Harun Yahya

Ramadan 2010, 11. Jour










 Dans le Livre, Il vous a déjà révélé ceci : lorsque vous entendez qu'on renie les versets (le Coran) d'Allah et qu'on s'en raille, ne vous asseyez point avec ceux-là jusqu'à ce qu'ils entreprennent une autre conversation. Sinon, vous serez comme eux. Allah rassemblera, certes, les hypocrites
et les mécréants, tous, en enfer.
(Sourate an-Nisa', 140)







Le Messager d’Allah (pbsl) a dit : "Veuillez du bien
aux femmes."
Rapporté par Boukhâri et Mouslim







Le Prophète Mohammed (pbsl) était toujours tolérant envers les gens autour de lui


Le Prophète (pbsl) était entouré de gens aux caractères et idées variés. Tout au long de sa vie cependant il témoigna de l’intérêt envers chacun, les avertissant de leurs erreurs et défaillances, et essayant de les éduquer dans tous les domaines, aussi bien ceux de la propreté que celui des questions de foi. Cette attitude faite de compassion, de tolérance, de compréhension et de patience, fut la voie qui fit naître dans les cœurs un profond amour pour l’Islam et le Prophète. Allah décrit cette attitude cordiale adoptée par le Prophète envers son entourage dans le Coran :
 

C’est par quelque miséricorde de la part d’Allah que tu (Mohammad) as été si doux envers eux! Mais si tu avais été rude, au cœur dur, ils se seraient enfuis de ton entourage. Pardonne-leur donc, et implore pour eux le pardon (d’Allah)… (Sourate Al ‘Imran, 159)
 

Dans un autre verset, Allah indique au Prophète la façon dont il devrait se comporter envers ceux qui l’entourent:
 

Nous savons mieux ce qu’ils disent. Tu n’as pas pour mission d’exercer sur eux une contrainte. Rappelle donc, par le Coran, à celui qui craint Ma menace. (Sourate Qaf, 45)
 

Le Prophète n’a jamais fait pression sur son entourage pour leur faire accepter la religion, ni ne leur a imposé de conditions. Au lieu de cela il a toujours employé la manière la plus conviviale pour leur parler.

Il a toujours soutenu la communauté des croyants grâce à sa forte conscience, et il était pour eux un grand bienfaiteur en toutes circonstances. C’est pour cela qu’à plusieurs occasions, le Prophète est désigné comme étant “notre compagnon”. (Sourate Saba’, 46 ; Sourate an-Najm, 2 ; Sourate at-Takwir, 22)

Ces croyants qui étaient capables de comprendre la conscience morale aiguë du Prophète considéraient qu’il était plus proche d’eux qu’aucun autre et adoptaient une attitude humble vis-à-vis de lui. Dans un verset, Allah déclare:
 

Le Prophète a plus de droit sur les croyants qu’ils n’en ont sur eux-mêmes; et ses épouses sont leurs mères… (Sourate al-Ahzab, 6)


L’imam Ghazali, le grand savant musulman, a résumé les principales caractéristiques de l’attitude du Prophète envers son entourage à partir des informations données par certains hadiths:

... Chacun pensait qu’il était celui que le Prophète honorait le plus. Quiconque venait à lui pouvait le rencontrer.

... Il avait coutume d’appeler ses compagnons par leurs petits noms avec respect, et en donnait à ceux qui n’en avaient pas.

... Il était très affectueux et aimable dans ses relations avec autrui.

... Personne n’élevait la voix en sa présence.”

L’amour du Prophète pour l’humanité, sa bonté et sa compassion attiraient les gens de son entourage vers la vraie religion et allumaient dans leur cœur l’ardeur de la foi. C’est cette morale magnifique que tous les Musulmans devraient chercher à reproduire.




