Harun Yahya

Prof. Kashgarli, Président du Parlement du Turkestan oriental en exil, était l'invité d'Adnan Oktar


Jeudi, 1er août 2013 

M. Adnan Oktar continue à chercher une solution aux difficultés rencontrées par les Turcs Ouïghours. L'invité de M. Oktar à l'émission en direct le soir du 31 juillet fut le professeur Sultan Mahmut Kashgarli, président du Parlement du Turkestan en exil, qui a décrit ce qui se passait dans le Turkestan oriental.

M. Adnan Oktar, qui se livre à une activité effective dans ses programmes de conversation sur A9 TV en vue de mettre fin à l'oppression subie par les Musulmans partout dans le monde, a accueilli des fonctionnaires de l'ambassade de Chine il y a quelques semaines dans le but de trouver une solution aux problèmes des Turcs Ouïghours vivant au Turkestan oriental. Adnan Oktar a interrogé les fonctionnaires de l'ambassade sur les faits réels concernant les informations parues dans la presse mondiale sur les injustices, l'oppression et les problèmes rencontrées par les Musulmans du Turkestan oriental en Chine, et a également présenté une demande écrite pour obtenir une réponse à celles-ci.

Les gens éprouvent encore cette peur. Nous voulons que nos frères parviennent à une structure libre, pacifique et démocratique. Nous voulons qu'ils prennent leur place dans l'Union Turco-Islamique. Mais nous ne disons pas que "la Chine doit être détruite, la nation chinoise doit être détruite". En effet, si seulement ils pouvaient adhérer à l'Union Turco-Islamique, aussi nous serions ravis.

Ils ont tué tous nos dirigeants qui ont exigé cela.

La situation aujourd'hui, comme vous l'avez entendu, c'est qu'il y a un régime communiste en Chine. En vertu de la Constitution chinoise de 1982, les citoyens chinois jouissent de la liberté de croyance ou non en la religion. L'Etat va préserver cela. Mais à part celui des communistes et des athées en Chine, le droit des Turcs au Turkestan oriental d'accomplir leurs obligations religieuses est limité. Le jeûne est limité, par exemple, quand les gens refusent de manger à l'école, ils sont sur la liste noire parce qu'ils jeûnent. Le droit des gens à accomplir la prière régulière est limité. L'État interdit aux travailleurs du secteur public d'entrer dans les mosquées pour prier. Deuxièmement, les membres du parti communiste ne sont pas autorisés à prier. Les membres des organisations de jeunesse ne sont pas autorisés à prier. Les femmes ne sont pas autorisées à entrer dans les mosquées pour prier. Les personnes de moins de 18 ans ne sont pas autorisées à entrer dans les mosquées pour prier. C'est interdit, donc les gens ne peuvent pas s'acquitter de leurs obligations religieuses comme ils le souhaitent.    

C'est comme ça pour tous les sujets. Il est difficile d'obtenir un passeport pour aller à l'étranger. Les Chinois peuvent obtenir un passeport, mais ils ne les remettent pas facilement aux gens du Turkestan oriental. Ils font traîner les choses pendant des années. "Où allez-vous?", "Turquie". "Où allez-vous?", "Ouzbékistan". "Regardez, vous devez promettre que vous n'irez jamais là. Signez ici". Le document à signer est écrit à l'avance. Vous signez que si vous quittez le pays, et que l'État vous punit, vous acceptez cela. Vous pouvez quitter le pays seulement après avoir signé la limitation de la liberté de mouvement, car dans ce cas, les yeux des gens s'ouvriront et verront ce qui se passe dans le monde. "Ils vont ensuite commencer à nous comparer avec d'autres endroits" disent-ils. Alors ils restreignent cela.

