Harun Yahya

L'absence du ''libre arbitre'', des travaux scientifiques prouvés


Le fait que le libre arbitre existe ou pas est un sujet de curiosité qui vient en tête de liste chez pratiquement tout le monde, pas seulement des philosophes et des hommes scientifiques. Ainsi, pour chercher une réponse à la question des scientifiques : ‘’le libre arbitre existe-t-il ?’’, il y a des travaux et des recherches très importantes qui furent réalisés. Les plus importants des travaux qui montrent qu’il n’y a pas de libre sont sans aucun doute les expériences réalisées par le Professeur en physiologie Benjamin Libet, de l’Université de San Francisco en Californie.

Suite aux résultats de ses expériences, le Professeur Benjamin Libet a mis en évidence que toutes nos décisions, nos choix sont définis à l’avance, que la conscience entre en jeu une demi seconde après que tout ce soit terminé. (Libet, B. (1985). Unconscious cerebral initiative and the role of consciouswill in voluntary action. Behavioral and Brain Sciences, 8:529-566.)

Dans ses expériences publiées en 1985, le Professeur Benjamin Libet a réalisé une étude pour savoir à quel moment les personnes sujettes à l’expérience allaient choisir de bouger leurs doigts. Avant de prendre leur décision, il remarqua chez les sujets chez qui était observé l’instant pour faire bouger les doigts, que dans la partie du cerveau concernée, les cellules entraient en activité. En d’autres mots, le cerveau se prépare à faire le mouvement tout en recevant l’ordre ‘’exécute’’. Et la personne ne prend conscience de cela que 0.5 secondes après. Ce n’est pas prendre la décision de faire un mouvement et de ne pas le faire ensuite, c’est faire les mouvements qui furent prédéfinis pour elle.

Une autre étude fut publiée cette année dans le magazine Nature, confirmant les travaux ci-dessus et montrant que le libre arbitre n’existe pas. Les recherches diffusées dans le magasine Nature par le neurologue John-Dylan Haynes du Centre Bernstein de Recherches sur le Cerveau à Berlin (Bernstein Center for Computational Neuroscience) ainsi que son équipe, sont encore plus impressionnantes que les travaux de Libet. Les données des résultats furent obtenues en utilisant des techniques fonctionnelles IRM élaborées.

Dans les travaux de Libet, la partie concernée du cerveau se mettait en action 0.5 secondes avant de bouger le doigt. On en était arrivé au résultat que le sujet bouge son doigt après, c’est-à-dire que la décision de faire bouger le doigt est donnée dans le cerveau 0.5 secondes avant. Dans les travaux du Dr. Haynes, la partie concernée du cerveau entrait en action 7 secondes avant de bouger le doigt ! C’est-à-dire que le cerveau prend la décision 7 secondes avant que le sujet ne bouge son doigt, puis après la personne prend conscience de cela, c’est-à-dire qu’elle bougeait son doigt. C’est-à-dire que tout au long de notre vie, même si on croit que si c’est nous qui prenons la décision de faire tous les mouvements que nous faisons, le cerveau prend cette information 7 secondes avant, l’ordre ‘’exécute’’ vient au cerveau et 7 secondes après nous réalisons les mouvements, les discussions, les débats, les joies, les tristesses, les souffrances, les réflexions. C’est-à-dire le fait qu’une personne va subir un accident de voiture et la douleur qu’elle va avoir en entrant sous le camion devant elle, se prépare dans le cerveau 7 secondes avant. La personne ressent la douleur 7 secondes après que la décision d’avoir mal fut donnée. C’est-à-dire qu’à cet instant, ce n’est pas nous qui prenons une quelconque décision de ce que nous faisons. C’est-à-dire que tout ce que nous vivons est vécu 7 secondes auparavant.

Dans ses articles, le Dr. Haynes exprime ainsi cette situation :

‘’Nos travaux montrent que les décisions sont préparées inconsciemment encore plus tôt que ce que l’on pensait avant. La conclusion qui résulte des travaux effectués : la conscience n’est que la partie visible de l’iceberg.’’ (NatureNeuroscience, April 13th 2008) Chun Siong Soon, Marcel Brass, Hans-JochenHeinze & John-Dylan Haynes Unconscious determinants of free decisions inthe human brain. Nature Neuroscience April 13th, 2008.)

L’absence du libre arbitre et la réalité du destin :

Il est certain qu’il se trouve une réalité importante indiquée par tous ces travaux scientifiques. En fait, les décisions que nous croyons prendre nous-mêmes sont prises en notre nom. Nous ne faisons qu’appliquer les décisions prises en notre nom.

Alors qui prend les décisions ? 

Il est très clair que ces décisions ne sont pas prises par notre cerveau qui est un morceau de viande composé d’atomes inconscients. Comme c’est Allah qui a créé l’être humain et tout l’univers, c’est Allah qui sait ce qui est le plus juste dans toute chose. Par conséquent, on peut atteindre l’information la plus juste par le Coran. Dans la dernière partie du 20ème siècle et au 21ème siècle, en utilisant les technologies les plus avancées dans les expériences réalisées, ces dernières confirment la réalité exposée dans le Coran : dans les actes de l’homme et les décisions qu’il prend, il n’y a pas de droit de choisir c’est-à-dire qu’il n’a pas de libre arbitre.

Quand nous réalisons un acte quelconque, ce dernier ne s’est réalisé qu’avec la volonté d’Allah. Cette réalité qui est prouvée par des travaux scientifiques, nous est présentée ainsi dans un verset du Coran :

 ‘’Cependant, vous ne saurez vouloir, à moins qu'Allah veuille. Et Allah est omniscient et sage.’’ (Sourate al-Insan, 30)

Tous nos actes effectués à la suite des décisions que nous croyons prendre ne sont réalisés qu’avec la volonté d’Allah car ils sont créés dans notre destin. Allah a crée toutes choses, vivantes ou inanimées, avec leurs destins. En dehors de ce destin défini par Allah, rien ne peut empêcher ou inverser un bien ou un mal qui va se réaliser. Car une action déjà décidée il y a 7 secondes, vous ne ferez que l’appliquer. Le destin, c’est qu’Allah sait et contrôle tout ce que fait chaque être qu’il a créé et tout ce qu’il va faire dans le futur, chaque mouvement, chaque pensée, chaque discours jusqu’à son moindre détail. Dans un autre verset, Allah nous informe ainsi du fait qu’Il a créé tous les actes de l’être humain et que les êtres humains agissent suivant le destin déterminé par Allah :

Ce n'est pas vous qui les avez tués : mais c'est Allah qui les a tués. Et lorsque tu lançais (une poignée de terre), ce n'est pas toi qui lançais: mais c'est Allah qui lançait… (Sourate al-Anfal, 17)

ZoomInto: Pictures, Images and Photos


 


 

Desktop View