Harun Yahya

Ramadan 2011, 18. jour





 





Aux croyants et aux croyantes, Allah a promis des jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, pour qu'ils y demeurent éternellement, et des demeures excellentes, aux jardins
d'éden [du séjour permanent]. Et la satisfaction d’Allah est
plus grande encore, et c'est là l'énorme succès.
(Sourate at-Tawbah, 72)






Le commandeur des Croyants, Aboû Hafs Omar ben El-Kattâb a dit: J'ai entendu l'Envoyé d'Allah dire: "Les actions ne valent que par leurs intentions. Chacun ne recevra la récompense qu'il mérite que selon ce qu'il a entendu faire. A celui qui a accompli l'hégire pour plaire à Allah et à Son Envoyé, son hégire lui sera comptée, comme accomplie en vue d'Allah et de Son Envoyé. Celui qui l'a accomplie pour obtenir quelque bien en ce bas monde, son hégire lui sera comptée selon ce qu'il
recherchait alors."

 








AL-QĀBIL

CELUI QUI ACCEPTE LE REPENTIR



Et c'est Lui Qui agrée de Ses serviteurs le repentir, pardonne les méfaits et sait ce que vous faites. (Sourate ash-Shura, 25)
 

Tous les êtres humains sont très vulnérables car ils ne peuvent survivre si certaines conditions essentielles ne leur sont pas assurées. Pourtant, certains se permettent d’être insolents et arrogants envers Allah:
 

Nous avions proposé aux cieux, à la terre et aux montagnes la responsabilité (de porter les charges de faire le bien et d'éviter le mal). Ils ont refusé de la porter et en ont eu peur, alors que l'homme s'en est chargé; car il est très injuste [envers lui-même] et très ignorant. (Sourate al-Ahzab, 72)

L'homme est, certes, ingrat envers son Seigneur. (Sourate al-‘Adiyat, 6)

 

Allah est pleinement conscient de cette inclination au mal chez l’homme. Il sait que l’humanité est faillible, ignorante et ingrate et pourtant, Il se montre toujours compatissant et miséricordieux envers elle. C’est pour cela qu’Il a indiqué aux hommes la voie du salut: le repentir.

Allah nous donne quantités d’occasions de nous purifier par le repentir. Peu importent nos péchés ou notre ingratitude passée, nous pouvons toujours prétendre au salut si nous restons loyaux envers Allah, Le craignons et Le respectons, et si nous nous repentons sincèrement.

Cet attribut indique clairement l’étendue de la miséricorde d’Allah à l’égard des hommes. Allah, qui n’a besoin de rien ni personne, peut n’accorder Son pardon à personne. Mais du fait de Sa compassion infinie, Il sait que les hommes ont besoin de Sa miséricorde. Aussi a-t-il annoncé qu’Il accepterait le repentir de toute personne sincére:


Ne savent-ils pas que c'est Allah Qui accueille le repentir de Ses serviteurs, et Qui reçoit les sadaqat, et qu'Allah est L'Accueillant au repentir et le Miséricordieux. (Sourate at-Tawba, 104)
 



Le système du Mahdi fera en sorte que la bigoterie sera intellectuellement enterrée dans l'histoire si bien que ce ne sera pas possible pour elle de ressusciter. Les gens vont vivre de manière heureuse dans l'éclairement, le contentement et la joie





Contraction de la poitrine avec l'augmentation de l'altitude
 

Les êtres humains ont besoin d'oxygène et de la pression atmosphérique pour vivre. Respirer est rendu possible par l'oxygène dans l'atmosphère qui atteint l'alvéole pulmonaire dans les poumons. Cependant, avec l'altitude, la pression atmosphérique baisse au fur et à mesure que l'atmosphère devient plus mince. Par conséquent, la quantité d'oxygène qui pénètre dans le système sanguin diminue et il devient plus difficile de respirer. L'alvéole pulmonaire devient plus étroite et se contracte, on a l'impression qu'on ne peut plus respirer.

Si la quantité d'oxygène dans le sang est inférieure aux besoins du corps, plusieurs symptômes émergent: extrême fatigue, maux de tête, vertiges, nausées et perte de jugement. Lorsqu'une certaine altitude est atteinte, il devient impossible pour un être humain de respirer.1 C'est pourquoi nous avons besoin de bouteilles à oxygène et de vêtements spéciaux pour pouvoir survivre à de telles altitudes.

Quelqu'un qui se trouve à 5.000-7.500 m au-dessus du niveau de la mer, peut perdre conscience et tomber dans le coma à cause de problèmes respiratoires. Cela explique la présence d'équipements d'oxygène dans les avions. Il y a aussi des systèmes spéciaux qui régulent la pression d'air lorsque les avions volent à 9.000-10.000 m d'altitude au-dessus du niveau de la mer.

