Harun Yahya

La caractéristique la plus importante des croyants est de savoir pardonner. Les gens qui ne savent pas pardonner sont ceux qui sont emprisonnés dans les ténèbres de la haine de leur cœur.


Allah a créé dans la vie de ce monde de nombreux bienfaits, desquels les hommes prennent un grand plaisir. Pourtant, la grande majorité des gens en sont privés, faute de leurs mauvaises habitudes et des mauvais comportements qu'ils affichent. Ainsi, l'une de celles-ci, qui se révèle chez les gens est de "ne pas savoir pardonner". La plupart des gens à qui il manque cette maturité de pardon, se privent de pas mal de beautés et de grâces de la vie terrestre.

Parmi les sentiments qui empêchent les gens de se pardonner, celui qui est le plus caractéristique est sans doute "la haine et la colère". Surtout, le fait de pardonner à autrui devient encore plus difficile lorsque l'adversaire est considéré comme la cause de cette colère et donc le sujet trouve personnellement qu'il a raison dans ce cas-là et il se voit incapable de surmonter sa colère. Le plus souvent, cette idée d'avoir raison provient du fait que l'adversaire a commis une faute vraiment intolérable. "Comment peut-il (elle) me faire ça?", "Comment peut-il (elle) devenir si inconscient (-e), si égoïste, si bête ?" et bien d'autres conclusions justifiées, tirées des mauvais comportements de l'adversaire, conduisent finalement ces individus à persister dans leur colère.

Cependant, il y a une chose très importante que l'on néglige: bien sûr, l'être humain est imparfait. Il lui est impossible de vivre jusqu'à la fin de sa vie sans faire une erreur quelconque. En vertu de diverses raisons, Allah a créé l'homme de façon à commettre des erreurs. Par conséquent, attendre qu'une personne montre tout au long de sa vie une volonté assidue de ne commettre aucune erreur est une approche très erronée. Même la personne la plus parfaite, ayant la meilleure morale du monde, est d'origine "humaine", donc conforme au phénomène de la création d'Allah. Elle peut éventuellement oublier, se tromper et tomber dans l'erreur.

Toutefois, si une personne est vraiment bien intentionnée, sincère et honnête, elle fera tout son possible afin de corriger et de compenser cette erreur. Par conséquent, la mesure de l'évaluation d'une personne ne consiste pas à chercher qu'elle ne fasse aucune erreur ou à l'éloigner complètement de sa vie en cas d'erreur. Au contraire, cela consiste à ne pas oublier qu'elle peut commettre l'erreur, mais en cas d'erreur, regarder avec quelle sincérité elle essaye de le compenser. Si la personne en question fait des efforts dans le but de corriger l'erreur commise, d'enlever le dégât qu'elle a causé par cette erreur et se donne entièrement pour s'arranger avec son partenaire dans les meilleures conditions, le fait de pardonner cette personne sans perdre de temps est dans ce cas-là, la règle de la bonne conduite.

Dans la société, il y a de nombreuses personnes qui, à cause de ces sentiments de haine et de colère qu'elles ne peuvent pas ôter de leur coeur, n'arrivent pas à se pardonner l'une à l'autre, et qui juste pour cette raison, vivent détachées des gens qu'elles aiment en réalité et avec qui elles veulent être ensemble. Ces gens-là, juste parce qu'ils ne peuvent pas pardonner, mènent une vie totalement dépourvue d'amour. Ils sont incapables d'être aimés, de fonder des amitiés avec une relation de confiance, d'affinité, de partage, de fidélité et de respect mutuel.

L'égo, sous le nom de "l'orgueil", empêche les gens de se pardonner l'un à l'autre, de se réconcilier, d'agir avec la rémission et la tolérance, d'avoir une approche de confiance réciproque, de voir toujours le bon côté des choses, de regarder avec un bon sens, de donner la priorité à l'affection et à la charité. En montrant l'orgueil comme étant une qualité sacrée et estimable, il les exhorte à ne jamais laisser leur orgueil. Il fait croire qu'en pardonnant, la personne deviendra inférieure, sera prise pour une bête et subira la défaite. Et les gens, écoutant cette voix de leur égo et encouragés par leur orgueil, rendent leurs sentiments de haine et de colère encore plus forts et fermes.

Toutefois, le pardon est une sensation beaucoup plus facile, beaucoup plus rassurante, beaucoup plus fertile et meilleure que la rancune. L'homme, dans une situation où il a raison, même à 100 %, en montrant la maturité de pardon, ressent un soulagement, une gaieté, une joie et une complaisance profonde. Et c'est Allah seul Qui lui offre ces beautés. Ainsi, Allah fait goûter Ses bienfaits à Ses serviteurs qui agissent avec la moralité qu'Allah approuve et qui agissent de la meilleure façon malgré les tentations de leur for intérieur. D'un côté, celui qui ne pardonne pas, ressent à chaque instant le mal, le regret et le souci de la haine et de la colère qui règnent dans son for intérieur, se rongeant l’esprit avec des questions du type : "Fallait-il peut-être lui pardoner ?" et des réflexions qui en découlent, ce qui lui donne du chagrin et de la désolation. Alors que d'un autre côté, ceux qui savent pardonner obtiennent avec la moralité qu'ils affichent, la lumière de l'amour, du respect et de l'amitié. 

Et que les détenteurs de richesse et d'aisance parmi vous, ne jurent pas de ne plus faire des dons aux proches, aux pauvres, et à ceux qui émigrent dans le sentier d'Allah. Qu'ils pardonnent et absolvent. N'aimez-vous pas qu'Allah vous pardonne? et Allah est Pardonneur et Miséricordieux !  (Sourate an-Nur, 22)

Et puis, à cause de leur violation de l'engagement, Nous les avons maudits et endurci leurs cœurs : ils détournent les paroles de leur sens et oublient une partie de ce qui leur a été rappelé. Tu ne cesseras de découvrir leur trahison, sauf d'un petit nombre d'entre eux. Pardonne-leur donc et oublie [leurs fautes]. Car Allah aime, certes, les bienfaisants. (Sourate al-Maidah, 13)

Desktop View