Harun Yahya

Lettre ouverte à l'Administration Birmane (Myanmar)


Les Musulmans qui constituent environ 15% de la population de Myanmar sont une parure et un bienfait pour l’état de Birmanie. Nos frères musulmans qui possèdent de hautes valeurs morales, requises d’ailleurs par la conduite coranique, telles que le fait d’être travailleur, le sacrifice, le respect, l'obéissance, l'humilité, le pacifisme, la modestie, la bonté contribuent de manière importante à la prospérité de Myanmar, son développement, son ordre et sa stabilité. Et ils font de grands efforts pour l’avenir brillant de leur pays. Il est on ne peut plus important pour l’administration de Myanmar d’assurer la sécurité, la sérénité, la justice et la liberté dont nos frères-ci ont besoin, qui plus est sont attachés à leur patrie avec amour, sont respectueux envers l’administration et sont pacifiques.

 



 

Les nouvelles venant de cette région montrent que nos frères musulmans vivant sur ces terres, n’arrivent pas à trouver le respect, l’amour, la sécurité et la sérénité qu’ils méritent. Les Musulmans qui vivent en grande partie dans la région d’Arakan sont sous haute pression, comme cela est vu sur de très nombreux rapports établis par des institutions internationales. La campagne contre les Musulmans, qui s’est accélérée au 20ème siècle, a causé la mort de 100.000 personnes. Quant au massacre d’Arakan en 1942, des centaines de milliers de personnes sont restées infirmes ou furent obligées de s’exiler.

En 1962, ‘’Le Programme du Parti Socialiste Birman’’ préparé par les nouvelles autorités a presque complètement ôté le droit et la liberté des Musulmans ; il leur a empêché de vivre leur religion comme ils le voulaient. Cette situation a eu pour résultat la fermeture de toutes les mosquées et des institutions d’éducation islamique ; aller au pèlerinage, sacrifier une bête, prier en groupe et d’autres actes d’adoration furent interdits. En outre, les interpellations en contradiction avec les lois et les droits de l’homme et les tortures qui en découlent - des faits relevés et prouvés par des institutions internationales - ont forcé les Musulmans à abandonner Myanmar.

Selon les rapports émis par les institutions des droits de l’homme, entre 1962 et 1984, 20.000 Musulmans d’Arakan furent martyrisés. Des centaines de femmes furent violées et pratiquement toutes les possessions des Musulmans furent confisquées.

Il s’est avéré qu’en janvier 1992, 700 personnes appartenant à la minorité musulmane vivant à Myanmar furent tuées par noyade aux environs de la frontière avec le Bangladesh. En 1994, plus de 1.000 Musulmans furent martyrisés en étant condamnés à la peine capitale et ce sans procès.

Ces pratiques injustes et reposant sur la violence ont continué après les années 1990 et 200.000 Musulmans qui voulaient sauver leur vie furent forcés de se réfugier au Bangladesh en 1992. Le Bangladesh qui est un pays islamique très pauvre, a accueilli les réfugiés sur ses terres, seulement il a beaucoup de difficultés à les nourrir et à les héberger.

Les moyens de communication étant limités, l’internet étant sous surveillance sévère et avec l’interdiction de prendre et de communiquer des nouvelles même pour les journalistes qui ont réussi à pénétrer dans la région, nos frères musulmans vivant à Myanmar ont du mal à faire entendre leur voix au monde. Même si elles sont rares, les informations et les images acquises exposent devant nos yeux la dimension de la persécution et de l’injustice.

Les autorités de Myanmar suivent une politique très mauvaise en mettant sous pression son peuple et ses citoyens musulmans. La pression et la violence ne donnent jamais la sérénité et la stabilité.

Si les autorités de Myanmar veulent que leur pays prennent place au sein des états modernes du 21ème siècle, si elles ont pour objectif de se développer, d’évoluer et de progresser, il faut en priorité qu’elles s’occupent de leurs propres citoyens avec amour, compassion et compréhension. Ceci est une nécessité pour devenir un grand état. En oppressant les Musulmans innocents de Myanmar, sans aucune force, qui ne font de mal à personne, qui sont au contraire modérés, équilibrés, travailleurs, prêts au sacrifice, attachés à leur patrie et à leur peuple ; en les mettant sous pression, en les empêchant de vivre leur religion, il est clair que Myanmar ne deviendra pas un grand état. Il n’est pas question de désobéissance ou de manque de respect aux autorités de la part des Musulmans. Il n’y pas non plus de situation nécessitant un inquiétude de la part des autorités vis-à-vis des Musulmans. L’Islam est une religion de paix et d’amour. La piété de nos frères musulmans de Myanmar, leur attachement au Coran, leur fidélité à la Sounna de notre Prophète (pbsl) sont un bienfait et une parure pour Myanmar.

Pour que les autorités de Myanmar puissent apprécier ce bienfait de la meilleure manière possible, il est impératif qu’elles enlèvent la pression sur les Musulmans. Si les autorités de Myanmar veulent de la richesse, de la force, la prospérité, elles ne peuvent arriver à cela qu’en assurant la totale sécurité à leurs citoyens, en les laissant libre, en garantissant leur liberté de pensée et de culte, en leur offrant un cadre de vie où ils peuvent vivre humainement.

Les autorités de  Myanmar, en faisant comme si elles ne voyaient pas cette réalité évidente, en ignorant les demandes émises par les communautés internationales pour garantir les droits des hommes et de la justice et dans le cas où elles continueront la pression et la violence, elles seront le plus à même de subir des dommages.

Notre souhait est que les autorités de Myanmar arrêtent au plus tôt leurs pratiques en question, elles doivent offrir aux Musulmans, aux Chrétiens, à tous leurs citoyens vivant sur leur terre, y compris les bouddhistes, une bonne et belle qualité de vie. Lorsque les autorités de Myanmar assureront cela, Myanmar aura sa place parmi les états civilisés du 21ème siècle.

 

Quelques photos présentant ce qui est vécu à Myanmar 

On peut voir ci-dessous quelques photos qui montrent la situation dans laquelle se trouve les Musulmans de Myanmar. Il est une obligation, une charge pour tout le monde islamique que ces Musulmans retrouvent la sérénité et qu’on leur assure la sécurité. Le monde islamique est obligé de s’unir s’il veut secourir nos frères musulmans vivant dans la gêne, qui souffrent à Myanmar, en Patani, en Irak, en Afghanistan, en Palestine et dans de très nombreux endroits et s’il veut leur offrir une solution durable. Le monde islamique étant unifié et agissant de manière solidaire comme des frères ne rencontrera pas de problème comme celui-ci ou d’autres similaires. Il sera la garantie pour vivre dans la sécurité, la richesse, la paix et la beauté, pas seulement pour les Musulmans mais aussi pour les Chrétiens, les Juifs, les bouddhistes et même les irréligieux et les athées. 







 



 

 



 

 



 








 



 

 



 

 



 


Desktop View