Harun Yahya

RAMADAN 2009, 20. JOUR











Telle est la bonne nouvelle qu’Allah annonce à ceux de Ses serviteurs qui croient et accomplissent les bonnes œuvres! Dis : "Je ne vous en demande aucun salaire si ce n’est l’affection eu égard à nos liens de parenté." Et quiconque accomplit une bonne action, Nous répondons par une récompense plus belle encore. Allah est certes pardonneur et reconnaissant.

(Sourate ash-Shura, 23)










Le croyant a une destinée étonnante ; tout ce qui lui advient est bénéfique et ce n’est réservé qu’aux seuls croyants. En effet, lorsqu’un bonheur lui échoit, il remercie Allah et ceci est un bien pour lui, et si un malheur le frappe, il fait montre de constance et cela est aussi un bien pour lui.

Rapporté par Mouslim











LE ROLE DES MONTAGNES

Le Coran attire l'attention sur une caractéristique géologique capitale des montagnes :

Et Nous avons placé dans la Terre des montagnes fermes, afin qu'elle ne s'ébranle pas avec eux. (Sourate Al-Anbiya, 31)

Ce verset affirme que le rôle des montagnes est d'empêcher la survenue de "chocs" sur la Terre. On ignorait cette fonction à l'époque où le Coran a été révélé. On ne l'a compris que tout récemment, grâce aux découvertes de la géologie moderne.

Autrefois, on pensait que les montagnes étaient simplement des bosses qui se dressaient à la surface de la Terre. Cependant, les scientifiques ont réalisé que ce n'était pas vraiment le cas, et que les "fondations" de ces montagnes s'étendaient sur une profondeur 10 à 15 fois supérieure à leur hauteur visible. Avec de telles caractéristiques, les montagnes peuvent être comparées à un clou ou un piquet maintenant solidement une tente de camping. Par exemple, le Mont Everest, dont le sommet s'élève à près de 9 km au-dessus de la surface de la Terre, développe des "racines" sur une longueur supérieure à 125 km.1

Les montagnes apparaissent à la suite de mouvements et de collisions entre d'immenses plaques formant l'écorce terrestre. Quand deux plaques entrent en collision, la plus solide glisse sous l'autre, celle du dessus se plisse et forme des reliefs et des montagnes. La couche inférieure s'enfonce sous le sol et s'étend vers les profondeurs. Cela signifie que les montagnes cachent sous terre une partie de dimension aussi importante que la portion visible:

Dans un texte scientifique, la structure des montagnes est décrite comme suit :

Là où les continents sont les plus épais, comme dans les chaînes montagneuses, l'écorce s'enfonce plus profondément dans le manteau."2

Le Professeur Siaveda, un célèbre hydrogéologue de renommée mondiale, a fait le commentaire suivant sur la façon dont les montagnes avaient des tiges ressemblant à des racines et qui les maintiennent attachées à la surface.

La différence fondamentale entre les montagnes continentales et les montagnes océaniques se situe dans leur composition… Mais le dénominateur commun aux deux types de montagnes c'est leurs racines, capables de les soutenir. Dans le cas des montagnes continentales, des matières de densité plus basse et plus légère sont étendues sous terre comme des racines. Dans le cas des montagnes océaniques, il existe aussi des matières plus légères qui soutiennent les montagnes comme des racines… Par conséquent, la fonction des racines est de soutenir les montagnes selon la loi d'Archimède.3

De plus, un livre intitulé Earth "(La Terre), écrit par le Dr Frank Press, ancien président de l'Académie Nationale des Sciences, des Etats-Unis, et qui est encore utilisé comme un ouvrage de référence dans de nombreuses universités, affirme que les montagnes sont comme des piquets, enfouis profondément sous la surface de la Terre.4

Dans un verset, ce rôle des montagnes est indiqué au moyen d'une comparaison avec les "piquets" :

N'avons-nous pas placé la terre comme un lit, et les montagnes comme des piquets ? (Sourate An-Naba, 6-7)

Dans un autre verset, il a été révélé que Allah a fait ce qui suit "et quant aux montagnes, Il les a ancrées." (Sourate An-Naziate, 32). Le mot arsaahaa dans ce verset signifie "enraciner, fixer, ancrer".
 





