Harun Yahya

Des frappes aériennes touchent l'économie mondiale




 

Environ 10 semaines après les premières frappes aériennes américaines contre des cibles de l’Etat Islamique, les Etats Unis ont enfin donné un nom à l’opération qu’elle mène : Operation détermination inhérente. Selon, le commandement central américain, CENTCOM, le nom "Détermination inhérente" a pour objectif de refléter la détermination inébranlable et l’engagement profond des Etats-Unis et des pays alliés dans la région et dans le monde entier à éliminer le groupe terroriste EI et la menace qu’il représente en Irak, dans cette région et pour la communauté internationale. Il symbolise également la volonté et la détermination des membres de la coalition à travailler ensemble avec nos amis dans la région et d’utiliser toutes les facettes disponibles et nécessaires du pouvoir national – au niveau de la diplomatie, des renseignements, de l’armée, de l’économie- pour diminuer et détruire EI.”[1]

Il est certainement compréhensible que les Etats-Unis, étant donné la superpuissance qu’elle constitue, soient très engagés à trouver la méthode qui mettra un terme à la menace que l’Etat Islamique entraîne dans le monde ; après tout, la violence utilisée par l’Etat Islamique et son avancée qui semble incessante au Moyen Orient est un problème qui doit être résolu avec la plus grande urgence. Conscient que l’Etat Islamique n’est pas le premier et certainement pas le dernier de son genre à utiliser la violence pour arriver à ses fins, il est tout à fait logique que les Etats-Unis veulent libérer le monde du danger constitué par le radicalisme de l’Etat Islamique, qui n’a en fait aucun fondement avec la religion vraie. Il est toutefois difficile de comprendre pourquoi les Etas-Unis répètent les mêmes erreurs du passé en faisant appel aux mêmes méthodes uniquement basées sur la force militaire.

En se basant sur le passé, par exemple, n’importe quelle personne raisonnable saurait que la guerre que les Etats-Unis ont mené en Afghanistan il n’y a pas longtemps, Operation Enduring Freedom (Pour faire durer la liberté), n’a apporté rien d’autre que de la souffrance et une immense perte financière aux Etats-Unis et au monde. Malgré cela, les Talibans, l’ennemi juré de l’armée américaine, est toujours en scène bien qu’en 2014 cela fait 13 ans que Operation Enduring Freedom dure. Chaque heure, les contribuables américains paient $10,17 millions pour financer l’opération en cours en Afghanistan. A ce jour, les Etas-Unis ont dépensé environ $764.047.900.188 pour la guerre en Afghanistan.[2]

La guerre en Irak, considérée comme faisant partie de la guerre mondiale contre le terrorisme, constitue une histoire similaire. Chaque heure, les contribuables américains paient $365.297 pour financer la guerre en Irak. A ce jour, les Etats-Unis ont dépensé environ $818.259.254.403 pour la guerre en Irak.[4]

Peu de temps après le retrait des Ets-Unis de l’Irak, Operation Resolution inhérente a commencé contre l’Etat Islamique, toujours au Moyen Orient, sur les mêmes terres.

Le coût de l’opération militaire contre l’Etat Islamique est tout autant dévastateur. En connaître le montant choquera probablement n’importe qui dans le monde tout comme n’importe quel citoyen dans les rues aux Etats-Unis. Chaque heure les contribuables américains paient $312,500 pour financer l’action militaire contre l’Etat Islamique. A ce jour, l’argent dépensé par les Etats-Unis seulement pour mener cette guerre s’élèvent à $1.233.291.825 et cela ne cesse d’augmenter.[5]

Afin d’avoir une vision plus large, regardons le coût total de ces guerres depuis 2001. Chaque heure, les contribuables américains paient $10.54 millions pour financer toutes ces guerres menées depuis 2001. A ce jour l’argent dépensé depuis 2001 s’élèvent à $1.581.851.706.598 sans cesser d’augmenter.[6] Il faut garder en mémoire que ces chiffres ne concernent que les dépenses des Etats-Unis.

L’impact dévastateur des frappes aériennes ainsi que de la guerre sur les terres concernées, les conséquences de la guerre à la fois sur les vétérans américains et sur les populations vivant sur ces terres, ne sont même pas pris en compte.

