Harun Yahya

RAMADAN 2009, 19. JOUR










Et là, ils hurleront : "Seigneur, fais-nous sortir ; nous ferons le bien, contrairement à ce que nous faisions." "Ne vous avons-Nous pas donné une vie assez longue pour que celui qui réfléchit réfléchisse ? L’avertisseur, cependant, vous était venu. Et bien, goûtez (votre punition). Car pour les injustes, il n’y a pas de secoureur."

(Sourate Fatir, 37)











Lisez le Coran car il viendra le jour de la résurrection comme intercesseur pour les siens (ses lecteurs assidus).

Rapporté par Mouslim











LA FACE CACHEE DES MEDUSES

Tout le monde connaît les méduses et à quel point elles sont intéressantes et étranges pour nous. Cependant, les méduses, des créatures constituées de 95 pourcent d'eau, ont aussi beaucoup de caractéristiques surprenantes qui ne sont généralement pas connues. Certaines variétés, par exemple, confondent leurs ennemis en émettant de la lumière, tandis que d'autres produisent des poisons mortels dans leurs corps.

Les méduses peuvent vivre dans pratiquement n'importe quelles conditions climatiques, et la plupart sont dangereuses pour les autres créatures. La méduse possède une structure transparente et des tentacules se balançant dans la partie inférieure de son corps. Chez certaines espèces, un liquide empoisonné est présent dans les tentacules. La méduse attrape ses proies en faisant gicler ce poison pour tuer ses ennemis. Les espèces de méduses qui n'ont pas de poison ne sont, bien sûr, sans défense. Certaines d'entre elles utilisent des cellules spéciales produisant de la lumière pour se protéger. Elles agissent de manière planifiée et méthodique pour se protéger des tortues de mer, des oiseaux marins, des poissons et des baleines, qui sont tous ses ennemis. Quand elles nagent en fuyant leurs ennemis, leur corps entier émet de la lumière. Pourtant, quand leurs ennemis essayent de les mordre, elles éteignent la lumière dans leur partie en forme de cloche et détachent leurs tentacules, où la lumière est toujours émise. De cette manière, leurs ennemis sont attirés vers les tentacules. Prenant avantage de la situation, les méduses s'enfuient immédiatement.

La physalie (photo à droite) est une variété géante de méduse qui est aussi connue sous le nom de "méduse bleue". Elle vit dans les zones tropicales et tempérées, y compris en Méditerranée.

Une physalie possède un organe bleu en forme de voile qui s'élève jusqu'à 20 cm au-dessus de la surface de la mer. C'est cet organe qui permet à l'animal de nager et de se déplacer. Dans ses tentacules en forme de spirale se trouvent des capsules contenant des toxines qui provoquent une paralysie.

Toutes ces caractéristiques des méduses sont intéressantes. Comment est-ce qu'une créature composée pratiquement que d'eau, qui se dessèche et meurt dès qu'elle est exposée au soleil, peut-elle produire des substances chimiques? Et comment a-t-elle développée des tactiques permettant de confondre ses ennemis?

La méduse n'a pas d'yeux pour voir ses proies et ses ennemis, elle n'a pas non plus de cerveau. C'est seulement une masse d'eau ressemblant à de la gelée, même si elle accomplit des comportements conscients comme chasser en employer des tactiques variées, ou fuir ses ennemis. Il est évident que l'esprit produisant de telles solutions ne peut appartenir à une méduse. Quand de telles informations concernant la méduse sont examinées sous cette perspective, nous arrivons inévitablement à des conclusions très importantes qui élargissent notre horizon. Quelqu'un qui réfléchit aux méduses, à leurs caractéristiques et à leurs actions, comprendra qu'elles ne peuvent rien faire d'elles-mêmes, et qu'elles sot contrôlées par une puissance qui a autorité sur toutes choses. Cette puissance, qui n'a pas d'égal, appartient à Allah. En créant une vaste gamme d'animaux éblouissants, Allah manifeste Son savoir supérieur et Sa connaissance incomparable dans ces créatures. La méduse n'en est qu'un exemple.










La Patience Dans Le Coran

Endure donc, d'une belle endurance. (Sourate Al Ma'aridje, 05)

Seuls les croyants comprennent la vraie nature de la patience et vivent de la manière que Allah approuve, car ils ont accepté le Coran comme guide. Et seul le Coran explique la signification réelle de la patience que Allah accepte. Pour cette raison, les seules personnes capables d'être " patientes avec une belle patience ", sont celles qui suivent le Saint Coran.

