Harun Yahya

Les enfants soldats sont ceux qui souffrent le plus dans de nombreux conflits



Les enfants sont l'avenir de notre monde ; ils sont notre descendance. Peu importe où ils vivent et qui sont leurs parents, les mineurs sont dépendants de nous, les adultes. Ce sont des innocents qui ont un long chemin à parcourir pour être en mesure de distinguer le bien du mal. Ils sont les âmes pures qui croient en une vie brillante.

Cependant, il y a des mentalités qui tentent de noircir ces âmes pures avec l'obscurité de la guerre. Selon une déclaration faite par l'Observatoire syrien des droits de l'homme, environ 12.000 enfants ont perdu la vie depuis le début de la guerre civile en Syrie. Des dizaines de milliers d'enfants syriens qui ont survécu mènent leur vie en étant gravement blessés ou en ayant perdu leurs yeux, leurs oreilles ou d'autres organes. En outre, il y a la question des enfants soldats, qui sont obligés d'apprendre à utiliser des armes et de devenir une partie de ces guerres à un jeune âge. Ils sont formés pour se battre dans la ligne de front, pour servir de kamikazes ou de boucliers humains.

Dans de nombreuses guerres civiles, en particulier en Afrique, les enfants sont exploités par des groupes armés. On sait que les enfants sont largement recrutés dans les conflits armés dans des pays tels que le Mozambique, le Libéria, la Sierra Leone et l'Ouganda. Les rapports montrent que les enfants soldats sont contraints par des acteurs non étatiques à participer aux guerres civiles qui ont éclaté dans des pays comme en Libye, en Syrie et en Irak. Par exemple, pendant la guerre civile en Libye, il a été affirmé que les enfants soldats étaient responsables de la sécurité des bâtiments ainsi que des unités Zwaya et Tabu à Koufra et du transport d’armes.

Il y a au moins 300.000 enfants soldats forcés de combattre dans 30 conflits différents à travers le monde.

Au cours de la longue guerre de 17 ans en Afghanistan, de nombreux enfants ont été utilisés comme soldats à tel point que 45% des soldats étaient des enfants de moins de 18 ans. 20% des soldats de l'armée du Myanmar sont des mineurs. Il est connu qu’un tiers des soldats au Yémen sont des enfants et il y a actuellement 16.000 enfants soldats qui combattent dans le Sud-Soudan.

« Je suis devenu une bonne personne »

Tout le monde peut lire la douleur qui surgit dans les yeux de Simon, un ancien soldat du Soudan du Sud âgé de 12 ans, lorsqu’il prononce les mots suivants sur ses années de service dans l'armée :

« Être à la maison est mieux que d'être dans l'armée parce que dans l'armée, quand vous faites une erreur, ils vous emmènent en prison et ils vous battent pendant des semaines. Je faisais la cuisine et le lavage des vêtements, je suis devenu un garde du corps. Puis quand j’ai été libéré en tant que soldat et qu’ils (UNICEF) m'ont emmené au centre de soins, je suis devenu une bonne personne. Là, personne ne m’a dérangé, personne ne m’a battu. Et j’ai reçu de la nourriture. Je ne pense pas que les petits enfants doivent être des soldats. »

Bien que des initiatives importantes aient été engagées plus tard pour ces enfants qui sont forcés de combattre, il est impossible d'éliminer complètement les cicatrices de la violence. Par conséquent, des efforts sérieux devraient être faits par les dirigeants politiques et les figures d'autorité sociale pour trouver des solutions immédiates aux conflits politiques actuels afin de veiller à ce que les populations civiles et en particulier les enfants soient tenus à l'écart de ces conflits et prévenir l'apparition de toute nouvelle guerre.

Selon les Principes de Paris, les enfants soldats sont définis comme « enfants associés aux forces armées ou à des groupes armés. » Cette définition inclut non seulement les enfants qui sont directement impliqués dans les conflits armés mais aussi tous les enfants qui sont utilisés dans divers rôles de soutien comme la cuisine ou le portage, le reporting, la pose de mines, l'espionnage ou pour des fins sexuelles. Par conséquent, tous les enfants qui sont associés à des groupes armés répondent à cette définition.

Selon le premier article de la Convention des Nations Unies sur les droits de l'enfant, « un enfant désigne tout être humain âgé de moins de dix-huit ans. » La définition d’ « enfant » est claire dans le droit international ; cependant, ces définitions ne changent pas la réalité du monde. Il y a eu une augmentation significative des guerres, et de plus en plus d'enfants sont recrutés dans les conflits armés. Leurs jeunes esprits, facilement intimidés par la peur, les menaces ou toute autre raison, sont recrutés comme soldats non seulement par des groupes d'insurgés armés mais aussi par certains gouvernements. Cela augmente tous les jours le nombre d'enfants qui sont orphelins, qui sont témoins de la mort de leurs familles et amis, et qui souffrent de la peur et de la misère de la guerre.

Malgré les actions internationales et les efforts sincères déployés par le droit international, l'utilisation des « enfants soldats » est toujours à l'ordre du jour comme problème non résolue. Cependant, il n’est bien sûr pas possible d'accepter l'abandon de nos enfants à de telles horreurs, ces enfants qui sont notre plus précieux trésor et notre avenir.

Tout le monde devrait travailler ensemble pour résoudre ce problème et les gens de conscience, qui certes, imaginent un monde dans lequel tous les enfants, sans aucune exception, vivent une vie heureuse, devraient dès que possible s'efforcer pour remédier à cette situation terrible. Les commissions internationales devraient être établies concernant cette question et des campagnes devraient être menées sur tous les fronts en collaboration avec les médias. Les organisations non-gouvernementales, qui luttent déjà difficilement pour atteindre la paix mondiale, devraient traiter la question comme une priorité. Les institutions telles que les Nations Unies devraient placer les solutions à cette terrible situation vécue par les enfants soldats au sommet de leur agenda.

Il est à noter que ce n’est pas un problème qui peut être résolu par un seul Etat ou une communauté. Réaliser des campagnes mondiales sur cette question - et si nécessaire, imposer des sanctions aux pays qui insistent sur ​​l'utilisation d'enfants soldats - sont quelques-unes des solutions qui pourraient être engagées en premier lieu. Les réunions auxquelles les dirigeants du monde se réunissent, telles que le G-20 par exemple, sont des occasions importantes pour prendre des mesures concrètes et des précautions à cet égard.

Tout le monde devrait faire de son mieux pour traiter la question et inciter l’opinion publique afin que les enfants ne deviennent pas les soldats de la violence. Certes, ce qui devrait vraiment être fait est d’être déterminé à mettre un terme aux conflits, aux guerres et aux troubles croissants et de recourir à des solutions diplomatiques.

Jusqu’à présent, aucun problème n'a été résolu par des méthodes militaires et ne peut être résolu de cette manière. Tous ces gens qui rêvent d'un monde dans lequel les enfants grandissent dans l'amour, la bonté, la compassion, la paix et la fraternité et sont heureux, devraient dès que possible lutter ensemble pour effacer cet affront de la surface de la Terre.

Article d’Adnan Oktar sur The China Post & Jefferson Corner :

http://www.chinapost.com.tw/commentary/letters-to-the-editor/2016/04/21/464040/Child-soldiers.htm

http://www.jeffersoncorner.com/child-soldiers-are-the-ones-who-suffer-the-most-in-many-conflicts/

Desktop View