Harun Yahya

Le plus grand besoin de l’Europe: une spiritualité profonde


L’autre semaine au Danemark, une girafe a été euthanasiée dans un zoo devant le public car il n’y avait plus de place pour elle et aussi pour éviter la consanguinité entre la population de girafes du zoo. Les organisations de défense des droits des animaux ont essayé d’arrêter le plan, les protestations ont été organisées et plusieurs pays ont proposé de prendre l’animal.  

Cependant, le zoo est allé de l’avant et a abattu l’animal.  

Certains peuvent être perplexes au fait qu’on accorde de l’importance à une girafe alors que des milliers de personnes sont massacrées chaque jour. Cependant, Marius, le girafon mignon âgé de 18 mois, a été tué devant les yeux des enfants. 

Le directeur scientifique, Bengt Holst, justifie cela en disant: “Cela permettra aux enfants d’accroître leurs connaissances sur les animaux ainsi que leur compréhension de la vie et de la mort”.  

Le Danemark est un pays européen précieux et important qui a une belle population et de belles villes qui sont la quintessence de la modernité; c’est un excellent représentant de la Scandinavie. Toutefois, le Danemark fait depuis des années une erreur à laquelle sont également sujets les pays d’Europe du Nord.  

Alors que des concepts comme la profondeur, la loyauté, l’existence, la vie et la mort sont généralement abordés dans ces pays, la spiritualité est mise de côté tandis que tout est expliqué par la logique de cause à effet matérialiste. Ils essaient d’appliquer le matérialisme à tout dans le pays. 

Le Danemark est l’un des pays où l’enseignement est donné à partir de cette perspective dans les écoles. C’est pourquoi on peut voir les plus hauts niveaux de l’irréligion -  malgré une tendance mineure vers la religion récemment - dans les pays scandinaves comme la Suède, la Norvège, le Danemark et l’Islande. 

L’augmentation de la consommation d’alcool et de la drogue, la dégénérescence de la société, le fait qu’on attende que l’Etat s’occupe des personnes âgées plutôt que les membres de la famille, l’affaiblissement des liens familiaux et la solitude sont quelques-uns des plus grands problèmes auxquels sont confrontés ces pays. Les pays scandinaves ont l’un des taux de suicide les plus élevés du monde et quelques 7000 personnes par an meurent d’abus d’alcool seulement dans chacun de ces pays. Le vide dans ce territoire où la spiritualité est de plus en plus oubliée croît de jour en jour. 

Le massacre de Marius devant les yeux des enfants dans le but de leur enseigner quelque chose fait partie de la mentalité scandinave. 

Quel genre de conclusions sur la vie et la mort les enfants pourraient-ils tirer d’un animal abattu en face d’eux s’ils ne croient pas en Dieu, s’ils ne savent rien de ce monde et de l’au-delà, s’ils ne reçoivent pas de conseils spirituels et si on leur apprend tout simplement que notre corps physique vieillit et se dégrade. 

La seule chose que les enfants peuvent apprendre sur la mort en assistant au meurtre d’une girafe mignonne sur des prétextes sans fondement est l’effusion de sang, la sauvagerie et la violence. Tout ce qu’ils ont vu, c’est l’application pratique de la mauvaise éducation matérialiste qu’ils reçoivent à l’école et ils penseront qu’un système dans lequel le fort écrase le faible s’applique à tous les stades de la vie. Ils commenceront par considérer la vie comme dénuée de sens et la mort comme une simple affaire, tandis que la mort et la violence deviennent anodines. 

Il est bien sûr vrai que parmi les animaux, le fort tue parfois le faible. Cependant, l’altruisme est plus fort et prédominant parmi eux. Les animaux n’hésitent généralement pas à sacrifier leur propre vie pour leur propre progéniture, leurs communautés ou même pour d’autres espèces. 

Par conséquent, l’idée du fort qui écrase le faible n’est pas une loi de la nature. En outre, en tant qu’entités dotées d’intelligence et d’âme spécialement créées, les êtres humains ont la responsabilité de placer les autres avant eux-mêmes et faire ce qui est juste, même si cela va à l’encontre de leurs intérêts. Donc, pour la personne, ce monde n’est pas un champ de bataille, mais un lieu d’épreuve où on jouit de la supériorité sur la base du comportement et des valeurs morales. 

Les enfants peuvent seulement comprendre la vie et la mort une fois qu’ils comprennent que ce monde a été spécialement créé en tant que lieu d’épreuve, que la vraie vie est dans l’au-delà, qu’ils seront tenus responsables dans l’au-delà de tout ce qu’ils font dans ce monde et que la mort n’est pas la fin, mais le début d’une vie éternelle. 

L’existence de Dieu, le Créateur Tout-Puissant Qui les a créés est la seule façon d’expliquer cela. Une bonne partie de la sauvagerie dans le monde résulte des dommages causés par la conception matérialiste de la majorité du monde, et du fait que la vie est considérée comme vide de sens et la mort comme quelque chose de simple et d’ordinaire. 

Certains pays européens peuvent souffrir d’un terrible désastre en imposant ce concept aux enfants. La raison pour laquelle le taux de suicide est élevé dans les pays scandinaves n’est pas le climat sombre et lugubre, mais ce point de vue erroné. Quelqu’un qui saisit le vrai but de la vie peut être heureux même s’il vit dans une humble cabane ou dans une grotte. 

Marius est un petit exemple utilisé pour décrire cet état d’esprit. Une opinion superficielle de la vie infligera la tragédie aux belles sociétés ainsi que l’absence d’âme et le manque d’amour aux sociétés pleines d’amour. Il est essentiel de fournir une véritable éducation scientifique et de susciter des sentiments spirituels afin d’éviter ce problème, en particulier dans les sociétés en question. 

Dans un tel cas, les services de réadaptation spéciaux pour réduire l’utilisation de drogues et d’alcool, la lumière artificielle pour empêcher les suicides ou les interdictions pour freiner l’effondrement moral et les troubles psychologiques ne seront plus nécessaires dans ces belles sociétés. Les enfants considéreront la mort non pas comme quelque chose d’horrible, mais comme le moment où ils rencontreront leur Créateur. A la place de communautés de haine, des communautés d’amour surgiront. 

Si nous voulons obtenir ce résultat, la seule façon d’y parvenir est par le biais de donner une éducation scientifique correcte et de renforcer la spiritualité de manière à exposer l’erreur de l’état d’esprit matérialiste.  

Article d’Adnan Oktar publié sur The Jakarta Post:

http://www.thejakartapost.com/news/2014/03/01/euro-s-greatest-need-profound-spirituality.html

 

Desktop View