Une anoxie se produit lorsque l'oxygène n'atteint pas les tissus. Cette déficience en oxygène survient à 3.000-4.500 m d'altitude. Certaines personnes peuvent perdre conscience à de telles altitudes, mais peuvent être sauvées immédiatement par un traitement par l'oxygène.

Dans la comparaison faite dans le verset suivant, cette vérité physique, les changements qui ont lieu au niveau de la poitrine avec l'altitude, est indiquée en ces termes:
 

Et puis, quiconque Allah veut guider, Il lui ouvre la poitrine à l'Islam. Et quiconque Il veut égarer, Il rend sa poitrine étroite et gênée, comme s'il s'efforçait de monter au ciel. Ainsi Allah inflige Sa punition à ceux qui ne croient pas. (Sourate al-Anam, 125)
 

1. Medical Encyclopedia, Robert Wood Johnson University Hospital Hamilton,
www.rwjhamilton.org/Atoz/Encyclopedia/article/000133.asp
 


 

De la bonté en tout
 

Toutes les choses sont créées avec sagesse et avec un but caché qui apporte des avantages pour les croyants dans tous les événements qui ont lieu. Parce qu’Allah est du côté des croyants et ne les abandonne pas.

Les combats de la vie peuvent sembler à première vue défavorables aux croyants, mais on doit comprendre que même des événements apparemment extrêmes, comme par exemple un complot ourdi contre eux par des incrédules, tourneront au bout du compte en bien pour eux. Allah les laissera tôt ou tard savourer Sa bienfaisance afin que les croyants soient complètement sûrs qu’il y a du bien dans toutes choses.

Il y a de nombreux exemples de ce genre de situation dans le Coran; la vie de Prophète Joseph (psl) en est un des plus remarquables. Dans son enfance, Joseph fut descendu au fond d’un puits par ses frères. Il fut ensuite sauvé puis accusé et emprisonné, même s’il était innocent. Pour une personne sans foi, ces incidents peuvent représenter le plus grand malheur. Néanmoins, Joseph garda toujours à l’esprit qu’ils ne peuvent survenir que sous la direction d’Allah et qu’ils mèneront toujours à du bien. Et cela se confirma. Allah transforma ces "désastres" en bien; Joseph fut libéré de prison et il devint l’un des gouverneurs du pays.

La situation avec Prophète Jonas (psl) ne fut pas différente. Il s’enfuit à bord d’un bateau, où, pour garder sa place, il devait jouer au sort. Quand le tirage fut défavorable, il fut lancé dans la mer où un poisson gigantesque l’avala. Le Coran nous informe qu’il fut sauvé et fut envoyé à une "nation d’une centaine de milliers de personnes ou plus", seulement parce qu’il avait glorifié Allah.
 

S'il n'avait pas été parmi ceux qui glorifient Allah, il serait demeuré dans son ventre jusqu'au jour où l'on sera ressuscité. Nous le jetâmes sur la terre nue, indisposé qu'il était. Et Nous fîmes pousser au-dessus de lui un plant de courge, et l'envoyâmes ensuite (comme prophète) vers cent mille hommes ou plus. Ils crurent, et Nous leur donnâmes jouissance de la vie pour un temps. (Sourate as-Saffat, 143-148)
 

Tous ces exemples donnés dans le Coran nous apprennent que les événements qui semblent être une "infortune" ne le sont pas vraiment pour un croyant. S’il place sa confiance en Allah, cherche refuge auprès de Lui et ne demande de l’aide qu’à Lui, alors rien ne sera sujet à regret pour lui. Allah crée certaines difficultés pour tester l’homme et pour renforcer la loyauté et la foi des croyants.

L’opposé est également vrai pour les incrédules. Rien dans cette vie ne peut être bon pour eux. Les choses qui leur semblent délicieuses ou agréables sont en fait des "infortunes", et elles augmenteront leur tourment dans l’au-delà. Tout ce qu’ils accomplissent injustement est enregistré dans leur dossier, et ils seront au bout du compte responsables de cela. A cet égard dans le Coran, les commandements d’Allah sont enregistrés:
 

Que ceux qui gardent avec avarice ce qu’Allah leur donne par Sa grâce ne comptent point cela comme bon pour eux. Au contraire, c'est mauvais pour eux: au jour de la résurrection, on leur attachera autour du cou de qu'ils ont gardé avec avarice. C'est Allah Qui a l'héritage des cieux et de la terre. Et Allah est parfaitement connaisseur de ce que vous faites. (Sourate Al Imran, 180)
 


 

Un mélange préparé pour les créatures vivantes: L'eau de mer
 

De la même manière que la proportion des gaz dans l’air est d’une importance vitale pour les créatures qui vivent sur la terre ferme, les substances contenues dans l’eau de mer sont importantes pour les créatures marines. L’eau de mer, qui est une source de vie pour les créatures marines, est un mélange extrêmement spécial et les taux de teneur de ce mélange sont pareils presque partout dans le monde.