Nettoyons nos sites internet








Il y a sûrement une facilité près de chaque difficulté




Allah a créé le monde pour tester l'humanité. Comme un trait inhérent de cet examen,  Il teste soit par des bénédictions, soit par des épreuves. Les personnes qui n’ont pas le recul nécessaire face à ces événements et qui ne les évalue pas à la lumière du Coran n'arriveront jamais à les interpréter de façon constructive et cohérente et commencent ensuite à ressentir le poids du désespoir et de la dépression. Cependant, Allah révèle un secret important dans le Coran que seul les vrais croyants soumis et sincères peuvent percevoir. Ce secret est révélé comme suit :
 

A côté de la difficulté est, certes, une facilité ! A côté de la difficulté est, certes la facilité. (Sourate as-Sarh, 5-6)
 

Par cette parole, Allah nous informe que, quelle que soit l’adversité ou l’épreuve touchant un croyant, Allah créera toujours une échappatoire favorable qui lui permettra de surmonter cette difficulté. Le croyant verra qu’Allah lui facilitera la tâche tout au long de cette période difficile s’il reste patient et ferme dans ses convictions. Allah annonce en ces mots aux croyant pieux qui Le craignent la bonne nouvelle d'être sur le bon chemin qui les mènera à Ses bienfaits.
 

… quiconque craint Allah, il lui donnera une issue favorable, et lui accordera Ses dons par [des moyens] sur lesquels il ne comptait pas. Et quiconque place sa confiance en Allah, Il [Allah] lui suffit… (Sourate at-Talaq, 2-3)

 


 

Allah est le Créateur et le Propriétaire de toutes choses, il est impossible de gagner Sa grâce et d'être parmi Ses proches sans Lui être totalement soumis en vivant dans la félicité, la bonté et l'aisance sur terre et au paradis. C'est un fait immuable. Pour cela, chaque homme et femme sages et doués de compréhension doivent comprendre cette bonne nouvelle révélée dans le Coran et choisir ainsi le bon chemin, qui ne comporte ni doute ni tristesse, mais seulement la sérénité, la joie et le succès.




L’animal au cou le plus long : la girafe

 
Les girafes ont beaucoup de caractéristiques étonnantes. L'une d'entre elles est que leur cou est composé de 7 vertèbres, comme celui de tous les autres mammifères, bien qu'il soit beaucoup plus long. Un autre fait surprenant est que les girafes n'ont aucun problème pour pomper le sang le long de leur cou jusqu'à leur cerveau. Avec un peu de réflexion, on remarquera combien il doit être difficile de pomper du sang si haut. Or les girafes n'ont aucune difficulté car leur cœur est doté d'un dispositif adapté pour permettre au sang d'être pompé aussi haut que leurs besoins l'exigent. Ce dispositif leur permet de continuer à vivre sans effort.

Elles devraient également être confrontées à un autre problème délicat qui devrait en théorie apparaître lorsqu'elles s'abreuvent. Logiquement, les girafes devraient mourir d'hypertension chaque fois qu'elles plient leur cou pour boire de l'eau. Cependant, le système parfait qui existe le long de leur cou élimine complètement ce risque. Quand elles se penchent vers le bas, les valves qui composent les vaisseaux de leur cou se ferment automatiquement et empêchent ainsi le sang présent en excès de couler dans le cerveau.

Il ne fait aucun doute que les girafes n'ont pas acquis ces caractéristiques en les planifiant elles-mêmes selon leurs besoins. Il est encore bien plus invraisemblable de soutenir l'hypothèse que toutes ces qualités vitales se sont formées petit à petit suite à un processus évolutif. Pour qu'une girafe reste en vie, elle doit absolument avoir un système de pompage pour permettre au sang d'atteindre le cerveau et un système de valve pour empêcher l'hypertension au moment où elle se penche vers le bas. Si l'une de ces caractéristiques n'existe pas ou ne fonctionne pas correctement, il deviendrait alors impossible pour la girafe de continuer à vivre.

La conclusion que l'on doit tirer de tout ceci est que la famille des girafes a été créée avec toutes les caractéristiques essentielles pour son existence. Il est donc impossible pour un être qui n'existe pas encore de maîtriser son corps et d'acquérir des traits essentiels consciemment. Ainsi, les girafes prouvent de manière irréfutable qu'elles ont été créées par une création consciente, c'est à dire par Allah.
 



