Harun Yahya

Les tromperies concernant les protéines de prion ne délivreront pas les darwinistes désespérés de leur situation


Dans un rapport récemment publié sur divers sites internet tels que BBC, Science, Scientific American, Discover et CBS, on y prétendait que “les prions inanimés avaient évolué”. Cette assertion complètement illogique fut décrite comme une découverte scientifique importante dans les rapports en question, et des déclarations enjolivées par une terminologie scientifique furent placées les unes après les autres comme si c’était des faits établis. Comme toujours, l’objectif était de tromper la majorité des gens qui ne savent pas en fait ce que sont des prions, en utilisant un langage et des explications confus.

Le sujet de l’origine de la vie est la proclamation de l’effondrement darwiniste le plus compréhensif et fondamental. En même temps, étant donné que le sujet constitue la plus grande preuve de la défaite darwiniste, c’est le sujet face auquel les darwinistes sont dans un état de désespoir. Ils cherchent une solution afin de surmonter cette situation désespérée, du moins à leurs propres yeux. Ces darwinistes qui ont prétendu pendant des années que les virus avaient évolué, ce qui fut démenti à maintes reprises, essaient maintenant d’utiliser "les prions", des structures inanimées bien plus petites que les virus comme une soi-disant preuve de leur fausse théorie. L’invalidité de cette assertion peut être résumée comme suit :

En résumé, les prions sont des structures très petites contenant des protéines. Ils sont entièrement inanimés tant qu’ils ne se trouvent pas dans une cellule vivante. Lorsque les prions entrent dans une cellule, ils peuvent être inoffensifs ou bien ils peuvent causer diverses maladies. La maladie de la vache folle est l’une de celles qui se développent de cette façon. Bien que les prions soient généralement comparés aux virus, en fait ils sont très différents. A l’encontre des virus, les prions n’ont pas d’ADN qui détermine la structure des protéines et des enzymes et qui ainsi contrôle la forme et le développement. Ils sont au moins 100 fois plus petits que le plus petit virus.

De la même façon que les virus n’évoluent pas, les prions n’évoluent pas non plus. Les darwinistes ont essayé pendant des années de présenter les changements qu’ils ont appliqués dans les structures des virus comme une preuve de l’évolution et ils ont cherché à les utiliser comme une preuve de l’origine de la vie. Cependant le fait est que, comme tous les scientifiques darwinistes le savent très bien, les virus ne sont pas affectés négativement par les mutations puisqu’ils n’ont pas de structure vivante. De même, les mutations dans les virus ne les améliorent pas non plus. Aucun virus ne s’est jamais transformé en une autre structure comme résultat des mutations et n’a jamais possédé d’organelles. Les virus causent des dommages et donnent la mort aux cellules dans lesquelles ils entrent, mais ils n’accordent jamais à ces cellules une information génétique nouvelle ou améliorante. Les virus sont des virus depuis des millions d’années, et ils n’ont jamais changé  au cours de ces millions d’années, malgré d’innombrables mutations auxquelles ils furent soumis.

Les darwinistes, qui ont souffert une lourde défaite sur le sujet des virus, essaient maintenant d’utiliser les prions qui ne contiennent aucune information génétique comme une soi-disant preuve pour leurs fausses assertions. Mais cette assertion contient des impasses beaucoup plus grandes. Les protéines de prion sont synthétisées selon l’information génétique présente dans les chromosomes des cellules dans lesquelles elles entrent. Par conséquent, il est impossible pour les prions de survivre en l’absence d’une cellule. Evidemment, il est totalement illogique de faire une quelconque assertion sur l’évolution concernant une entité totalement inanimée qui n’a même pas d’ADN. Les  prions sont synthétisés et pliés dans la cellule de la même manière que les protéines. Ils n’ont pas de force pour survivre ou se transformer par eux-mêmes.

La propagation d’une maladie n’est pas une évolution

Parfois, quand les protéines de prion malades rencontrent celles qui sont saines, un certain nombre de réactions se produisent. Comme résultat, la maladie contamine les prions sains, et les prions nouvellement fabriqués deviennent porteurs de la maladie. C’est la propagation de la maladie. Si les protéines de prion malades dans le cerveau sont prises et transférées dans un autre tissu, elles affecteront les protéines de prion saines dans ce tissu et les rendront également malades. En raison de leur désespoir, les darwinistes essaient de dépeindre cette propagation de la maladie comme une preuve pour leurs assertions. Mais ici, il n’est pas question d’une quelconque mutation ou évolution ; il est seulement question que le prion malade diffuse la maladie.

L’assertion que les protéines de prion ressemblent aux virus est de même à cet égard une tromperie. Les virus se répliquent en interférant directement avec l’information génétique présente dans le noyau cellulaire. Par contre, les protéines de prion qui portent la maladie ne se répliquent pas en agissant directement sur l’information génétique. Ils n’endommagent que la structure des protéines de prion saines et les rendent également malades. Ce n’est pas de l’évolution ; tout ce dont il s’agit est qu’une protéine de prion saine devient une protéine de prion malade. (Comme nous l’avons déjà précisé, les activités en question des virus ne sont pas de l’évolution.)

La façon dont une protéine de prion sera synthétisée est encodée dans les gènes qui se trouvent dans le 20ème chromosome de la cellule humaine. C’est-à-dire qu’Allah le Tout-Puissant a créé la cellule ensemble avec l’information selon laquelle la protéine en elle sera synthétisée. Les darwinistes sont incapables d’expliquer même la moindre partie de cette information encodée dans la cellule. Les darwinistes sont incapables d’expliquer la façon dont une seule protéine dans la cellule est apparue. Les darwinistes font les assertions les plus éhontées à propos des protéines de prion,CEPENDANT ILS SONT INCAPABLES D’EXPLIQUER COMMENT LA PROTEINE DE PRION EST APPARUE.

Par conséquent, l’idée darwiniste“nous avons prouvé l’évolution sans l’ADN” est insensée et est une expression de grand désespoir, une énorme tromperie. Pour pouvoir faire une telle assertion, les darwinistes doivent d’abord être capables de montrer comment la protéine et l’ADN sont apparus. VU QU’ILS NE PEUVENT JAMAIS LE FAIRE ET QU’UNE SEULE PROTEINE LES LAISSE DANS UNE IMPASSE, ils recourent à la tromperie. C’est un autre exemple de la méthode hypocrite que les darwinistes utilisent depuis les 150 dernières années.

L’élimination du darwinisme par la science a laissé les partisans du darwinisme dans un état pitoyable. Les efforts désespérés des publications darwinistes certifient la fin de cette religion superstitieuse. Les tentatives des darwinistes afin de prouver quoi que ce soit par les prions, les protéines et l’ADN, mettent simplement ces derniers dans une situation comique. L’existence glorieuse et artistique de la vie vaincra toujours les partisans de cette religion hérétique. NOTRE SEIGNEUR ALLAH EST D’UNE PUISSANCE ET D’UNE MAGNIFICENCE AUSSI GRANDES QU’UN SEUL DETAIL DANS SA CREATION SUBLIME DEMOLIT TOUTES LES EXPLICATIONS SUPERSTITIEUSES.

Nous n'avons pas créé le ciel et la terre et ce qui existe entre eux en vain. C'est ce que pensent ceux qui ont mécru. (Sourate Sad, 27)

Desktop View