L’eau de mer contient en majorité, un mélange de 72 éléments chimiques en très petites quantités et est définie en raison de cela comme une “solution rare composée de toute chose”. En d’autres termes, presque la totalité de tous les éléments naturels dans le monde sont présents dans l’eau de mer. Les éléments que l’on trouve le plus dans l’eau de mer sont respectivement: le chlorure (Cl), le sodium (Na), le soufre (S), le magnésium (Mg), le calcium (Ca), et le potassium (K). En dehors de ces 6 éléments qui constituent 90% de tous les minéraux, il y a de très nombreux éléments en partant du brome (Br) et du carbone (C) pour aller jusqu’à l’or (Au), l’iridium (Ir) et même au platinium (Pt). Que ce soit dans les mers polaires ou dans les mers tropicales, même si la densité du sel change, les taux des composés inorganiques (non composés de carbone) qu’elles contiennent sont proportionnellement identiques les uns aux autres.
 
D’autre part, le sel de l’eau de mer a une mesure extrêmement sensible. Suite aux recherches effectuées, il fut constaté que le degré moyen de salinité de l’eau de mer est de 3,5% par rapport au poids. Dans 1 kilogramme d’eau de mer, il y a 34,7 grammes de sels minéraux. Ceci veut dire que sur une distance d’un mille marin (1 852 mètres), il y a environ 186 millions de tonnes de sel. La quantité de sel dans les océans peut couvrir la totalité de tous les continents avec une couche épaisse de 152 300 mètres. Comment cette salinité se forme-t-elle, comment le taux reste-t-il constant, ceci est un sujet de recherche pour les hommes scientifiques.
 




Il vous est possible de comprendre la difficulté à assurer cette équilibre avec les poissons que vous essayez de faire vivre dans les aquariums. En définition générale, le poisson est une créature qui vit dans l’eau, mais pas dans n’importe quelle eau. Il n’est pas possible pour le poisson de poursuivre son existence quand la chaleur, la lumière et l’équilibre alimentaire requis pour sa propre espèce ne sont pas assurés. Pour cette raison, dans votre aquarium, il vous faut établir un petit modèle de l’écosystème des mers. Il faut penser à de très nombreux détails comme le filtrage de l’eau, le ramassage des déchets et le fait de donner l’alimentation à intervalle régulier. En outre, le sel qu’il faut utiliser dans les aquariums de mer doit à la fois avoir la bonne composition chimique et être dans la bonne quantité. Par exemple, pour les aquariums tropicaux, ce taux est de 3,3 %  soit 33 grammes de sel de mer pour 1 litre d’eau.   

Pour comprendre le milieu sensible des mers, l’équilibre de l’acidité dans les aquariums est aussi une mesure. Alors que le taux de PH (acidité) dans les aquariums d’eau douce est de 7.0-7.8, dans les aquariums d’eau de mer, cette valeur est entre 8.0-8.5. Plus le taux d’acidité de l’eau augmente, plus l’ammoniaque beaucoup plus toxique, lequel se trouve dans l’eau en proportion ammonium (NH4)-ammoniaque (NH3), augmente également. Quand la densité de l’ammoniaque dans l’eau dépasse 0.01 mg/litre, celle-ci devient mortelle pour les créatures marines y compris les poissons. En d’autres termes, l’accumulation d’ammoniaque dans une eau très salée, la valeur du PH (acidité), est une menace qui doit être prise très au sérieux. Pour cette raison, dans les aquariums d’eau de mer, on peut mettre moins de poissons par rapport aux aquariums d’eau douce. Dans les aquariums d’eau douce, alors qu’il faut 1 litre d’eau pour un poisson de 1 cm, cette proportion, dans les aquariums d’eau de mer, est de 10 litres d’eau pour un poisson.

Il est impossible qu’une régulation si sensible, dans les eaux qui couvrent les 3/4 de la surface de la terre, se fasse par elle-même et ce juste comme il faut. Il est certes évident que c’est Allah Le Tout-Puissant qui dirige tout cela!
 