La comète de Halley et 76 années


La découverte de la comète de Halley constitue l’un des grands progrès de l’astronomie moderne. Edmund Halley, un scientifique du 18ème siècle, découvrit que la comète vient toutes les 76 années. Il put ainsi établir que les comètes ont des orbites astronomiques.

Le nom de Halley, celui qui fut attribué à la comète, apparaît de façon frappante dans le verset 76 de la sourate al-An’am dans le Coran :
 

Quand la nuit l'enveloppa, il observa une étoile, et dit : “Voilà mon Seigneur !” Puis, lorsqu'elle disparut, il dit : “Je n'aime pas les choses qui disparaissent.”(Sourate al-An’am, 76)
 




Les lettres qui constituent le mot “Halley” apparaissent pour la première fois dans le Coran dans ce verset. Etant donné le contexte, la référence à une étoile “couchante” est d’autant plus significative. Le mot arabe kawkaban, qui signifie  "étoile" est d’ailleurs directement juxtaposé aux lettres composant le mot “Halley”.
 










Le chiffre correspondant au verset 76 peut être rapproché aux 76 années de la période orbitale de Halley. (Allah est certes le plus Savant.) Le chiffre 76 représente la comète de Halley, parce que la comète est visible de la Terre tous les 76 ans. C’est pourquoi le fait qu’Halley soit mentionné pour la première fois dans le Coran dans le 76ème verset constitue un miracle d’Allah.
 


 




Interview avec Adnan Oktar sur l’émission The Captain's America - WSRQ Radio

20.08.2009

Etats-Unis/WSRQ Radio







 

Matt Bruce, un membre retraité de l'armée et actuellement en charge de l'émission de radio The Captain’s America [L’Amérique du Capitaine), qui se concentre particulièrement sur des sujets politiques, a mené une interview en direct avec Adnan Oktar, le 20 août 2009. (Vous pouvez écouter l'émission complète de l'interview ici.)
 




A la fin de l'interview, le présentateur a souligné qu'il était ravi d'entendre que l'Islam est une religion de paix et a introduit aux auditeurs le livre de Harun Yahya L’Islam dénonce le terrorisme. Adnan Oktar a également décrit les délices qui attendent les gens dans la Fin des Temps, en décrivant comment Hazrat Mahdi (psl) ne permettra pas une seule goutte de sang d’être versée durant sa vie.
 



AL-BĀQI (Celui Qui perdure à tout jamais)

 

Tout ce qui est sur elle [la terre] doit disparaître, seule subsistera La Face [Wajh] de ton Seigneur, plein de majesté et de noblesse. (Sourate ar-Rahman, 26-27)



Toute la création est vouée à disparaître un jour. Les hommes naissent, vivent un certain temps, puis meurent. Il en va de même des plantes et des animaux. Par exemple, un arbre peut vivre trois cents ans, mais il finira par mourir à l’heure fixée. Les choses inanimées sont elles aussi victimes du temps. Des grandes civilisations du passé, nous n’avons hérité que des vestiges. Allah attire notre attention sur ce fait :



Que de cités, donc, avons-Nous fait périr, parce qu'elles commettaient des tyrannies. Elles sont réduites à des toits écroulés : Que de puits désertés ! Que de palais édifiés (et désertés aussi) ! (Sourate al-Hajj, 45)



L’univers lui aussi connaîtra un jour une fin. Toutes les étoiles et soleils présents dans l’espace épuiseront un jour leur énergie et s’éteindront. Ou bien, Allah détruira l’univers d’une autre façon et accomplira ainsi Sa promesse concernant le Jour du Jugement. Il en est tout à fait capable, car il est le Créateur de toutes choses et possède l’éternité et l’infini :



Tout ce qui vous a été donné est la jouissance éphémère de la vie ici-bas et sa parure, alors que ce qui est auprès d'Allah est meilleur et plus durable... Ne comprenez-vous donc pas ? (Sourate al-Qasas, 28:60)
 


LAPIN




Age : 33 millions d'années

Période : Oligocène
Localisation : Formation White River, Wyoming, Etats-Unis






 

Les araignées ont toujours engendré des araignées, les abeilles des abeilles et les raies des raies. De la même manière, les lapins ont toujours existé en tant que lapins. Les archives fossiles montrent clairement que les lapins n'ont pas évolué d'autres créatures et qu'ils ont toujours été tels qu'ils sont aujourd'hui, depuis leur création. A la lumière des innombrables fossiles discréditant la théorie de l'évolution, ses adhérents doivent désormais accepter que le darwinisme est vaincu.

