Harun Yahya

Notre savoir par rapport à la vitesse d'écoulement du temps ne repose que sur les diverses références de celui qui perçoit


D’après les dernières recherches effectuées dans la célèbre Université de Harvard, l’horloge biologique d’un être humain pour un jour est de 24 heures 11 minutes et ne montre pas beaucoup de différences d’une personne à une autre. Les chercheurs précisent que les résultats peuvent changer en raison des troubles du sommeil, des longs trajets et des difficultés de sommeil rencontrées lors de la vieillesse.

Les scientifiques croyaient qu’un homme percevait un jour comme environ 25 heures et que ce temps diminuait à mesure que l’âge avançait. Et cette croyance provient du fait que les personnes âgées se couchent tard et se lèvent tôt.

L’expérience effectuée à l’Université de Harvard fut réalisée sur 11 jeunes hommes et 13 dames et hommes âgés. Les sujets de l’expérience ont vécu dans un laboratoire pendant trois semaines et demie. L’environnement dans lequel ils se trouvaient fut légèrement éclairé et il fut interdit aux préposés de donner des indices en rapport avec le temps. Dans ces conditions, l’horloge interne de l’homme n’était influencée par aucun facteur.



Même dans ce monde isolé, tous les sujets de l’expérience ont perçu un jour comme environ 24 heures. Un jour fut perçu au plus court comme 23 heures 53 minutes et au plus long comme 24 heures 28 minutes. Il n’a pas été décelé de différence dans la perception du temps entre les jeunes et les vieux.

Le fait de percevoir un jour dans une certaine longueur est en relation avec les perceptions de la rétine et certaines spécificités du cerveau. Le fait de percevoir un jour dans une certaine longueur change en fonction des habitudes de sommeil et de réveil, de la chaleur du corps et de certaines hormones.

Dans les résultats des recherches récemment effectuées, il est apparu en plus que les habitudes de sommeil des individus qui font des voyages intercontinentaux ainsi que de ceux qui travaillent dans les transports à longs trajets sont différents. En outre, un des points intéressants qui ressort des suites de ces recherches est que la raison pour laquelle les personnes qui travaillent se couchent tard en fin de semaine vient du fait qu’ils s’éloignent de la compréhension de l’heure.

Le fait que les gens laissent allumé la lumière dans la chambre sans s’en rendre compte est un signe d’éloignement de leur temps interne. Ce n’est pas notre physiologie qui assure le fait qu’on aille tard au lit. D’après les résultats des dernières recherches, le fait de se coucher tôt ou tard est lié à la quantité de clarté ou d’obscurité du jour. On dort d’autant plus tard que le jour est clair, lumineux.

C'est Lui qui vous a désigné la nuit pour que vous vous y reposiez, et le jour pour vous permettre de voir. Ce sont en vérité des signes pour les gens qui entendent ! (Sourate Yunus, 67)


 

Desktop View