Les montagnes ont de profondes racines sous la surface de la Terre.
(Frank Press, et Raymond Siever, Earth, 3ème éd.
[San Francisco, W. H. Freeman & Company, 1982], p. 413)

 


Une autre illustration montre comment les montagnes,
fonctionnent tels des pitons, grâce à leurs profondes racines.
(Edward J. Tarbuck et Frederick K. Lutgens, Earth Science
[USA, Macmillan USA, 1993], p. 158)
 



Les montagnes tels des pitons, ont de profondes
racines ancrées dans le sol. (Andre Cailleux et J. Moody Stuart,
Anatomy of the Earth [McGraw-Hill Companies, 1968], p. 220)



De la même manière, les montagnes fixent l'écorce terrestre en s'étendant au-dessus et au-dessous de la surface de la Terre aux points de jonction de ces plaques. De cette façon, elles maintiennent l'écorce terrestre et l'empêchent de dériver sur la couche de magma ou au sein des plaques elles-mêmes. En résumé, on peut comparer les montagnes à des clous qui maintiennent ensemble des morceaux de bois. Cette fonction fixatrice des montagnes connue dans le jargon scientifique sous le terme "isostasie", correspond à l'équilibre entre les forces "ascendantes" créées par le manteau et les forces "descendantes" créées par la croûte terrestre. Comme les montagnes perdent de la masse à cause de l'érosion, de la perte de terres ou de la fonte des glaciers, elles peuvent regagner de la masse grâce à la formation des glaciers, aux éruptions volcaniques ou à la reconstitution du sol. Ainsi, alors que les montagnes deviennent plus légères, elles subissent une pression de poussée vers le manteau, par la force de poussée produite par les liquides. Par ailleurs, lorsqu'elles deviennent plus lourdes, elles subissent une pression de poussée vers le haut par la force de gravité. L'équilibre entre ces deux forces est réalisé grâce à l'isostasie. Cette caractéristique stabilisatrice des montagnes est décrite en ces termes par des sources scientifiques :

En 1855, G. B. Airy suggéra que l'écorce terrestre pouvait être comparée à des radeaux en bois flottant sur l'eau. Des morceaux de bois épais flottent plus haut à la surface de l'eau que des morceaux plus fins et de manière similaire, les parties épaisses de la croûte terrestre flotteront sur un liquide ou un substrat en plastique de plus grande densité. Airy affirmait que les montagnes avaient des racines profondes de roches de densité plus basse que les plaines n'ont pas. Quatre ans après la publication des travaux de Airy, J. H. Pratt formula une autre hypothèse… Selon cette hypothèse, les colonnes de roches situées sous les montagnes doivent avoir une densité plus faible, en raison de leur longueur plus importante, que les colonnes de roches situées sous les plaines et qui doivent être plus courtes. L'hypothèse d'Airy comme celle de Pratt impliquent que les irrégularités à la surface sont équilibrées par les différences de densité des roches situées sous les structures principales (montagnes et plaines) de l'écorce. Cet état d'équilibre est appelé "le concept d'isostasie".5

Aujourd'hui, nous savons que la couche rocheuse externe de la surface de la Terre est traversée par des failles et qu'elle est formée de plaques qui "flottent" au-dessus de la lave fondue. Etant donné que la Terre effectue une rotation très rapide autour de son axe, si ce n'était l'effet fixateur des montagnes, ces plaques se déplaceraient constamment. Dans un tel cas, le sol ne s'accumulerait pas à la surface de la Terre, l'eau ne serait plus retenue par le sol, les plantes ne pousseraient pas, et aucune route ni aucune maison ne pourrait être construite. En résumé, la vie sur Terre serait impossible. Cependant, grâce à la miséricorde de Allah, les montagnes sont comme des pieux, et dans une large mesure, empêchent les mouvements des plaques terrestres.