La source de leur patience est leur foi en Allah et leur soumission à Lui. Comme toutes leurs autres caractéristiques, la patience émerge seulement à travers une vraie compréhension de la foi, parce que croire, c'est comprendre qu'il n'y a aucune divinité à part Allah, qu'Il enveloppe toute chose de Son savoir, et que Lui seul possède le pouvoir de déterminer le destin de chacun, et que personne ne peut apprécier un gain ou souffri d'une perte sans Sa volonté.

Les croyants peuvent faire preuve de patience car leur foi leur permet d'apprécier le pouvoir et la gloire de Allah. Ceux qui savent que Allah possède une sagesse et un savoir sans limite, savent aussi qu'Il est le Seul à déterminer quelle sera la plus belle vie pour eux. Ils savent que Allah connaît tout ce qui concerne les créatures et les événements passés, présents et futurs, alors que les gens ont une intelligence limitée, et peuvent faire des erreurs en déterminant ce qui est bon et ce qui est mauvais. Dans la plupart des cas, un événement apparemment défavorable peut apporter plusieurs bénéfices, bien que les gens puissent en être complètement inconscients. Allah signale cette importante vérité :

Or il se peut que vous ayez de l'aversion pour une chose qui cependant vous est un bien. Et il se peut que vous aimiez une chose qui cependant vous est mauvaise. Et Allah sait, et vous ne savez pas. (Sourate Al Baqara, 216)

Ainsi, en sachant que Allah, seul, possède ce savoir et cette sagesse, les croyants placent leur confiance en Lui, totalement conscients que, quoi qu'il advienne, ça leur sera toujours bénéfique, même si cela n'apparaît pas immédiatement. Ils affichent donc une vraie patience. Autrement dit, ceux qui ont une vraie patience sont ceux qui sont conscients et acceptent la nature de la destinée.

Le Saint Coran dit que les croyants sont patients et mettent leur confiance en Allah comme suit : Eux qui ont enduré avec constance, et placé confiance en leur Seigneur ! (Sourate An-Nahl, 42)

De plus, les croyants ont la crainte de Allah. Ils savent que Allah a un amour et une miséricorde illimités pour Ses serviteurs, mais aussi que le châtiment de l'Enfer est éternel. Allah avertit ceux qui se considèrent trop importants pour L'adorer et qui détournent leur visage de Lui, d'un prochain supplice. Les croyants, conscients de cet avertissement, se donnent du mal pour suivre au mieux les ordres et les prohibitions de Allah. Ils canalisent leur crainte et leur conscience de Allah en vivant les moralités du Coran tout au long de leur vie.

Être conscient de cette réalité permet de continuer à être patient. Dans le verset suivant : " Et très certainement Nous vous éprouverons afin de savoir ceux d'entre vous qui luttent, ainsi que les endurants, et d'éprouver ce qu'il en est de vous. " (Sourate Mohammed, 31), Allah distingue ceux qui se montrent patients dans leur adoration de Allah et ceux qui manifestent une sorte de résistance à Son égard. En récompense, Il donnera à ceux qui L'adorent, une noble vie ici-bas ainsi que l'hospitalité dans l'Au-delà, tandis qu'Il punira ceux qui Le nient avec un éternel Enfer incontournable.

Peu importe la difficulté qu'ils rencontrent, les croyants savent que c'est un test de Allah et ils ne perdent jamais patience. Comment le pourraient-ils alors qu'ils savent qu'ils connaîtront le Jour du Jugement et recevront leur récompense pour leur bonne moralité ? Le Messager de Allah (sur lui la grâce et la paix) cite également que les croyants restent patients lorsqu'ils sont face à une calamité puisqu'ils ont toujours confiance en Allah :

L'exemple d'un croyant est celui d'une plante fraîche et tendre. Quelle que soit la direction d'où vient le vent, il la fait courber. Mais lorsque le vent se calme, elle redevient droite comme elle l'était. De la même manière, un croyant est affligé par les calamités, mais reste patient jusqu'à ce que Allah ait levé la difficulté. (Boukhari)

Un élément fondamental de la patience est que les croyants sont certains du Jour du Jugement et de la vie de l'Au-delà. Ils sont renforcés par le fait qu'ils savent que cette vie n'est qu'un test et qu'ils seront récompensés au Jour du Jugement pour chaque événement pour lequel ils se seront montrés patients, et que Allah annonce la bonne nouvelle de Sa miséricorde à ceux qui s'engagent à faire montre de patience.

