Harun Yahya

Ramadan 2011, 20. jour





 




O vous qui avez cru! Craignez Allah. Que chaque âme voit bien ce qu'elle a avancé pour demain. Et craignez Allah, car Allah est parfaitement connaisseur de ce que vous faites.
(Sourate al-Hasr, 18)






Craignez Allah où que vous soyez; si vous suivez une mauvaise action par une bonne action, vous l’effacerez; et comportez-vous avec les gens avec un bon caractère. (At-Tirmizhî)







 

AL-MUHÎT

CELUI QUI EMBRASSE TOUT

 

Ils sont dans le doute, n'est-ce pas, au sujet de la rencontre de leur Seigneur? C'est Lui certes Qui embrasse toute chose (par Sa science et Sa puissance). (Sourate Fussilat, 54)


Les gens qui sont loin de la religion pensent que les croyants ne remarquent pas leurs mensonges et fausses allégations et cela finit par les rendre arrogants. Mais, même s'ils ne s'en rendent pas compte, leurs mensonges leur retomberont dessus un jour ou l'autre. Ils commettent une autre grave erreur en oubliant qu'Allah Qui est témoin de tout ce qui les entoure à chaque instant. Le Coran nous dit:
 

Ils cherchent à se cacher des gens, mais ils ne cherchent pas à se cacher d'Allah. Or, Il est avec eux quand ils tiennent la nuit des paroles qu'Il (Allah) n'agrée pas. Et Allah ne cesse de cerner (par Sa science) ce qu'ils font. (Sourate an-Nisa’, 108)
 

Aucune pensée, aucun soupir ne peut être caché à Allah; Il connaît nos secrets les plus intimes, car Il est plus près de nous que notre veine jugulaire. Comme Il embrasse tout l'univers, il exerce un contrôle sur tous les êtres. Cela vaut aussi pour ces mondes dont nous ne savons que peu de chose, voire rien, comme le monde des anges, des djinns et d'autres créatures. Allah attire notre attention sur ce point dans le verset suivant:
 

Qu'un bien vous touche, ils s'en affligent. Qu'un mal vous atteigne, ils s'en réjouissent. Mais si vous êtes endurants et pieux, leur manigance ne vous causera aucun mal. Allah connaît parfaitement tout ce qu'ils font. (Sourate Al ‘Imran, 120)
 



  Protéger la religion fait partie de l'honneur; l'honneur ce n'est pas seulement protéger sa chasteté




 

Les paires dans la Création
 

Louange à Celui Qui a créé tous les couples, de ce que la terre fait pousser, d'eux-mêmes, et de ce qu'ils ne savent pas! (Sourate Ya-Sin, 36)
 

Bien que le concept de "paire" ou de "couple" désigne généralement le mâle et la femelle, l'expression "de ce qu'ils ne savent pas" a des implications plus larges. Aujourd'hui, nous connaissons l'une de ces implications. Le physicien britannique Paul Dirac, qui a montré que la matière était créée par paire, reçut le prix Nobel de physique en 1933. Cette découverte, appelée "parité", révèle la dualité de la matière avec son opposé, l'antimatière. L'antimatière a des propriétés opposées à celles de la matière. Par exemple, contrairement à la matière, l'électron de l'antimatière est chargé positivement et ses protons sont chargés négativement. Ce fait est exprimé par une source scientifique comme suit:

... chaque particule a son antiparticule de charge opposée… la relation d'incertitude nous indique que la création de paire et l'annihilation de paire se produisent dans le vide à tout moment, dans tous les endroits.1
 








Il existe de l’antimatière (constituée d’antiparticules) correspondante à toutes les particules fondamentales de l’Univers. L’antiparticule de l’antimatière a pour caractéristique de posséder la même masse que sa particule correspondante mais porte des charges opposées. C’est pourquoi, lorsque la matière et l’antimatière entrent en contact, elles s’annihilent en transformant toute leur masse en énergie.