Le rôle vital des montagnes, qui a été découvert par la géologie moderne et la recherché sismique, a été révélé dans le Coran il y a des centaines d'années de cela comme un exemple de la sagesse suprême dans la création de Allah.

… Et Il a enfoncé des montagnes fermes dans la terre pour l'empêcher de basculer avec vous… (Sourate Luqman, 10)

___________________________

1. Prof. Zighloul Raghib El-Naggar, "The Miraculous Qur'an", www.wamy.co.uk/announcements3.html
2. Carolyn Sheets, Robert Gardner, et Samuel F. Howe, General Science, (Newton, MA, Allyn and Bacon Inc., 1985), p. 305.
3. www.beconvinced.com/science/QURANMOUNTAIN.htm
4. Frank Press, et Raymond Siever, Earth, 3ème éd. (San Francisco, W. H. Freeman & Company, 1982).
5. M. J. Selby, Earth's Changing Surface, (Oxford, Clarendon Press, 1985), p. 32.












COMMENT LA PRIERE ACCELERE LE TRAITEMENT DU MALADE



Et votre Seigneur a dit : "Appelez-Moi, Je vous répondrai. Ceux qui par orgueil, se refusent à M'adorer, entreront bientôt dans l'enfer, humiliés." (Sourate Maryam, 60)



Selon le Coran, la prière, signifiant "appeler, s'exprimer, demander, chercher de l'aide", est le geste d'une personne se tournant sincèrement vers Allah, et cherchant l'aide de son Seigneur, le Tout-Puissant, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux, en ayant conscience de sa dépendance envers Lui. La maladie est l'une de ces situations où une personne se sent dépendante et se rapproche encore plus de Allah. De plus, la maladie est une sorte d'examen, conçu par Sa sagesse, et qui a lieu par Sa volonté, tel une mise en garde pour rappeler aux gens l'aspect éphémère et l'imperfection de la vie d'ici bas, et constitue une source de récompense dans l'au-delà pour le patient et le soumis.

Ceux qui n'ont pas la foi, imaginent que le fait de recouvrer la santé passe par les médecins, les médicaments ou les progrès technologiques de la science moderne. Ils ne pensent jamais au fait que c'est Allah qui fait en sorte que leur système physiologique fonctionne correctement lorsqu'ils sont en bonne santé, ou le fait qu'Il créé les médicaments et les médecins lorsqu'ils sont malades. De nombreuses personnes se tournent seulement vers Allah lorsqu'ils en arrivent à la conclusion que les médecins et les médicaments sont inadéquats. Des gens dans une telle situation cherchent l'aide de Allah seulement, réalisant que seul Lui peut les soulager de leurs problèmes. Allah a révélé cette tournure d'esprit dans un verset :

Et quand le malheur touche l'homme, il fait appel à Nous, couché sur le côté, assis ou debout. Puis quand Nous le délivrons de son malheur, il s'en va comme s'il ne Nous avait point imploré pour un mal qui l'a touché. C'est ainsi que furent embellies aux outranciers leurs actions. (Sourate Yunus, 12)

Quoi qu'il en soit, une personne qui jouit d'une bonne santé, qui n'est ni affligée ni n'éprouve de difficultés quelconques, doit prier et rendre grâce à Allah pour le confort, la bonne santé et tous les autres bienfaits qu'Il lui a accordés.

L'un des aspects importants de la prière est celui-ci : en plus de prier à haute voix, il est important aussi pour une personne de faire tous les efforts possibles pour prier par des actes. Prier par les actes signifie faire de son possible pour atteindre l'objectif souhaité. Par exemple, un malade doit consulter un médecin spécialiste, prendre les médicaments qui le soulageront, et être hospitalisé si nécessaire, ou bénéficier d'une autre forme de soins particuliers. Parce que Allah a lié tout ce qui se produit dans ce monde à des raisons spécifiques. Tout ce qui advient dans ce monde et dans l'Univers a lieu conformément à ces causes. Par conséquent, on doit prendre les mesures nécessaires en accord avec ces causes, et toujours attendre une issue qui ne viendra que de Allah, avec humilité, soumission et patience, en sachant que c'est Lui qui amènera les réponses.