Seuls les croyants peuvent connaître une vraie patience, parce qu'ils sont les seuls à s'en remettre sincèrement en leur foi en Allah, à apprécier Son pouvoir, à faire confiance au destin. Ils ont également une forte crainte et conscience de Allah, et ont compris le vrai visage de ce monde et croient fermement à l'Au-delà.








Les prières du Prophète Mohammad

Le Coran nous informe que le Prophète se levait la nuit pour prier:

Et quand le serviteur de Allah s’est mis debout pour L’invoquer, ils faillirent se ruer en masse sur lui. Dis: “Je n’invoque que mon Seigneur et je ne Lui associe personne.” (Sourate al-Jinn: 19-20)

Maints versets évoquent les prières du Prophète. Il rendait hommage à Allah en nommant Ses attributs. Le Coran nous retranscrit l’une de ses prières:

Dis: “O Allah, Maître de l’autorité absolue. Tu donnes l’autorité à qui Tu veux, et Tu arraches l’autorité à qui Tu veux; et Tu donnes la puissance à qui Tu veux, et Tu humilies qui Tu veux. Le bien est en Ta main et Tu es omnipotent. (Sourate Al ‘Imran: 26)

A l’instar des autres prophètes, le Prophète devait faire face aux menaces et aux pressions d’hommes et de djinns hostiles. Il leur répondait avec patience et fermeté, et il lui était prescrit de rechercher le secours auprès de Allah contre les suggestions de Satan et les attaques spirituelles qui l’assaillaient sur sa route:

Et dis: “Seigneur, je cherche Ta protection, contre les incitations des diables. Et je cherche Ta protection, Seigneur, contre leur présence auprès de moi.” (Sourate al-Muminun: 97-98)







Il lui était aussi prescrit de rechercher la miséricorde et la compassion de notre Seigneur, Allah, dans ses prières:

Et dis: “Seigneur, pardonne et fais miséricorde. C’est Toi le Meilleur des miséricordieux.” (Sourate al-Muminun: 118)

Dans les hadiths, nous voyons que le Prophète implorait Allah de lui accorder une meilleure moralité et un bon caractère et il invoquait Allah en ces termes:

O Allah, parfais ma constitution et mon caractère. O Allah, protège-moi du mauvais caractère et de la mauvaise conduite. (Imam Ghazali, Ihya Ulum-Id-Din (Le livre des sciences religieuses), Islamic Book Service, New Delhi, 2001, vol. II, p.234)

Ainsi que Allah l’a révélé dans ce verset: “Dis: “Mon Seigneur ne se souciera pas de vous sauf si vous priez...” (Sourate al-Furqan: 77), la prière est une obligation très importante pour les croyants. Une personne doit savoir qu’aucune puissance n’est de la moindre utilité, à moins que Allah ne le veuille. Elle doit se tourner vers Allah en toutes circonstances, dans l’espoir et dans la crainte, et L’invoquer pour toute chose. Les prières du Prophète, ainsi que celles des autres prophètes mentionnés dans le Coran, constituent les meilleurs exemples qui soient pour les croyants. Par leurs prières ils ont montré à quel point ils se soumettaient à Allah et voyaient en Lui leur seul Ami et Protecteur, en L’invoquant par Ses plus beaux noms. Nous remarquons également que les prophètes n’accordaient pas d’attention au temps quand ils priaient et se tournaient vers notre Seigneur chaque fois qu’ils étaient dans la détresse.













L'origine des mammifères

Comme nous l'avons indiqué plus haut, la théorie de l'évolution prétend que certaines créatures imaginaires, provenant de la mer, se sont transformées en reptiles, et que les oiseaux se sont développés à partir de reptiles. Selon le même scénario, les reptiles sont les ancêtres non seulement des oiseaux mais aussi des mammifères. Or, il y a de grandes différences entre ces deux catégories. Les mammifères sont des animaux à sang chaud (cela veut dire que ces créatures peuvent produire leur propre chaleur et la maintenir à un niveau constant), elles donnent naissance, elles allaitent leurs petits et leurs corps sont couverts de fourrure ou de poils. Les reptiles, quant à eux, sont des animaux à sang froid (c'est-à-dire qu'ils ne peuvent pas produire leur propre chaleur et la température de leur corps change suivant la température externe), ils pondent des oufs, n'allaitent pas leurs petits et sont couverts d'écailles.