Un autre exemple de dualité dans la création se trouve chez les plantes. Les botanistes n'ont découvert qu'il existait deux genres distincts, le mâle et la femelle, il y a seulement une centaine d'années de cela.2 Pourtant le fait que les plantes soient créées par paire a été révélé dans le Coran il y a 1.400 ans de cela.
 

Il a créé les cieux sans piliers que vous puissiez voir; et Il a enfoncé des montagnes fermes dans la terre pour l'empêcher de basculer avec vous; et Il y a propagé des animaux de toute espèce. Et du ciel, Nous avons fait descendre une eau, avec laquelle Nous avons fait pousser des plantes productives par couples de toute espèce. (Sourate Luqman, 10)

C'est Lui Qui vous a assigné la terre comme berceau et vous y a tracé des chemins ; et qui du ciel a fait descendre de l'eau avec laquelle Nous faisons germer des couples de plantes de toutes sortes. (Sourate Ta-Ha, 53)

 

De la même manière, les fruits sont aussi de type mâle ou femelle:
 

Et c'est Lui Qui a étendu la terre et y a placé montagnes et fleuves. Et de chaque espèce de fruits Il y a établi deux éléments de couple [le mâle et la femelle]. Il fait que la nuit couvre le jour. Voilà bien là des signes pour des gens qui réfléchissent. (Sourate ar-Raad, 3)
 

Le mot zawdjaïni traduit par "deux éléments de couple" vient du mot zawdj, signifiant un élément d'une paire. Comme nous le savons les fruits sont le produit final de plantes arrivées à maturité. L'étape avant le fruit est la fleur. Les fleurs ont aussi des organes mâles et femelles. Lorsque le pollen est transporté vers la fleur et que la fécondation se produit, elles commencent à porter des fruits. Le fruit mûrit graduellement et commence à libérer ses graines. Le fait que les fruits aient des genres spécifiques est une autre information d'ordre scientifique donnée par le Coran.
 

1. Henning Genz, "Nothingness: The Science of Empty Space", p. 205, www.2think.org/nothingness.shtml
2."Wanna C A Miracle: Quran: The Living Miracle", The Revival 5, 2nde éd., www.therevival.co.uk/Revival_issue/vol5_iss2_quran_miracle.htm
 


 

Ne pas s'affaiblir, pas de chagrin, ni de désespoir
 

Les croyants poursuivent une difficile et longue lutte dans le chemin d’Allah. Leur chemin peut être assailli par les ennemis, plus nombreux et mieux équipés. Cependant, aussi longtemps qu'ils suivent le sentier d’Allah, les croyants surmontent inévitablement leurs ennemis.

Une des raisons de leur victoire est que, en tant que croyants, ils mènent ce combat avec excitation et grand enthousiasme, chose que les incrédules sont incapables de faire, étant dévoués à cette vie, ils sont infidèles envers Allah. Ils ont des peurs et des faiblesses, et abandonnent immédiatement quand ils sont confrontés à des difficultés. Au contraire, les croyants ne s'affaiblissent jamais puisqu'ils savent qu’Allah est toujours avec eux et qu'ils seront ceux qui réussissent. Cela est décrit dans le verset Coranique suivant:
 

Combien de prophètes ont combattu, en compagnie de beaucoup de disciples, ceux-ci ne fléchirent pas à cause de ce qui les atteignit dans le sentier d’Allah. Ils ne faiblirent pas et ils ne cédèrent point. Et Allah aime les endurants. (Sourate Al Imran, 146)
 

Cependant, les croyants doivent prier pour cet enthousiasme et cette excitation, car il est facile de devenir la proie de la lâcheté –chose pour laquelle satan se bat fortement. Lors d'un moment de crise, les hypocrites dirent aux compagnons du Prophète Mohammed:
 