Les effets positifs de la foi et de la prière sur le malade et la façon dont ils accélèrent sa guérison ont attiré l'attention des médecins, qui les recommandent. Sous le titre "Allah et la santé : est-ce que la religion est un bon médicament ? Pourquoi la science commence-t-elle à croire ?" daté du 10 novembre 2003, dans sa page de couverture et son article principal, le célèbre magazine Newsweek, traite des effets curatifs de la religion. Il rapporte que la foi en Allah rehausse le moral des gens et les aide à recouvrer plus facilement la santé. Il évoque le fait que la science commence aussi à croire que les personnes croyantes recouvrent plus facilement et plus rapidement. Selon une enquête du Newsweek, 72% des Américains pensent que la prière peut guérir les maux et qu'elle facilite le rétablissement. Des études menées en Grande Bretagne et aux Etats-Unis ont également conclu que la prière réduit les symptômes et accélère le processus de guérison.

Selon des recherches conduites à l'Université du Michigan, les dépressions et le stress sont observés à un degré moindre chez les personnes pieuses. Et selon les découvertes de l'Université Rush à Chicago, le taux de mortalité précoce chez les personnes qui ont la foi et qui pratiquent régulièrement la prière est inférieur de 25% lorsque comparé à ceux qui n'ont aucune conviction religieuse. A l'Université de Duke, cette fois-ci, une étude menée sur 750 personnes ayant subi une angiocardiographie, a scientifiquement prouvé "le pouvoir curatif de la prière". Il a été établi que le taux de mortalité chez les personnes cardiaques pratiquant la prière diminue de 30% dans l'année qui suit l'opération.

Ci-dessous des exemples de prières mentionnées dans le Coran :

Et [rappelle] Job, quand il implora son Seigneur : "Le mal m'a touché. Mais Toi Tu es le Plus Miséricordieux des miséricordieux !" Nous l'exauçâmes, enlevâmes le mal qu'il avait, lui rendirent les siens et autant qu'eux avec eux, par miséricorde de Notre part et en tant que rappel aux adorateurs. (Sourate Al-Anbiya, 83-84)

Et [rappelle] Dhu'n-Nun [Jonas] quand il partit irrité. Il pensa que Nous n'allions pas l'éprouver. Puis il fit dans les ténèbres, l'appel que voici : "Il n'y a de Allah que Toi ! Gloire à Toi, certes oui, j'étais au nombre des transgresseurs." Nous exauçâmes [son appel] et le sauvâmes de son angoisse. Et c'est ainsi que Nous sauvons les croyants. (Sourate Al-Anbiya, 87-88]

Et [rappelle] Zakariyyâ, quand il implora son Seigneur : "Ne me laisse pas seul, Seigneur, alors que Tu es le Meilleur des héritiers." Nous exauçâmes [sa prière], lui donnâmes Yahyâ et guérîmes son épouse. Ils [ces prophètes cités] concouraient au bien et Nous invoquaient par amour et par crainte. Et ils étaient humbles devant Nous. (Sourate Al-Anbiya, 89-90)

Noé en effet, fit appel à Nous qui sommes le Meilleur Répondeur [qui exauçons les prières]. (Sourate As-Saffat, 75)

Comme nous l'avons déjà dit, la prière ne doit pas servir seulement à nous soulager d'une maladie, ou de tout autre problème lié à ce bas monde. Un croyant sincère doit toujours prier Allah et accepter tout ce qui vient de Lui. Les bienfaits de la prière révélés dans plusieurs versets du Coran sont maintenant reconnus scientifiquement.

