Harun Yahya

Le monde doit renouveler son point de vue sur les femmes


 

Chère Malala a rappelé au monde de la manière la plus simple et la plus sincère, un drame que la plupart des gens n'ont pas voulu voir depuis longtemps. Il est très difficile d'être une fille dans le monde musulman.

En fait, il est difficile non seulement dans le monde musulman, mais aussi dans le monde entier, la puissance du radicalisme et la tendance culturelle à la violence dans certains pays musulmans rendent cette contrainte plus visible.

Selon les données des Nations Unis, 49.7% de la population mondiale sont des femmes, mais dans la plupart des pays, leur existence n'est reconnue que par la violence et la pression imposée. On sait que les femmes sont confrontées à des formes de discrimination ouvertes ou cachées dans différents domaines tels que la politique, les affaires, et l'éducation dans presque toutes les sociétés. Seulement 13 des 500 plus grandes sociétés du monde ont une dirigeante. D'autre part, les femmes représentent 70% des 2 millions de personnes pauvres du monde et les deux tiers des illettrés.

Lorsque nous examinons les pays musulmans, nous apercevons que tous ces problèmes sont encore plus extrêmes, c'est parce que diverses superstitions de plusieurs sources islamiques sont utilisées comme preuve que les femmes peuvent être considérées comme des citoyens de seconde classe dans la plupart des pays musulmans. En d'autres termes, les femmes subissent des pressions au nom de la religion et ceux qui défendent la liberté des femmes sont présentés comme s'opposant aux valeurs religieuses.

Cependant, lorsque nous regardons les versets du Coran ou étudions les pratiques du Prophète Mohammad, nous voyons que selon l'Islam, les femmes devraient être dans une situation différente de celle dans laquelle elles sont dans les pays musulmans aujourd'hui. Dans le Coran, les femmes et les hommes sont égaux à tous points. Au temps du Prophète, les femmes ont pris part à tous les domaines de la vie avec les hommes. L'épouse du Prophète, Khadija, étant l'une des plus importantes femmes d'affaires de la région, est un fait très important qui indique combien actives peuvent être les femmes dans la vie sociale. En ce temps, les femmes et les hommes ont entrepris une responsabilité égale dans l'éducation des gens qui venaient juste de se convertir, à assurer l'ordre social et dans d'autres luttes.      

L'essence du point de vue radical sur les femmes – et ce n'est pas un point de vue spécifique aux extrémistes du monde musulman – est basée sur une compréhension qui considère les femmes comme déficientes au niveau religieux et mental. En conséquence, l'idée que les femmes doivent être gérées, gouvernées et dirigées est dominante et la plupart du temps, les femmes sont considérées comme insuffisamment intelligentes – arbitrairement – que même leur existence est jugée comme élément dangereux et les garder enfermées à la maison est accepté comme la meilleure solution à ce danger difficile à contrôler.

Pour certains, il n'est pas suffisant de maintenir les femmes à la maison, les fenêtres de cette maison ne devraient pas regarder sur le bazar et les trous par lesquels les femmes peuvent regarder à l'extérieur doivent être couverts. Le devoir d'une femme est de servir son mari et ses enfants. Cela est d'une telle atrocité qui rabaisse les femmes qu'elles sont comptées parmi les choses qui annulent la prière.

Pour changer ce point de vue faussé, qui s'est transformé en un système d'oppression des femmes, le monde musulman doit travailler ensemble, nettoyer toutes ces superstitions qui contredisent l'Islam et enseigner aux Musulmans que la religion ne commande pas de telles absurdités à travers des programmes éducatifs complets, car aussi longtemps que ces superstitions existent dans les sources islamiques, toute initiative visant à amener les femmes à leur position méritée dans les pays musulmans restera insuffisante.

Outre ce besoin urgent de changement dans le monde islamique, il est clair que le point de vue du monde sur les femmes doit également changer. Les femmes ne sont pas créées pour être sous le contrôle des hommes. Elle n'est pas un être qui doit entretenir sa vie en fonction de l'homme. Comme chaque homme, chaque femme est responsable de sa propre vie et des décisions qu'elle prend par sa conscience et son intelligence. Les vêtements de la femme, son éducation, sa profession ou son statut social ne doivent pas être définis par les hommes et selon les besoins de celui-ci.

Si une femme veut porter un décolleté, elle devrait être en mesure de s'habiller comme elle désire et il ne devrait pas y avoir de codes vestimentaires ou de normes définis en son nom. Si une femme veut porter le voile, elle doit être en mesure de faire ce qu'elle aime et être active dans la vie avec son voile. Si une femme veut travailler, il ne devrait pas y avoir d'innombrables obstacles et si elle veut participer à la politique ou aux arts, elle doit être soutenue. En bref, les femmes doivent être libres et se sentir à l'aise autant que possible dans toutes les régions du monde de sorte que le monde puisse atteindre les beautés qu'il a manquées pendant si longtemps.

N'oublions pas que si une femme est sous pression, même quelque part très éloigné dans le monde dont nous ne connaissons pas le nom, cela devrait remuer la conscience de tout le monde. Il n'est pas possible de parler de tranquillité, de paix et de sécurité dans un monde où les femmes ne sont pas libres ou actives dans la vie. Par conséquent, il est temps pour tout le monde de comprendre que "les femmes sont les fleurs du monde". Venons, remédions aux souffrances subies par les femmes et estimons cette beauté à leur juste valeur pour un monde meilleur, plus rayonnant et heureux. Le monde ne peut être beau que lorsque les femmes sont libres.

Article d'Adnan Oktar publié sur Huffington Post :

http://www.huffingtonpost.com/harun-yahya/world-women_b_4109074.html

Desktop View