Harun Yahya

La Russie a d’autres rôles à jouer en Syrie




 

 

Les relations de la Russie avec la Syrie, qui ont commencé à l’époque de l’URSS, remontent à 1946. Depuis lors, les événements au Moyen-Orient ont naturellement amené les deux pays à se rapprocher de plus en plus, et la République arabe syrienne est devenue le plus important partenaire de la Russie dans le Moyen-Orient. Alors que la Russie a établi des bases militaires en Syrie, elle a également répondu à la quasi-totalité des besoins militaires et économiques de la Syrie depuis les années 1980. Cela a conduit à une proximité traditionnelle entre les deux pays qui survit encore. 

 

Divers autres détails se distinguent également dans l’approche de la Russie à la crise syrienne actuelle. Comme tous les pays de la région, la Russie considère la présence de groupes radicaux dans l’opposition comme une menace. La Russie continue à soutenir Assad en raison de la probabilité d’un conflit sanglant dans une Syrie post-Assad. 

 

Pendant ce temps, la récente désapprobation officielle de la Russie sur le traitement que le gouvernement Assad inflige à son peuple montre sa profonde préoccupation au sujet de la souffrance humaine qui se déroule. Malgré la politique de soutien de la Russie vis-à-vis de la Syrie, elle déclare aussi fréquemment qu’elle n’est pas du côté du gouvernement Assad et qu’elle a simplement l’intention d’arrêter la violence dans le pays et de prévenir les interventions extérieures. 

 

Le temps joue contre le peuple syrien. Au cours des trois dernières années, quelque 120.000 personnes ont perdu leur vie dans la guerre civile syrienne.  

 

D’après l’Organisation des Nations Unies, on estime que 5.000 Syriens sont tués chaque mois. 

 

Au cours du dernier mois, les forces d’Assad ont intensifié leurs bombardements aériens et juste la semaine dernière, ils ont tué plus de 200 personnes en quatre jours à Alep, la moitié d’entre elles étaient des enfants. Selon Human Rights Watch, ce fut le “bombardement le plus intensif du gouvernement d’Alep depuis le début de ce conflit”.

 

Face à la pauvreté et à la faim, les gens ont besoin de toutes sortes d’aide humanitaire. En particulier dans les zones contrôlées par l’opposition où il est impossible de trouver de la nourriture, cinq millions de personnes innocentes sont menacées par la famine. Notamment en raison de l’absence d’eau potable saine depuis une année, les enfants en particulier sont menacés par des épidémies. 

 

Un total de 5.5 millions d’enfants, dont 436.000 ont moins de 5 ans, sont confrontés à la mort dans les conditions les plus terribles.  

 

Même si une telle image horrible attire l’attention du monde vers la Syrie et que la communauté internationale est prête à fournir toutes sortes d’aide humanitaire, celles-ci ne peuvent être livrées au peuple syrien en particulier à ceux qui vivent dans les points de contrôle contrôlés par les forces d’Assad car ces tentatives sont contrecarrées par les forces du régime.  

 

La Russie peut être un intermédiaire en faisant parvenir l’aide au peuple. Elle peut aider les organisations humanitaires internationales qui obtiennent l’aide humanitaire à parvenir en Syrie qui jusqu’ici n’a pas été autori jusqu’ici par le régime au pouvoir.   

 

Le 10 décembre de l’année dernière, le régime a montré des signes d’adoucissement et a annoncé la délivrance d’aide sous certains conditions. Depuis lors, les Nations Unies ont essayé de renforcer les activités d’aides via la Turquie et le régime en Syrie a empêché le mouvement. La Russie est maintenant par conséquent la meilleure option pour faire parvenir l’aide au peuple syrien qui souffre.   

 

L’Etat russe qui entretient des relations étroites avec le gouvernement Assad et l’Iran peut fournir des solutions efficaces sur la question de l’ouverture d’un couloir humanitaire, sur l’envoi d’avions d’aide humanitaire ou sur la levée du blocus de l’aide humanitaire, même si ce n’est que dans certains endroits. La Russie peut également jouer un rôle majeur dans l’envoi des aides en Syrie à partir de pays comme la Turquie. Elle peut superviser le processus.  

 

Avec l’appui et le soutien russe, le peuple souffrant en Syrie peut être évacué du pays. 

 

Comme les conditions se détériorent chaque jour, l’autre question importante et urgente est d’évacuer les gens du pays, en particulier ceux qui sont dans les zones sous d’intenses bombardements. L’implication de la Russie dans ce processus va sûrement faciliter l’évacuation des civils innocents.   

 

La Russie est le seul pays qui peut assurer la distribution de l’aide aux personnes dans la Syrie assiégée. Et en choisissant de jouer le rôle, nous sommes sûrs que la Russie recevra tous les types de matériel et de soutien moral du monde. 

 

 

Article d’Adnan Oktar publié sur Times of Oman:

 

http://www.timesofoman.com/Columns/Article-1730.aspx

 

Desktop View