Et quand Mes serviteurs t'interrogent sur Moi, Je suis tout proche. Je réponds à l'appel de celui qui M'invoque quand il M'invoque. Qu'ils répondent donc à Mon appel, et qu'ils croient en Moi, afin qu'ils soient bien guidés. (Sourate Al-Baqarah, 186)










La façon dont le Prophète transmettait le message de Allah

Comme l’explique le verset: “Appelle donc (les gens) à cela; reste droit comme il t’a été commandé…” (Sourate ash-Shura: 15), Mohammad (pbsl) fut le dernier prophète envoyé pour avertir l’humanité. Comme les autres prophètes, sa mission consistait à appeler les hommes à suivre le droit chemin, à avoir foi en Allah, à vivre en pensant à l’au-delà et à répandre la vertu. Les méthodes qu’il employa, la façon dont il expliquait les choses, le style auquel il recourait, sont toujours des exemples pour tous les musulmans et quand un musulman veut inviter les gens à se tourner vers la religion, il se doit de parler et d’agir comme le Prophète.

Dans ce verset, le Coran nous dit que le Prophète a reçu pour mission d’avertir l’humanité:

Dis: “Voici ma voie, j’appelle les gens [à la religion] de Allah, moi et ceux qui me suivent, nous basant sur une preu ve évidente. Gloire à Allah! Et je ne suis point du nombre des associateurs.” (Sourate Yusuf: 108)

Le Prophète faisait tout son possible et plus encore pour avertir les hommes et déployait de grands efforts pour atteindre le plus grand nombre de gens. Un verset nous dit:

Dis: “Qu’y a-t-il de plus grand en fait de témoignage?” Dis: “Allah est témoin entre moi et vous; et ce Coran m’a été révélé pour que je vous avertisse, par sa voie, vous et tous ceux qu’il atteindra.” Est-ce vous vraiment qui attestez qu’il y ait avec Allah d’autres divinités? Dis: “Je n’atteste pas.” Dis [aussi]: “Il n’y a qu’une Divinité Unique. Et moi, je désavoue ce que vous (Lui) associez.” (Sourate al-An’am: 19)

En délivrant le message du Coran, le Prophète abolissait complètement les religions corrompues que les polythéistes avaient héritées de leurs ancêtres, aussi rencontrait-il une résistance farouche. Toutefois, il exécutait fidèlement l’ordre de Allah et ne tenait pas compte de leur hostilité et de leur animosité. Allah conseille le Prophète en ce sens dans un verset:

Expose donc clairement ce qu’on t’a commandé et détourne-toi des associateurs. Nous t’avons effectivement défendu vis-à-vis des railleurs. (Sourate al-Hijr: 94-95)

Les musulmans de notre époque doivent exposer aussi la morale du Coran aux gens, sans faire attention à l’opposition à laquelle ils seront confrontés. Ils ne doivent craindre “le blâme d’aucun blâmeur”, comme le Prophète l’a fait. C’est un signe de vertu et de piété qui sera rétribué au paradis. Le Prophète enjoignait aux croyants d’appliquer cette sounna par ces mots, “Transmettez mon enseignement, ne serait-ce qu’une phrase.” (Sahih Boukhari, 4667)







Le Prophète expliquait aux hommes que la puissance de Allah est infinie

Afin que les hommes saisissent l’étendue de la puissance de Allah et adoptent envers Lui l’attitude qui sied, le Prophète avait pour habitude de leur parler de la grandeur de Allah et des preuves que sont les splendeurs de la création. Il devint ainsi le moyen par lequel ils apprirent à aimer Allah et à Le craindre. Ce verset nous informe sur la façon dont le Prophète devait s’exprimer:

Dis: “Que diriez-vous? Si Allah vous assignait la nuit en permanence jusqu’au Jour de la Résurrection, quelle divinité autre que Allah pourrait vous apporter une lumière? N’entendez-vous donc pas?” Dis: “Que diriez-vous? Si Allah vous assignait le jour en permanence jusqu’au Jour de la Résurrection, quelle divinité autre que Allah pourrait vous apporter une nuit durant laquelle vous reposeriez? N’observez-vous donc pas?” (Sourate al-Qasas: 71-72)