Etant donné toutes ces différences, comment alors un reptile a-t-il commencé à réguler sa température et comment est-il arrivé par un mécanisme de perspiration à préserver sa température corporelle ? A-t-il pu remplacer ses écailles par de la fourrure ou des poils et commencer à sécréter du lait ? Pour expliquer l'origine des mammifères, la théorie de l'évolution doit d'abord fournir des réponses scientifiques à ces questions.

Or, lorsque nous considérons les sources évolutionnistes, nous trouvons soit des scénarios totalement imaginaires et non scientifiques, soit un profond silence. L'un de ces scénarios est le suivant :

Certains reptiles des régions froides ont commencé à développer une méthode pour conserver leur corps chaud. Leur production de chaleur augmentait lorsqu'il faisait froid et leur perte de chaleur était réduite au fur et à mesure que les écailles s'amenuisaient et se transformaient en fourrure. La sudation était également une adaptation pour réguler la température du corps, un système pour refroidir le corps si nécessaire par évaporation d'eau. Mais par la même occasion, les petits de ces reptiles ont commencé à lécher la sueur de leur mère en guise de nourriture. Certaines glandes sudoripares ont commencé à produire des sécrétions de plus en plus riches, qui devinrent en fin de compte du lait. Ainsi les petits de ces premiers mammifères avaient un meilleur début dans la vie.1








Il n'y a aucune différence entre les fossiles de mammifères, dans les musées d'histoire naturelle, datant de dizaines de millions d'années et ceux qui vivent de nos jours. En outre, ces fossiles apparaissent subitement, n'ayant aucun lien avec des espèces déjà disparues.







Ce scénario n'est rien moins qu'un produit de l'imagination. Non seulement un tel scénario fantastique n'est pas étayé de preuves, mais il est carrément impossible. Il est tout à fait déraisonnable de prétendre qu'un être vivant produise un aliment aussi complexe que le lait en suçant la sueur du corps de sa mère.

La raison pour laquelle de tels scénarios sont avancés est le fait qu'il y a d'énormes différences entre les reptiles et les mammifères. Un exemple de barrières structurales entre les reptiles et les mammifères est la structure de leur mâchoire. Les mâchoires des mammifères consistent en un seul os mandibulaire contenant les dents. Chez les reptiles, il y a trois petits os des deux côtés de la mandibule. Une autre différence fondamentale, c'est que tous les mammifères ont trois os dans leur oreille moyenne (marteau, enclume et étrier). Les reptiles n'ont qu'un seul os dans l'oreille moyenne. Les évolutionnistes prétendent que la mâchoire et l'oreille moyenne du reptile se sont progressivement développées en mâchoire et oreille du mammifère. La question quant au comment une oreille avec un seul os s'est développée en une oreille avec trois os, et comment le sens de l'ouïe a continué entre-temps à fonctionner, ne pourra jamais être expliquée. Il n'est pas étonnant que pas un seul fossile liant les reptiles aux mammifères n'ait été découvert. C'est pourquoi Roger Lewin a été forcé de dire : "La transition vers le premier mammifère, . est toujours une énigme."2

Georges Gaylord Simpson, l'une des plus importantes autorités évolutionnistes et fondateur de la théorie néo-darwinienne, fait le commentaire suivant sur la difficulté qui rend perplexe les évolutionnistes :

L'événement le plus curieux dans l'histoire de la vie sur terre est le changement du mésozoïque, l'âge des reptiles, à l'âge des mammifères. C'est comme si le rideau avait été soudainement baissé sur la scène où tous les rôles principaux étaient pris par des reptiles, particulièrement les dinosaures, en grands nombres et en variétés déconcertantes, puis avait été immédiatement levé de nouveau pour révéler le même cadre, mais avec une toute nouvelle distribution. Une distribution où ne figurent pas du tout les dinosaures, où les autres reptiles sont des figurants et où tous les rôles principaux sont joués par des genres de mammifères auxquels il était à peine fait allusion dans les actes précédents.3

En outre, lorsque les mammifères ont soudainement fait leur apparition, ils étaient déjà très différents les uns des autres. De tels animaux dissemblables comme les chauves-souris, les chevaux, les souris et les baleines sont tous des mammifères et sont tous apparus durant la même période géologique. Etablir une relation évolutionnaire parmi eux est impossible même au maximum de l'imagination. L'évolutionniste zoologiste R. Eric Lombard fait ce point dans un article paru dans la principale revue Evolution :

Ceux qui recherchent des informations spécifiques utiles à la construction de phylogénies de taxons mammifères seront déçus.4