"Gens de Yatrib (Médine)! Ne demeurez pas ici. Retournez chez vous." (Sourate al-Ahzab, 13), essayant ainsi de créer un sentiment de désespoir et de provoquer une défaite. Mais les croyants sont avertis dans le Coran de tous ces facteurs d'hésitation: "Sois donc patient, car la promesse d’Allah est vérité. Et que ceux qui ne croient pas fermement ne t'ébranlent pas !" (Sourate ar-Room, 60)
 

Le croyant n'est responsable que de lui-même, il ne doit pas être affecté par les faiblesses des autres ni même s’effrayer par la force de ses ennemis. La vie entière des croyants est consacrée à Allah et ils prieront Son plaisir jusqu'à la fin de leur vie. Dans un verset, il est décrété:
 

Ne vous laissez pas battre, ne vous affligez pas alors que vous êtes les supérieurs, si vous êtes de vrais croyants. (Sourate Al Imran, 139)

Ne faiblissez pas dans la poursuite du peuple ennemi. Si vous souffrez, lui aussi souffre comme vous souffrez, tandis que vous espérez d’Allah ce qu'il n'espère pas. Allah est omniscient et sage. (Sourate an-Nisa, 104)

 


 

Un système de recyclage parfait
 

Le système de recyclage du corps humain possède une structure parfaite. Chaque instant, les nombreux déchets nuisibles, les cellules mortes, les corps étrangers qui entrent et se font neutralisés par le système de défense ainsi que beaucoup d’autres substances inutiles circulent dans notre corps. Or, aucun de ces derniers ne nuit au corps.

Car dans le corps, il se trouve des systèmes capables de jeter ces substances dehors ou bien de valoriser ces dernières dans les opérations effectuées à l’intérieur du corps. Nous pouvons donner comme exemple les globules rouges qui sont renouvelées constamment. La durée de vie de ces globules est d’environ 120-130 jours. Les globules rouges “âgés” meurent dans le foie, la rate et la moelle osseuse. Et de nouveaux globules rouges sont constamment produits à la place ceux qui meurent. Chaque seconde 10 millions de globules rouges meurent et chaque jour 200 milliard de nouvelles cellules sont créés à la place. De cette manière, tous les globules rouges du corps sont complètement renouvelés tous les 4 mois environ.

Grâce au système de recyclage de notre corps, les molécules de fer qui se trouvent à l’intérieur des globules rouges sont entreposées et prêts à être utiliser dans la production de nouveaux globules rouges. Ceci est un exemple de planification industriel excellent. Le corps humain, avec toutes ses qualités, est le propre du miracle.
 

Nous leur montrerons Nos signes dans l'univers et en eux-mêmes, jusqu'à ce qu'il leur devienne évident que c'est cela (le Coran), la Vérité. Ne suffit-il pas que ton Seigneur soit témoin de toute chose? (Sourate Fussilat, 53)    
 


 

L'homme du Nebraska: une dent de porc
 

En 1922, Henry Fairfield Osborn, le directeur du Musée Américain d'Histoire Naturelle, déclara avoir trouvé une molaire fossile dans l'ouest du Nebraska à proximité de Snake Brook et qui selon lui appartenait à la période du Pliocène. Cette dent était supposée comporter les caractéristiques d'un homme et d'un singe. Un sérieux débat scientifique s'en est suivi lors duquel d'aucuns ont dit que la dent appartenait à un Pithecanthropus Erectus alors que d'autres prétendaient que celle-ci était plus proche d'une dent humaine. Ce fossile, qui a provoqué un débat intense, a été appelé "l'homme du Nebraska". Tout de suite après il a été "baptisé scientifiquement" sous le nom de "Hesperopithecus haroldcooki".
 








 Ce dessin a été établi à partir d'une seule et unique dent. Il a été publié dans la revue Illustrated London News, le 24 juillet 1922. Toutefois, les évolutionnistes ont été extrêmement déçus lorsqu'il a été prouvé que cette dent n'appartenait ni à une espèce ressemblant à un singe ni à l'homme, mais plutôt à une espèce porcine éteinte depuis longtemps.