Ce lapin fossilisé vieux de 33 millions d'années souligne cette défaite une fois de plus ainsi que le fait de la création divine.




Une nouvelle falsification des darwinistes : ARDI


Les darwinistes ont pris un fossile de singe ordinaire et ils ont reconstruit l'os pelvien, complètement fractionné et dont les morceaux millimétriques continuent à s’effriter, de telle manière à lui permettre de “marcher debout”. L’une des principales raisons du choix de ce fossile comme le plus grand candidat pour l’évolution imaginaire de l’homme, est le fait que l’os pelvien puisse être reconstruit par les scientifiques darwinistes “de la façon qu’ils veulent”. Les darwinistes ont fait ce qu’il fallait faire au nom du darwinisme et Ardi fut décrit comme un “singe marchant debout”. Ils n’ont pas hésité à le présenter comme la plus grande preuve de la soi-disant évolution humaine.
 




Mais comme toutes les autres, cette imposture fut aussi de courte durée, et la falsification darwiniste a été reconnue directement par les scientifiques darwinistes. Maintenant le temps est venu POUR EUX DE DEMANDER PARDON A PROPOS D’ARDI.

Le darwiniste William Jungers, le chef du département des sciences anatomiques au Centre Médical à l’Université de Stony Brook, Long Island, fait ce commentaire à propos des assertions prétendant qu’Ardi représente “l’ancêtre de l’homme” : Je pense que certaines choses dites à propos d’Ardi peuvent avoir été déclarées seulement pour susciter de l’effet.1

Le darwiniste Tim White de l’Université de Californie et son équipe qui ont examiné Ardi et prétendu qu’Ardi était le chaînon manquant dans l’évolution imaginaire de l’homme, ont dû faire cet aveu : Il n’y a, apparemment, aucune caractéristique qui nous permet à conclure que Ar. ramidus [Ardi] est l’ancêtre de l’Australopithèque.2

Le fait que l’os pelvien qui est abimé ainsi que ses alentours soient reconstruits complètement à la lumière des interprétations des scientifiques darwinistes, a été, également, reconnu explicitement par d’autres scientifiques darwinistes. Jungers a déclaré ce qui suit sur le sujet :
 




Après avoir examiné les vestiges du fossile, Jungers déclara, “il n’est pas possible que l’animal en question marche constamment sur ses pattes de derrière, à moins que les données soient ignorées délibérément ou qu’elles soient complètement inventées”.3 Avec cette déclaration il fut révélé que Tim White et son équipe avaient commis une autre supercherie au nom du darwinisme.

Ce ne sont pas seulement les découvertes concernant l’os pelvien qui réfutent les assertions à propos d’Ardi. Dans un article publié dans le magazine Science, il fut déclaré que l’anatomie des pattes de derrière d’Ardi montrait que c’était un animal grimpant. Un article intitulé “How Humanlike Was Ardi ?” (“Combien Ardi ressemblait-il à l’homme?) , Katherine Harmon du magazine Scientific American a déclaré que même pas une seule pièce dans la patte de l’animal ne montrait qu’il se tenait debout. Les pattes, et surtout les pouces, exposent des particularités présentes encore chez les chimpanzés d’aujourd’hui qui servent à grimper. Jungers résume la situation ainsi :

