Harun Yahya

La prospérité de la part de notre Seigneur: Laylat Al-Qadr


Nous nous approchons de la fin du Ramadan, le mois le plus beau et propice où les musulmans s’entraident et renforcent leurs relations et la solidarité. Nous sommes sur le point de compléter un autre Ramadan qui est un moyen de bénédictions, de guérison et de prospérité. Et la nuit dernière, nous avons accueilli la Laylat Al-Qadr (La Nuit du pouvoir) qui a été privilégiée comme meilleure que mille mois comme lors du commencement de la révélation à notre Prophète (paix soit sur lui) il y a 1400 ans…

Chaque jour du Ramadan est une fête, une bénédiction et une beauté, une période de prospérité pour les musulmans. C’est un moyen important de gagner l’agrément d’Allah et la guérison. Comme on le sait, le Coran a été révélé à notre Prophète (paix soit sur lui) il y a 1400 ans lors de la Laylat al-Qadr (La Nuit du Pouvoir). C’est pourquoi la Laylat Al-Qadr a un caractère distinct des autres jours du mois de Ramadan, et même de toute l’année. Notre Seigneur nous informe de cette distinction en déclarant que la Nuit du pouvoir est meilleure que mille mois.

le mot “qadr” a différentes significations comme “pouvoir, “gloire”, “estime”. “Qadeer” est également l’un des noms d’Allah et indique que notre Seigneur a un “pouvoir infini et crée ce qu’Il veut”. Allah Tout-Puissant a également attribué ce nom à la sourate Al-Qadr dans le Coran: “Nous l'avons certes, fait descendre (le Coran) pendant la nuit d'Al-Qadr. Et qui te dira ce qu'est la nuit d'Al-Qadr? La nuit d'Al-Qadr est meilleure que mille mois. Durant celle-ci descendent les Anges ainsi que l'Esprit, par la permission de leur Seigneur pour tout ordre. Elle est paix et salut jusqu'à l'apparition de l'aube.” (Coran, 97:1-5)

Salman le Perse (qu’Allah soit satisfait de lui) rapporte: “Le dernier jour du mois de Cha’baane, le Messager de Dieu nous fit ce discours: “Ô gens ! Un grand mois béni vient à vous, un mois comportant une nuit meilleure que mille mois. Dieu a rendu le jeûne obligatoire durant celui-ci, et l’observance résolue de ses nuits dans l’adoration, un acte surérogatoire. C’est un mois de la patience et il n’y a d’autre récompense pour la patience que le Paradis. C’est un mois de la bonne volonté durant lequel les provisions sont multipliées.” (Ibn Khuzaimah, Saheeh, III, 191-192)

Comme nous pouvons le voir, le Prophète (que la paix soit sur lui) a mentionné les bienfaits de la Laylat Al-Qadr quand il a tenu un discours sur le mois de Ramadan et il a déclaré que le jeûne est une obligation et que les nuits passées dans l’adoration, dans la démonstration de patience et dans la bonne volonté sont d’une grande importance. Il a également souligné que les provisions des croyants étaient multipliées ce mois-ci.

La Nuit du Pouvoir, l’occasion de renforcer la constance des croyants, était aussi le début de la puissante lutte intellectuelle de notre Prophète (paix soit sur lui) contre les hypocrites, les idolâtres et les infidèles avec une grande persévérance. Cette belle communication de la religion par notre Prophète (paix soit sur lui) a commencé en 610 de l’Hégire avec la révélation du Coran et a duré sans cesse jusqu’à son décès.

Le Ramadan, le “mois de la patience” tel que décrit par notre Prophète (paix soit sur lui) et la Laylat Al-Qadr qui est meilleure que mille mois est un excellent exemple d’esprit d’unité des musulmans, de solidarité et de coopération.

Le fait que la nuit bénie soit meilleure que mille mois améliore naturellement l’honorabilité des observances que les musulmans effectuent cette nuit. Cependant, cela a aussi conduit certains musulmans à développer différentes idées qui sont en conflit avec le Coran, notamment en raison de la mauvaise interprétation de certains hadiths au sujet de cette nuit bénie.  

Certains musulmans croient aujourd’hui que même s’ils suivent leur nafs les autres jours de l’année, ils seront pardonnés de tout cela s’ils se repentent la Nuit du Pouvoir. Ils croient que toutes leurs dettes concernant les prières qu’ils n’ont pas réalisées dans le passé seront tournées en bien et que s’ils prient Dieu cette nuit, Il répondra certainement à la prière peu importe de quoi il s’agit. Cette conviction les mène donc à l’erreur de vivre dans l’indifférence de Dieu les autres jours que la Laylat Al-Qadr. 

Bien sûr un musulman n’a pas tort de croire que ce repentir sera accepté et que sa prière sera acceptée et qu’elle aura une réponse, notre Seigneur nous promet qu’Il accepte les prières et le repentir et qu’Il aidera Ses serviteurs qui se prosternent devant Lui. Si Dieu le veut, bien s’ûr qu’Il pardonnera tous les péchés de la personne qui se repent sincèrement et répondra aux prières de cette personne cette nuit-là. L’erreur consiste en la perte de sincérité envers Dieu des musulmans en question. Tous les musulmans ont la responsabilité de vivre de manière vertueuse 365 par an et non juste un seul jour. Dieu nous ordonne de nous repentir et de prier pas seulement une seule nuit mais 365 jours de l’année. Par conséquent, il n’est vraiment pas sincère de la part du musulman de ne pas s’efforcer tout aussi dûrement pour servir Dieu les autres jours de l’année et puis de se comporter soudainement pendant la Laylat Al-Qadr; de chercher refuge en Dieu dans l’espoir de réaliser ses désirs. 

Notre Seigneur veut que nous vivons sincèrement. Il nous commande de faire tout notre possible pour gagner Son agrément à chaque instant de notre vie. En d’autres termes, tous les musulmans doivent essayer de maintenir la proximité à Dieu qu’ils atteignent pendant la Laylat Al-Qadr le reste de l’année. Il est évident que lorsque les musulmans se conforment à la bonne moralité que notre Seigneur nous commande dans le Coran avec sincérité tout au long des 12 mois de l’année, ce sera accomplir des résultats qui seraient le moyen de salut pour le monde entier. C’est pourquoi l’obligation essentielle de tous les musulmans religieusement attachés au Coran est de vivre selon la moralité de l’unité et de l’association vécues pendant le mois de Ramadan durant les 11 autres mois de l’année pour l’agrément de Dieu, de considérer les différences entre les musulmans comme une source de richesse et de faire tout son possible pour les unir tous sous un même toit pour atteindre non seulement la force mais aussi la paix. 

 

Desktop View