Plusieurs chercheurs connus ont accordé leur soutien à Osborn. Sur la base d'une seule dent des reconstructions de la tête et du corps de l'homme du Nebraska ont été dessinées. De plus, l'homme du Nebraska a même été dessiné en compagnie de son épouse et ses enfants; toute la famille dans un décor naturel.

Tous ces scénarios ont été développés à partir d'une seule dent. Les milieux évolutionnistes ont accrédité cet "homme fantôme" à tel point que lorsqu'un chercheur, en l'occurrence William Bryan s'est opposé à ces décisions subjectives basées sur une seule et unique dent, il a subi des critiques acerbes.

En 1927, d'autres parties du squelette ont été également trouvées. Selon ces pièces trouvées récemment, la dent n'appartiendrait ni à un homme ni à un singe. Elle appartenait à une espèce de sanglier américain, le "Prosthennops", éteinte depuis longtemps. Pour dénoncer cette erreur, William Gregory a intitulé son article paru dans le magazine Science: "Hespéropithécus: Apparemment ni homme ni singe".1 Ensuite, tous les dessins du "Hesperopithecus haroldcooki" et de "sa famille" ont été rapidement retirés des ouvrages évolutionnistes.
 

1 W. K. Gregory, "Hesperopithecus Apparently Not An Ape Nor A Man", Science, Vol 66, December 1927, p. 579.
 


 








Age: 95 millions d’années

Période: Crétacé

Localisation: Hjoula, Liban

Jusqu’en 1938, on croyait que les fossiles de cœlacanthes étaient la réponse au problème des évolutionnistes en quête de preuves documentant le passage progressif des êtres vivants de la mer vers la terre. Ils décidèrent donc de mettre les fossiles de cœlacanthe au centre de leur propagande. Ils interprétèrent les nageoires de l’animal comme les pattes et un autre organe non-identifié comme un poumon primitif.

Rapidement des éléments vinrent démolir la validité de ces spéculations. En effet, en 1938, quelle ne fut pas la déception des évolutionnistes lorsqu’un spécimen vivant de cœlacanthe fut capturé! James Leonard Brierley Smith, professeur à la faculté de chimie de l’Université de Rhodes, exprima son étonnement suite à cette découverte:

Bien que j’y aie été préparé, la première vision me frappa comme une explosion incandescente. J’étais tout bizarre et mon corps chancelant frissonnait. C’était comme si une pierre m’avait frappé. Oui, il n’y avait pas l’ombre d’un doute, écaille par écaille, os après os, nageoire après nageoire, c’était un véritable cœlacanthe. (Samantha Weinberg, A fish caught in time: the search for the coelacanth, New York: Perennial Publishing, 2001, p. 20)

Des examens détaillés furent menés sur la structure et les organes internes du cœlacanthe. Il ne présentait aucun des traits primitifs imaginés ni ne pouvait être qualifié de forme intermédiaire d’un ancêtre primitif imaginaire. Ce que les évolutionnistes assimilèrent à un poumon primitif était en réalité une vessie natatoire remplie de graisse. Par ailleurs, cette créature dépeinte sous les traits d’un reptile prospectif se préparant à émerger sur la terre ferme était en fait un poisson vivant dans les fonds profonds et ne s’aventurant jamais au dessus de 180 mètres de profondeurs. Selon le Dr. Millot, le scientifique ayant mené l’examen, cette forme de vie, jusqu’alors considérée comme un chaînon manquant, manquait de traits primitifs par rapport à l’être vivant supposé être son descendant. (S. Weinberg, Op cit., p. 102) Tout simplement, le cœlacanthe n’est pas une forme intermédiaire puisqu’il existe avec les mêmes caractéristiques complexes dans les eaux profondes depuis 400 millions d’années.














http://www.fossilesvivants.com/
 

Desktop View