Il y a beaucoup de gens dont le cœur souffre pour nous…"

Mais les restrictions se poursuivent. Il n'y a pas d'égalité par exemple. Les principales installations industrielles du Turkestan oriental sont entre les mains chinoises. Les Chinois sont installés là-bas. Le taux de chômage est très élevé dans le Turkestan oriental. Il n'y a pas ou presque pas de sécurité sociale. Mais les Chinois sont tous assurés. Ils sont installés dans tous les lieux les plus importants. Il y a la propagande sur "Tout sera meilleur au Turkestan oriental". Ils disent que le Turkestan oriental, Xinjiang, est un bel endroit. Lorsque le Turkestan oriental ou sous son nouveau nom le Xinjiang, a été envahi en 1949, il y a eu toutes les unités militaires chinoises, en plus de bureaucrates et civils chinois. Il y avait environ 350000 Chinois. L'installation des migrants chinois y a continué pendant les 63 dernières années. Les chiffres de la présence chinoise au Turkestan oriental sont de 8,7 millions. Mais nous estimons que plus de 10 millions de Chinois y sont installés. 

Les Chinois emportent toutes les ressources souterraines du Turkestan oriental, tout le pétrole et l'uranium. Tout. Ils installent les Chinois dans  tous les meilleurs endroits. On interdit aux gens du Turkestan oriental d'avoir des enfants. Il y a une planification familiale dans le Turkestan oriental. Ils ne sont pas autorisés à s'inscrire dans les villes. Ils sont punis. Ils ne sont pas autorisés à enregistrer plus de 3 enfants dans les villages. Ils sont punis.                                                                                                

Mais le monde islamique fait très peu de protestations à ce sujet. Il y a 63 États islamiques dans le monde. Les devises étrangères sont d'environ 70 milliards de dollar. Les Chinois ont un chiffre de 470 milliards de dollars de commerce. Si tous ces pays islamiques élevaient leur voix et disaient: "Arrêtez toutes ces mesures, sinon nous romprons ce commerce", l'économie chinoise s'effondrerait. Mais il n'y a pas une telle unité, aucune protestation. 

Il y a quatre ans, lors des événements du 5 juillet 2009, Ekmelettin İhsanoğlu, qui était aussi membre de notre organisation a dit: L'organisation de l'Unité islamique a tenu une réunion extraordinaire et a dit: "Nous soutenons les Musulmans au Turkestan oriental". Mais les autres États n'ont pas approuvé et n'y ont pas participé. Donc aucune réunion comme telle n'a eu lieu.

Ici la Chine a été très ruse. Il a amené des ambassadeurs occidentaux à Urumqi. Elle a dit aux États occidentaux: "Ces gens sont tous des islamistes radicaux". "Ce sont tous des islamistes extrémistes" ont-ils dit. "Ils ont réalisé tous ces incidents et ont tué nos gens". Puis, les ambassadeurs des pays musulmans ont dit: "Les personnes responsables des incidents à Urumqi n'ont rien à voir avec la religion". Ainsi, ils ont trompé tout le monde.                                                                                     
Des choses regrettables se déroulent aujourd'hui. Beaucoup de gens ont été arrêtés. Mais même alors, le monde n'a presque rien dit.                                                                                                                                                         

Adnan Oktar: "Le Maître dit que le salut du Turkestan oriental et du monde islamique réside dans l'Union-islamique. N'est-ce pas?                                    

Prof. Mahmut Kashgarlı: Bien sûr, inchaAllah. L'Union islamique. Oui, inchaAllah.

Adnan Oktar: Le Maître a énuméré tant de tragédies. Mais la question s'est encore prolongée. La solution est l'Union islamique. Si une personne courageuse se lève et dit: "Tout le monde islamique doit s'unir", alors la tragédie en Égypte prendra fin, et la tragédie en Irak et la tragédie au Turkestan oriental se termineront. Il n'y aura plus de problèmes dans les mondes turc et musulman.                                                                            


Avec le soutien de notre Maître, par la permission d'Allah, nous allons établir l'Union Turco-Islamique. Notre Maître est une personne très importante. Qu'Allah l'agréé. Qu'Allah augmente votre pureté et votre apprentissage. Je voudrais encore vous inviter de temps en temps ici, si vous voulez donc bien nous honorer. Nous pouvons avoir de belles conversations. Mais nous ne devons pas trop fatiguer le Maître. Il va nous raconter toutes ces douleurs et souffrances très bientôt. Ce sera un moyen pour que chacun accélère l'Union Turco-Islamique qui mettra fin aux souffrances des mondes turc et islamique." (31 juillet 2013: A9 TV)

Desktop View