Le Prophète Mohammad exposait également les preuves de la création divine à ceux qui ne croyaient pas en l’au-delà et leur expliquait que Allah, qui avait le pouvoir de les créer, avait aussi le pouvoir de recommencer cette création dans l’au-delà. Lisons le verset en question:

Dis: “Parcourez la terre et voyez comment Il a commencé la création. Puis comment Allah crée la génération ultime. Car Allah est omnipotent.” (Sourate al-’Ankabut: 20)

Voici des exemples de versets où il est demandé au Prophète d’expliquer aux hommes à quel point Allah est au-dessus de tout ce qu’ils peuvent Lui associer et qu’Il ne connaît aucun manque ni besoin:

Dis: “Devais-je prendre pour allié autre que Allah, le Créateur des cieux et de la terre? C’est Lui qui nourrit et personne ne Le nourrit. Dis: “On m’a commandé d’être le premier à me soumettre.” Et ne sois jamais du nombre desassociateurs. Dis: “Je crains, si je désobéis à mon Seigneur, le châtiment d’un jour redoutable.” (Sourate al-An’am: 14-15)

Dans le Coran, Allah indique aussi au Prophète la façon d’expliquer aux hommes qu’il n’y a de Allah hormis Allah et que notre Seigneur est le Seigneur de l’univers:

Dis: “Qui est le Seigneur des cieux et de la terre?” Dis: “Allah.” Dis: “Et prendrez-vous en dehors de Lui, des maîtres qui ne détiennent pour eux-mêmes ni bien ni mal?” Dis: “Sont-ils égaux, l’aveugle et celui qui voit? Ou sont-elles égales, les ténèbres et la lumière? Ou donnent-ils à Allah des associés qui créent comme Sa création au point que les deux créations se soient confondues à eux?” Dis: “Allah est le Créateur de toute chose, et c’est Lui l’Unique, le Dominateur suprême.” (Sourate ar-Ra’d: 16)

Le Prophète apprit à sa communauté, qui savait que Allah existait mais ne connaissait pas Sa puissance infinie et ne saisissait pas toute la portée de Son existence, à reconnaître Sa puissance. Ensuite, il lui apprit à prendre garde aux péchés. Voici les versets en question:

Dis: “A qui appartiennent la terre et ceux qui y sont, si vous savez?” Ils diront: “A Allah.” Dis: “Ne vous souvenez-vous donc pas?” Dis: “Qui est le Seigneur des sept cieux et le Seigneur du Trône sublime?” Ils diront: [ils appartiennent] “A Allah.” Dis: “Ne craignez-vous donc pas?” Dis: “Qui détient dans Sa main la royauté absolue de toute chose, et qui protège et n’a pas besoin d’être protégé? [Dites], si vous le savez!” Ils diront: “Allah.” Dis: “Comment donc se fait-il que vous soyez ensorcelés?” [au point de ne pas croire en Lui]. (Sourate al-Muminun: 84-89)












Le mythe des organes rudimentaires

Pendant longtemps, le concept "d'organes rudimentaires" a fréquemment été employé dans la littérature des évolutionnistes comme "la preuve" de l'évolution. Finalement, il a été discrètement mis de côté lorsque sa caducité a été démontrée. Mais certains évolutionnistes y croient encore et de temps en temps il se trouvera quelqu'un qui essaiera de mettre en avant les "organes rudimentaires" comme une preuve importante de l'évolution.

La notion d'organes rudimentaires a été pour la première fois abordée lors du siècle dernier. Selon les évolutionnistes il aurait existé chez certaines créatures quelques organes non fonctionnels qui avaient été hérités d'ancêtres et étaient graduellement devenus rudimentaires par manque d'utilisation.