Comme on peut le constater avec ces quelques exemples, le coût financier de telles actions militaires augmentent exponentiellement à chaque étape. Les Etats-Unis ont dépensé pour cette guerre contre l’Etat Islamique plus de $1.2 milliards en seulement moins de 4 mois. Il n’est pas nécessaire d’être un économiste pour comprendre que les frappes aériennes contre l’Etat Islamique touchent non seulement l’Etat Islamique, mais également l’économie de la Syrie, de l’Irak et des Etats-Unis. Ces chiffres sont assez élevés pour endommager n’importe quelle économie d’un pays, même s’il s’agit d’une superpuissance comme celle des Etats-Unis.

Un calcul rapide et un regard vers les expériences du passé montrent à tout le monde que quelque chose ne va pas dans la manière dont les Etats-Unis essaient de gérer les groupes terroristes. Le fait de mener une guerre contre la terreur ainsi que le fait que la guerre en elle-même conduit à d’autres guerres encore plus vastes – les unes après les autres- ne font rien d’autre que d’altérer les raisons fondamentales se cachant derrière cette terreur. On pourrait sûrement avancer que ces guerres ont empiré la situation.

L’impact psychologique de la guerre et le fait de voir leur territoire occupé est catastrophique pour le peuple concerné qui souffre depuis trop longtemps. Voir leur pays envahi par les bottes des soldats étrangers, voir les personnes qu’ils aiment se faire tuer devant leurs yeux à un impact prévisible sur ces peuples. Cela engendre de la haine et un désire de vengeance contre ceux qui prétendent leur apporter la justice et la liberté, et malheureusement, de la sympathie vis-à-vis de ceux que "ces occupants" combattent. En fait, cela a mené à la création de l’Etat Islamique, ce que le monde craint aujourd’hui.

En se démenant pour apporter le bien et transformer le mal en bien, on doit prendre en compte le fait que « la violence engendre la violence ». Comme Martin Luther King, Jr l’a exprimé "la plus grande faiblesse de la violence est qu’elle provient d’une spirale engendré par ce qu’elle cherche à détruire, au lieu de la diminuer, elle l’a multiplie. Avec la violence, on peut tuer le menteur, mais on ne peut ni tuer le mensonge, ni établir la vérité. Avec la violence on peut tuer celui qui hait, mais on ne peut pas tuer la haine. En fait la violence ne fait qu’augmenter la haine. Répondre à la violence par la violence multiplie la haine, en obscurcissant encore plus la nuit déjà dépourvue d’étoiles. On ne peut pas sortir de l’obscurité par l’obscurité ; on ne peut le faire qu’avec la lumière. On ne peut pas sortir de la haine par la haine. On ne peut le faire qu’avec l’amour."[7]

La résolution et la détermination des Etats-Unis, la superpuissance dominant le monde, à mettre un terme à la terreur est sans doute juste. Par ailleurs, personne ne peut remettre en question le fait que, dans l’état actuel de l’économie mondial, une superpuissance doit avoir les moyens et les armes pour constituer une force de dissuasion contre les puissances maléfiques du monde. Mais il n’est pas juste d’utiliser les armes à chaque fois qu’une puissance maléfique fait surface.

Laissons toutes ces armes, les avions de combat interarmées F35, les armes nucléaires, les missiles Tomahawk atteindrent leur objectif en tant que symbole de la force de dissuasion des Etats-Unis mais utilisons cette fois-ci une arme beaucoup plus grande et efficace ; l’arme de l’amour et de la compassion. Au lieu de répéter les mêmes erreurs encore et encore, essayons quelque chose que nous n’avons jamais essayé. Au lieu de tuer les auteurs du mal, enlevons-leur de leur main leur seule arme réelle ; enlevons-leur leur haine. Enlevons-leur leur ignorance, leur manque de connaissances réelles. Apprenons-leur par exemple que la haine n’est pas la solution. Apprenons-leur à aimer et à vivre en harmonie malgré les différences. On en conclura tous que cela est beaucoup plus facile et infiniment plus efficace.

Essayons quelque chose de nouveau cette fois-ci, car le temps de l’amour est venu.

 



[1]                 [1] http://www.centcom.mil/en/news/articles/iraq-and-syria-ops-against-isil-designated-as-operation-inherent-resolve



[2]                 [2] https://www.nationalpriorities.org/cost-of/



[3                  [3] https://www.nationalpriorities.org/cost-of/



[4]                [4] http://en.wikipedia.org/wiki/Iraq_War



[5]                [5] https://www.nationalpriorities.org/cost-of/



[6]                [6] https://www.nationalpriorities.org/cost-of/



[7]                [7] http://westwing.bewarne.com/questions/quotes.html

 

Article d'Adnan Oktar publié sur National Yemen

 


 




 


Desktop View