de Senckenberg ont été impliqués dans un débat enflammé, lancé par Milford Wolpoff de l'Université du Michigan, Alan Thorne de l'Université de Canberra et leurs collègues, sur le statut taxonomique de l'Homo Erectus. Ils ont appuyé avec force que l'Homo Erectus n'était pas valide en tant qu'espèce et que celle-ci devait ainsi être éliminée. Tous les membres du genre Homo, depuis 2 millions d'années jusqu'à nos jours, n'étaient finalement qu'une seule grande espèce variée, Homo Sapiens, sans interruptions ni subdivisions naturelles. Le sujet de la conférence: l'Homo Erectus n'existait pas."6


1 Marvin Lubenow, Bones of Contention, Grand Rapids, Baker, 1992, p. 83.
2 Boyce Rensberger, The Washington Post, November 19, 1984.
3 Ibid.
4 Richard Leakey, The Making of Mankind, London: Sphere Books, 1981, p. 62.
5 Marvin Lubenow, Bones of Contention, Grand Rapids, Baker, 1992. p. 136.
6  Pat Shipman, "Doubting Dmanisi", American Scientist, November- December 2000, p. 491.    
 


 







CHAMPIGNON

 

Age: 100 millions d'années

Période: Crétacé

Localisation: Myanmar

Le fossile de champignon ici représenté montre qu'il y a 100 millions d'années, ces formes de vie existaient déjà dotées de toutes les fonctions et caractéristiques que nous leur connaissons aujourd'hui. Depuis, elles n'ont pas subi le moindre changement tout comme les millions de fossiles mis au jour depuis la moitié du 18ème siècle. Tous pointent vers un seul et même fait: l'évolution n'a jamais eu lieu. Par conséquent, les paléontologues qui mettent de côté leurs préjugés doivent également abandonner l'évolution et le darwinisme, comme le souligne le livre A closer look at the evidence:

En dépit de la brillante promesse que la paléontologie présente de l'évolution, elle cause de vilaines difficultés aux évolutionnistes, la plus notoire étant la présence de "fossés" dans les archives fossiles. (Richard L. & Christina E. Kleiss, A closer look at the evidence, Search for the Truth Publications, mars 2004)














http://www.cambrienetdarwin.com/
 

Desktop View