La supposition entière n'est pas du tout scientifique. Elle est entièrement fondée sur une connaissance insuffisante. Ces "organes non fonctionnels" étaient en fait des organes dont "les fonctions n'avaient pas encore été découvertes". La meilleure preuve de cela était la diminution progressive et importante de la longue liste des organes rudimentaires des évolutionnistes. S. R. Scadding, un évolutionniste, va dans le même sens dans son article "Les organes rudimentaires peuvent-ils constituer la preuve de l'évolution ?" publié dans le journal Evolutionary Theory :

Comme il n'est pas possible de pouvoir identifier des structures inutiles de façon claire et comme la construction de l'argument utilisé n'est pas valable scientifiquement, je conclus que "les organes rudimentaires" n'apportent aucune preuve particulière à la théorie de l'évolution.1

La liste des organes rudimentaires qui a été établie par l'anatomiste allemand R. Wiedersheim en 1895 comprend approximativement une centaine d'organes, parmi lesquels l'appendice et le coccyx. Comme la science a progressé, il a été découvert que tous les organes de la liste de Wiedersheim avaient en fait des fonctions très importantes. Il a été constaté, par exemple, que l'appendice, que l'on avait pris pour un "organe rudimentaire", était en réalité un organe lymphoïde qui luttait contre les infections dans le corps. C'est ce qui a été établi très clairement en 1997 :

D'autres organes et des tissus - le thymus, le foie, la rate, l'appendice, la moelle osseuse et les petits agrégats du tissu lymphatique comme les amygdales dans la gorge et les plaques de Peyer dans l'intestin grêle - font également partie du système lymphatique. Ils aident également le corps à lutter contre les infections.2

Il a été découvert que les amygdales, qui figuraient dans la même liste des organes rudimentaires, avaient un rôle significatif dans la protection de la gorge contre les infections, notamment jusqu'à l'adolescence. Il a également été découvert que le coccyx, à la partie inférieure de la colonne vertébrale, supporte les os autour du bassin et se trouve être le point de convergence de certains petits muscles. Pour cette raison, il ne serait pas possible de s'asseoir confortablement sans coccyx.

Dans les années qui ont suivi, on a réalisé que c'est le thymus qui déclenche le système immunitaire dans le corps humain en activant les cellules T, que la glande pinéale est à l'origine de la sécrétion de quelques hormones aussi importantes que la mélatonine, qui empêche la sécrétion de l'hormone lutéinisante, que la glande thyroïde permet une croissance stable des bébés et des enfants et influe dans le métabolisme et l'activité de corps. Quant à la glande pituitaire, c'est elle qui contrôle la croissance du squelette et le fonctionnement approprié des glandes thyroïdes, surrénales et reproductrices. Tous passaient pour être, à un certain moment, "des organes rudimentaires". Et enfin, le pli semi-lunaire dans l'oil, que Darwin considérait comme un organe rudimentaire, est en fait chargé du nettoyage et lubrifie le globe oculaire.

L'affirmation des évolutionnistes concernant les organes rudimentaires contenait au moins une erreur de logique très importante. Comme nous venons de le voir, ils prétendaient que les organes rudimentaires des êtres vivants étaient hérités de leurs ancêtres. Cependant, certains des organes présumés "rudimentaires" n'ont pas été retrouvés chez les espèces censées être leurs ancêtres ! A titre exemple, l'appendice n'existe pas chez certaines espèces de singes que l'on dit être les ancêtres de l'homme. Le célèbre biologiste H. Enoch, qui a remis en question la théorie des organes rudimentaires parle de cette erreur logique dans le passage suivant :

Les singes possèdent un appendice, tandis que leurs parents éloignés, les singes inférieurs, n'en ont pas. Cet organe apparaît de nouveau chez d'autres mammifères inférieurs comme l'opossum. Comment les évolutionnistes peuvent-ils l'expliquer ? 3

En dehors de tout cela, la thèse selon laquelle un organe qui n'est pas utilisé s'atrophie et disparaît avec le temps porte en elle une incohérence d'ordre logique. Darwin était conscient de cette incohérence et a dû faire l'aveu suivant dans L'origine des espèces :

Il reste cependant cette difficulté. Dès qu'un organe cesse d'être utilisé et de ce fait se réduit complètement, comment peut-il se réduire un peu plus de taille jusqu'à ce que le moindre vestige disparaisse ; et comment peut-il finir par être totalement éliminé ? Il est à peine imaginable que le fait de n'être pas utilisé peut continuer à produire un quelconque effet alors que l'organe n'est plus fonctionnel. Des explications complémentaires, que je ne peux pas apporter, sont nécessaires.4

Plus simplement, le scénario des organes rudimentaires des évolutionnistes contient un certain nombre de failles logiques sérieuses qui ont, de toutes les façons, été démontrées scientifiquement fausses. Il n'existe pas un seul organe rudimentaire hérité dans le corps humain.