Celui (Allah) à Qui appartient la royauté des cieux et de la terre, Qui ne S'est point attribué d'enfant, Qui n'a point d'associé en Sa royauté et Qui a créé toute chose en lui donnant ses justes proportions. (Sourate al Furqane, 2)
 


 

Le conte de la transition de l'eau vers la terre
 


es évolutionnistes croient que les invertébrés marins qui sont apparus dans la couche cambrienne ont évolué et se sont transformés en poissons il y a dix millions d'années de cela. Cependant, non seulement les invertébrés cambriens n'ont pas d'ancêtres, mais il n'existe aucun lien transitionnel indiquant qu'une évolution a eu lieu entre ces invertébrés et les poissons. Il y a lieu de préciser qu'il existe d'énormes différences structurelles entre ces invertébrés et les poissons. Les premiers ont leur tissu dur à l'extérieur du corps alors que les seconds sont des vertébrés et ont leur tissu dur à l'intérieur. Une si grande "évolution" aurait nécessité des milliards d'étapes pour s'accomplir et il devrait y avoir des milliards de formes transitionnelles les reflétant.

Les évolutionnistes n'ont cessé de fouiller la couche fossile pendant 140 années à la recherche de ces formes hypothétiques. Ils ont trouvé des millions de fossiles d'invertébrés et de poissons, sans toutefois trouver la moindre forme témoignant d'un état intermédiaire entre les deux.
 









Selon le scénario imaginaire de l'évolution de "la mer vers la terre", des poissons ont senti le besoin de passer de la mer à la terre pour chercher de la nourriture. Cette hypothèse est "soutenue" par ce type de dessins.





Un paléontologue évolutionniste, Gerald T. Todd admet un fait similaire dans un article intitulé "L'évolution du poumon et l'origine des poissons dotés d'arêtes":

"Les trois sous-catégories des poissons dotés d'arêtes apparaissent pour la première fois dans les archives fossiles presque au même moment. Ils sont déjà très largement différents sur le plan morphologique et sont dotés d'une cuirasse solide. Quelle est leur origine? Pourquoi sont-ils si différents? Comment ont-ils tous pu se constituer une armure si solide? Et pourquoi n'y a-t-il pas de trace de formes ancienne ou intermédiaire?"1

Le scénario évolutionniste va encore plus loin et affirme que les poissons, qui ont évolué à partir d'invertébrés se sont transformés ensuite en amphibiens. Mais, ce scénario ne tient pas non plus. Car pas le moindre fossile prouvant l'existence d'une créature moitié poisson moitié amphibien n'a jamais été trouvé. Robert L. Carroll, un paléontologue évolutionniste et une autorité dans la paléontologie des vertébrés est contraint d'accepter cette réalité. Dans Vertebrate Paleontology and Evolution, il écrivit: "Les premiers reptibles sont très différents des amphibiens et leurs ancêtres n'ont pas encore été découverts." Dans son dernier livre, Patterns and Processes of Vertebrate Evolution, publié en 1997, il admet que: "Nous ne disposons d'aucun fossile intermédiaire entre le poisson rhipidistien et les premiers amphibiens."2
 









Un fossile de cœlacanthe vieux de 410 millions d'années. Les évolutionnistes ont présenté ce fossile comme une forme transitionnelle prouvant le passage de la mer vers la terre. Les exemples vivants de genre de poissons qui ont été capturés à plusieurs reprises depuis 1938 prouvent à quel point les évolutionnistes ont exagéré leurs spéculations.




 
Deux paléontologues évolutionnistes, Colbert et Morales, décrivent les trois classes principales d'amphibiens-grenouilles, salamandres et caeciliens:

"Il n'existe aucune preuve du moindre amphibien paléozoïque combinant les caractéristiques qu'on s'attend à trouver chez un seul ancêtre commun. Les plus vieilles grenouilles connues, salamandres, et caeciliens ressemblent beaucoup à leur descendance encore vivante."3
 




Un exemple qui invalide l'évolution

LES TORTUES




Ce fossile de tortue datant de 100 millions d'années est identique à son homologue actuel. (The Dawn of Life, Orbis Pub., Londres 1972)




Ci-contre le fossile d'une tortue d'eau douce vieux de 45 millions d'années, trouvé en Allemagne. A gauche, les restes de la plus vieille tortue marine connue, trouvés au Brésil. Ce fossile vieux de 110 millions d'années est identique aux spécimens vivants de nos jours.