En somme, l'origine des mammifères, comme celle des autres groupes, ne correspond pas du tout à la théorie de l'évolution. George Gaylord admit ce fait il y a longtemps :

Cela est vrai de tous les 32 ordres de mammifères . les tout premiers  membres connus de chaque ordre [de mammifères] avaient déjà les caractères de base propres à leur classe, et dans aucun cas on ne connaît une quelconque suite linéaire d'un ordre à un autre. Dans la plupart des cas, la rupture est si brusque et l'écart si grand que l'origine de l'ordre est très contestée et spéculative. Cette absence régulière de formes transitoires n'est pas limitée aux mammifères, mais est un phénomène presque universel, comme cela a été depuis longtemps noté par des paléontologues. Cela est vrai de presque toutes les classes d'animaux, les vertébrés comme les invertébrés. Cela est vrai des classes, et des principaux phylums d'animaux, et c'est apparemment aussi vrai des catégories de plantes analogues.5


______________________

1- George Gamow, Martynas Ycas, Mr. Tompkins Inside Himself, The Viking Press, New York, 1967, p. 149
2- Roger Lewin, "Bones of Mammals, Ancestors Fleshed Out", Science, vol. 212, 26 juin 1981, p. 1492 (soulignement ajouté)
3- George Gaylord Simpson, Life Before Man, Time-Life Books, New York, 1972, p. 42 (soulignement ajouté)
4- R. Eric Lombard, "Review of Evolutionary Principles of the Mammalian Middle Ear, Gerald Fleischer", Evolution, vol. 33, Décembre 1979, p. 1230
5- George G., Simpson, Tempo and Mode in Evolution, Columbia University Press, New York, 1944, pp. 105, 107










LIBELLULE








Période : Crétacé




Age : 125 millions d’années


Région : Formation Santana, Bassin d’Araripe, Brésil









Si un être vivant ne subit même pas le moindre changement au cours de 125 millions d’années, il est impossible de dire qu’il a évolué. Quiconque examine le fossile sur l’image peut le voir facilement. Il ne faut nullement être un zoologue, avoir une ample éducation ni être un scientifique pour se rendre compte de ce fait. La vérité révélée par les découvertes scientifiques, à savoir que l’évolution n’a jamais eu lieu, est claire comme de l’eau de roche, même pour les élèves d’école primaire.













LE VRAI VISAGE DE CE MONDE

L’une des principales raisons qui poussent les gens à s’attacher profondément à la vie de ce monde est l’illusion que celle-ci n’a pas de fin. Oubliant qu’à tout instant la mort peut y mettre un terme, l’homme s’imagine qu’il peut jouir de la félicité et du bonheur. Cependant, il se trompe car ce monde n’est qu’un lieu de séjour temporaire, créé tout spécialement par Allah pour le mettre à l’épreuve. C’est pourquoi il est nécessairement imparfait, n’étant pas conçu pour pouvoir satisfaire les désirs sans cesse grandissants de l’être humain. Cet ouvrage met en lumière la quintessence de l’existence et conduit l’homme à méditer sur le véritable monde auquel il appartient, à savoir celui de l’Au-delà.  
 











Le miracle de l'abeille

L’objectif de ce site est de présenter un miracle de la création d'Allah parmi d’autres. L'abeille est l’une des créatures sur laquelle le Coran attire notre attention. Dans la sourate an-Nahl, Allah révèle que les abeilles agissent à la lumière de Son inspiration:

[Et voilà] ce que ton Seigneur révéla aux abeilles : "Prenez des demeures dans les montagnes, les arbres et les treillages que les hommes font. Puis mangez de toute espèce de fruits, et suivez les sentiers de votre Seigneur, rendus faciles pour vous." De leur ventre, sort une liqueur, aux couleurs variées, dans laquelle il y a une guérison pour les gens. Il y a vraiment là une preuve pour les gens qui réfléchissent. (Sourate an-Nahl, 68-69)

En plus d’examiner les caractéristiques des abeilles, ce site examine aussi plusieurs autres questions, à savoir comment des dizaines de milliers d’abeilles sont capables de vivre ensemble dans la ruche sans difficulté, comment elles suivent les instructions et comment elles produisent le miel. A travers les versets du Coran, nous verrons encore une fois qu’il n’existe pas de "lutte pour la survie" arbitraire et aléatoire, ni dans la nature, ni dans la vie des abeilles, au contraire de ce que la théorie de l’évolution voudrait nous faire croire.


Desktop View