Considéré par les évolutionnistes comme un organe rudimentaire, il est maintenant admis que l'appendice (à droite) joue un rôle important dans le système immunitaire du corps. Le coccyx, à la terminaison de la colonne vertébrale, n'est également pas un organe rudimentaire, mais sert à rattacher nos organes pelviens pour les maintenir.    








_______________________

1- S. R. Scadding, "Do 'Vestigial Organs' Provide Evidence for Evolution?", Evolutionary Theory, vol. 5, mai 1981, p. 173
2- The Merck Manual of Medical Information, Home edition, Merck & Co., Inc. The Merck Publishing Group, Rahway, New Jersey, 1997
3- H. Enoch, Creation and Evolution, New York, 1966, pp. 18-19
4- Charles Darwin, The Origin of Species, http://www.zoo.uib.no/classics/darwin/origin.chap14.html










LIMULE








Age : 150 millions d'années





Période : Jurassique

Localisation : Formation Solnhofen, Eichsatt, Allemagne












La limule fait partie d'une ramification de la famille des arachnides Chelicerata ; ce sont de proches cousins des araignées et des scorpions. Le fossile d'une limule que l'on peut voir ici datant de 150 millions d'années, démontre une fois de plus que la création est un fait avéré et que l'évolution n'a jamais eu lieu.













L’ISLAM DÉNONCE LE TERRORISME

En tant que musulmans, nous condamnons fortement l'attaque terroriste contre les deux grandes villes des États-Unis d'Amérique le 11 septembre 2001, qui a causé la mort de milliers de gens innocents.

Ce livre confirme que la source de cette terreur que nous condamnons n'est certainement pas une religion divine et qu'il n'y a aucune place pour le terrorisme dans l'Islam. Cela est explicité dans la source principale qu'est le Coran et dans les pratiques de tous les gouvernants musulmans, parmi lesquels en premier lieu le Prophète Muhammad, que la paix et le salut soient sur lui.

Nous devons garder à l'esprit que, parmi ceux qui ont été tués à Washington ou à New York, il y avait des chrétiens, des juifs et des musulmans. Sans le pardon de Dieu, le meurtre est un grand péché qui conduit au supplice en enfer. La religion ordonne l'affection, la miséricorde et la paix. La terreur, d'autre part, est l'opposée de la religion; elle est cruelle, impitoyable, et implique le carnage et la misère. Cela étant, si l'on enquête sur ces criminels, on s'aperçoit que les origines du terrorisme doivent être cherchées plutôt dans l'incroyance que dans la religion. Peu importe l'identité d'un terroriste; s'il peut tuer des gens innocents sans cligner de l'œil, il ne peut être un croyant. Pour cette raison, "la terreur islamique est un concept tout à fait faux, qui contredit le message de l'Islam.

L'Islam ne peut en aucun cas agréer le terrorisme. "Le terrorisme" (c'est-à-dire les meurtres commis contre des innocents) est un grand péché selon l'Islam et il est du devoir des musulmans d'empêcher ces actes et d'apporter la paix et la justice au monde. Ce livre révèle, à la lumière des versets coraniques et par des exemples de l'histoire, que l'Islam interdit le terrorisme et vise à faire régner la paix et la sécurité dans le monde.    












Servir l’Islam

Ce site est une invitation pour tous ceux qui désirent que la bonté règne, en leur proposant de s'engager dans les bonnes actions et de se joindre aux bienveillants. Néanmoins, cet appel ne s'adresse pas à n'importe qui, ou quelqu'un de l'extérieur, mais à vous directement.    


Desktop View