[Ardi] n’expose aucunement une adaptation à la bipédie.4

Les darwinistes qui ne détiennent pas une seule preuve pour confirmer leurs assertions, recourent à l’affirmation suivante afin de pouvoir présenter cette forme de vie comme étant soi-disant "l'ancêtre de l'homme" : “Les femelles étaient petites parce qu’elles restaient inactives pendant que les mâles allaient à la chasse”. Cette assertion pitoyable est en fait la preuve de la situation désespérée dans laquelle se trouvent les darwinistes. Parce qu’ils n’ont aucune preuve, ils n’hésitent pas à recourir à la démagogie. Il est honteux pour un scientifique de faire une telle assertion et d’affirmer, se basant sur cela, qu’un singe bonobo en parfaite forme est en fait l’ancêtre de l’homme.

Les êtres humains ne sont pas les seuls êtres vivants à avoir une vie familiale qui inclut une division du travail. De nombreux êtres vivants dans la nature vivent en familles ; les mâles et les femelles ont tous les leurs propres tâches dans la famille. Dans la plupart d’entre elles, ce sont les mâles qui chassent, tandis que les femelles s’occupent des petits. Par conséquent, le fait que la femelle d’une forme de vie particulière ne chasse pas, mais qu’elle prenne soin de ses petits, ne  fait pas d’elle, bien sûr, un être humain.



1.  Katherine Harmon, How Humanlike Was "Ardi"?, Scientific American, 19 novembre 2009, http://www.scientificamerican.com/article.cfm?id=how-humanlike-was-ardi
2.  Katherine Harmon, How Humanlike Was "Ardi"?, Scientific American, 19 novembre 2009, http://www.scientificamerican.com/article.cfm?id=how-humanlike-was-ardi
3.  Katherine Harmon, How Humanlike Was "Ardi"?, Scientific American, 19 novembre 2009, http://www.scientificamerican.com/article.cfm?id=how-humanlike-was-ardi
4.  Katherine Harmon, How Humanlike Was "Ardi"?, Scientific American, 19 novembre 2009, http://www.scientificamerican.com/article.cfm?id=how-humanlike-was-ardi

 



La grandeur dans toute chose




http://us1.harunyahya.com/Detail/T/2W0MZ22T188/productId/
22576/LA_GRANDEUR_DANS_TOUTE_CHOSE


Ce livre fournit des preuves concrètes de l'existence de Allah. Allah embrasse toutes choses dans Son savoir et quiconque comprend cela verra immédiatement la grandeur présente dans la création. Chaque homme comprendra la grandeur d'Allah, selon le degré de sa propre sagesse et conscience. Le devoir le plus important d'une personne qui a commencé à comprendre la puissance et l'art infinis d'Allah est de se tourner vers le vrai Créateur des beautés qu'il voit et de mener une vie lui permettant de gagner Son approbation. Dans le Coran, Allah nous informe de Sa puissance comme suit :
 

Voilà Allah, votre Seigneur ! Il n'y a de divinité que Lui, Créateur de tout. Adorez-Le donc. C'est Lui Qui a chargé de tout. (Sourate al-An'am, 102)
 



Nulle contrainte en Islam


 

http://www.nullecontrainteenislam.com/
 

Nulle contrainte en religion! Car le bon chemin s'est distingué de l'égarement. Donc, quiconque mécroit au rebelle tandis qu'il croit en Allah saisit l'anse la plus solide, qui ne peut se briser. Et Allah est Audient et Omniscient. (Sourate al Baqarah, 256)
 

L'Islam est une religion d'amour et de beauté. Puisque les gens qui vivent selon l'Islam ressentent l'essence et la beauté de cette belle religion et sont dotés d'une foi profonde en Allah, ils vivent dans un état de grande excitation et enthousiasme. Il s'agit d'une ouverture du cœur. La source de la dévotion envers l'Islam, c'est l'amour d'Allah. Un musulman prie par amour d'Allah. Il accomplit ses obligations religieuses et mène sa vie conformément au Coran grâce à son amour d'Allah. Dans le Coran, Allah décrit les Musulmans comme étant “ceux dont les cœurs se tournent vers Allah" et "ceux qui sont dévoués sans réserve".
 

Desktop View