La théorie évolutionniste ne peut expliquer ni l'existence des groupes élémentaires tels que les poissons et les reptiles ni l'origine des espèces au sein de ces groupes. Par exemple, les tortues marines, qui font partie des reptiles marins, apparaissent dans les archives fossiles de manière soudaine avec leurs coquilles uniques. "Vers le milieu de la période triasique (environ 175 millions d'années auparavant) ses membres (tortues marines) étaient déjà nombreux et possédaient les caractéristiques élémentaires des tortues. Les liens entre les tortues marines et les cotylosaures, à partir desquels elles ont certainement évolué, n'existent presque pas." (Encyclopaedia Britannica, 1971, vol. 22, p. 418)




Il n'existe pas de différence entre les fossiles des anciennes tortues marines et les vivants de ces espèces qui existent aujourd'hui. Autrement dit, les tortues marines n'ont pas "évolué" ; elles ont toujours été des tortues puisqu'elles ont été créées ainsi.




 
Jusqu'à seulement 50 années auparavant, les évolutionnistes pensaient qu'une telle créature avait bel et bien existé. Ce poisson, le cœlacanthe, dont l'âge a été estimé à 410 millions d'années, a été présenté comme une forme transitionnelle dotée d'un poumon primitif, un cerveau développé, de systèmes digestif et circulatoire prêt à fonctionner sur terre, et même un mécanisme primitif de marche. Ces interprétations anatomiques ont été acceptées comme des preuves par les scientifiques jusqu'à la fin des années 1930. Le cœlacanthe a été présenté comme une véritable forme transitionnelle prouvant la transition évolutive du milieu marin au milieu terrestre.

Cependant, le 22 décembre 1938, une découverte intéressante a eu lieu dans l'océan indien. Un membre vivant de la famille des cœlacanthes présenté auparavant comme forme transitionnelle éteinte depuis soixante millions d'années, a été capturé. La découverte d'un spécimen "vivant" du cœlacanthe a sûrement choqué les évolutionnistes. Le paléontologue évolutionniste, J. L. B. Smith a déclaré que sa surprise ne pouvait être plus grande s'il avait rencontré un dinosaure dans la rue.4 Pendant les années qui suivirent, 200 cœlacanthes ont été péchés à plusieurs reprises dans différents coins du monde.

Les cœlacanthes vivants ont révélé jusqu'où les évolutionnistes peuvent aller dans l'imagination de leurs scénarios. Car, contrairement à ce qui a été dit, les cœlacanthes n'avaient ni poumon primitif ni un grand cerveau. L'organe que les chercheurs évolutionnistes décrivaient comme un poumon primitif n'était en fin de compte qu'une poche lipidique.5 De plus, le cœlacanthe, présenté comme un "reptile candidat au passage du milieu marin au milieu terrestre", était en réalité un poisson qui vivait dans les profondeurs des océans, et qui n'approchait jamais la surface de plus de 180 mètres.6
 

1 Gerald T. Todd, "Evolution of the Lung and the Origin of Bony Fishes : A Casual Relationship", American Zoologist, Vol. 26, No. 4, 1980, p. 757.  
2  R. L. Carroll, Vertebrate Paleontology and Evolution, New York : W. H. Freeman and Co. 1988, p. 4 ; Robert L. Carroll, Patterns and Processes of Vertebrate Evolution, Cambridge University Press, 1997, pp. 296-97
3  Edwin H. Colbert, M. Morales, Evolution of the Vertebrates, New York: John Wiley and Sons, 1991, p. 99.
4 Jean-Jacques Hublin, The Hamlyn Encyclopædia of Prehistoric Animals, New York: The Hamlyn Publishing Group Ltd., 1984, p. 120.
5 Jacques Millot, "The Coelacanth", Scientific American, Vol 193, Décembre 1955, p. 39.
6 Bilim ve Teknik Magazine, Novembre 1998, No: 372, p. 21.
 


 







CALMAR

 

Age: 95 millions d’années

Période: Crétacé

Localisation: Liban

Les calmars de la sous-classe des coléoïdes sont des mollusques à huit ou dix bras. Les évolutionnistes affirment que les mollusques descendent d’un ancêtre commun alors qu’ils ne disposent d’aucun élément scientifique pour étayer cette hypothèse.

Le biologiste évolutionniste turc Ali Demirsoy reconnaît cette faiblesse:

Au début de cette discussion, nous considérâmes un prédécesseur mollusque hypothétique et tentâmes de présenter les étapes de descendance de ces classes… Nous fûmes certainement incapables de trouver le moyen de combiner toutes ces classes à un ancêtre commun… En somme, il semble impossible à la lumière des connaissances actuelles de décrire l’ancêtre mollusque. (Ali Demirsoy, Yasamin Temel Kurallari, vol. II, partie I, pp. 623-624)














http://www.guerresmondiales.com/
 

Desktop View