Harun Yahya

RAMADAN 2009, 14. JOUR











En vérité, Allah n’est point injuste à l’égard des gens, mais ce sont les gens qui font du tort à eux-mêmes.

(Sourate Yunus, 44)










Vous n'aurez pas la foi tant que vous n'aimerez pas pour votre frère ce que vous aimez pour vous-même !

Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim











LA COMMUNICATION DES FOURMIS

Le Coran indique, en rapportant un événement lié à l'histoire du Prophète Salomon (psl), que les fourmis ont un système de communication :

Quand ils arrivèrent à la Vallée des Fourmis, une fourmi dit : "O fourmis, entrez dans vos demeures, [de peur] que Salomon et ses armées ne vous écrasent [sous leurs pieds] sans s'en rendre compte." (Sourate an-Naml, 18)

Les recherches scientifiques sur les fourmis ont révélé que ces petits animaux ont une vie sociale très organisée et que ce type d'organisation exige la mise en place d'un réseau de communication très complexe. Le National Geographic rapporte par exemple que :

Enorme et minuscule à la fois, une fourmi est dotée de multiples organes sensoriels situés sur la tête, capables de capter des signaux chimiques visuels, indispensables aux colonies dont le nombre d'individus peut dépasser le million ou plus d'ouvriers, la majorité étant des femelles. Le cerveau est pourvu d'un demi million de cellules nerveuses ; les yeux ont une composition complexe ; les antennes font office de nez et de doigts. Des antennes situées sous la bouche constituent les organes sensoriels du goût ; les poils constituent les organes tactiles.1

Même si on ne s'en rend pas compte, les fourmis utilisent différentes méthodes pour communiquer, grâce à leurs organes sensoriels très sensibles. Elles utilisent ces organes à tous moments, aussi bien pour trouver des proies que pour se suivre mutuellement, pour construire leur nid aussi bien que pour "partir en guerre". Avec 500.000 cellules nerveuses renfermées dans un corps de 2 à 3 mm de long, elles possèdent un système de communication qui étonne les êtres humains.

Les réactions de ces animaux dans le processus de communication s'inscrivent selon plusieurs catégories spécifiques : l'alarme, le recrutement, les soins, l'échange de liquide buccal et anal, l'effet de groupe, la reconnaissance mutuelle, la détermination de la caste… 2 Les fourmis constituent une structure sociale ordonnée construite selon ces différents comportements. Elles mènent une vie basée sur l'échange d'information et n'éprouvent aucune difficulté dans l'accomplissement de cette tâche. Nous pourrions dire que les fourmis, avec leur système de communication sans faille, sont à cent pour cent efficaces dans des domaines où les humains se montrent parfois incompétents par manque de dialogue (par exemple : se rencontrer, partager, nettoyer, se défendre, etc.).

Les fourmis communiquent entre elles principalement grâce à des substances chimiques. Ces substances sémiochimiques, appelées phéromones, sont perçues par l'odorat et secrétées par les glandes endocrines. De plus, elles jouent un rôle important dans l'organisation de leurs sociétés. Quand une fourmi sécrète cette hormone, les autres fourmis détectent le message grâce aux systèmes olfactif et gustatif et y répondent. Les recherches effectuées sur les phéromones de la fourmi ont révélé que tous les signaux sont sécrétés selon les besoins de la colonie. La concentration de phéromone sécrétée varie en fonction de l'urgence des situations à proximité.3

Comme on peut le voir, les fourmis nécessitent une connaissance approfondie de la chimie pour exécuter toutes les tâches qui leurs incombent au sein de la colonie. Le fait que le Coran souligna ce fait il y a 1.400 ans de cela, à une époque où il n'y avait pas une telle connaissance des fourmis, est une autre de ses preuves scientifiques. (Voir Le miracle de la fourmi, Harun Yahya, Editions Al Madinah, Lyon, 2003)


______________________

1. National Geographic 165, no. 6, p. 777
2. Bert Hölldobler et Edward O. Wilson, The Ants (Cambridge, Harvard University Press, 1990), p. 227
3. Ibid., p. 244











La mort est proche

Les membres de la société profane sont fondamentalement ignorants, négligents et superficiels. Leur vie n’est pas basée sur la logique ou le sens commun. Au contraire, ils vivent avec des croyances vaines et fausses, et suivent des conjectures qui se terminent en erreur. Une de ces croyances concerne la mort. Ils croient que la mort est quelque chose dont on ne peut même pas en parler.

Ce qu’ils espèrent réellement est d’y échapper en l’ignorant. En n’y pensant pas, ils croient qu’ils peuvent l’éviter, exactement comme l’autruche qui met sa tête dans le sable afin d’échapper au danger. Ignorer le danger ne le fait pas disparaître. Au contraire, la personne en danger le rencontrera certainement, mais sans s’y être préparée, elle recevra un choc plus important – contrairement aux croyants qui réfléchissent et se préparent à cette réalité importante, qui a été expérimenté par tous les gens qui ont vécu. Allah, par conséquent, prévient les croyants dans le verset suivant :

La mort que vous fuyez va certes vous rencontrer. Ensuite vous serez ramenés à Celui Qui connaît parfaitement le monde invisible et le monde visible et Qui vous informera alors de ce que vous faisiez. (Sourate al-Jumua, 8)

 





La mort n’est pas un "désastre" qu’on doit oublier, mais une leçon importante qui apprend aux gens le vrai sens de la vie. Elle devrait donc être le sujet d’une réflexion approfondie. Les croyants réfléchissent à cette réalité avec sincérité et sagesse. Pourquoi tous les hommes vivent pendant un certain laps de temps et meurent ensuite ? Tous les êtres créés sont mortels, et cela montre qu’ils sont les serviteurs incapables et sans pouvoir d’Allah Qui est le seul qui possède la vie ; toutes les créatures sont venues à la vie par le décret d’Allah et mouront au bout du compte par Son décret. Allah dit à ce propos :

Tout ce qui est sur elle [la terre] doit disparaître, [Seule] subsistera La face de ton Seigneur, plein de majesté et de noblesse. (Sourate ar-Rahman, 26-27)

Tout le monde mourra, mais personne ne peut prédire ou et quand. Personne ne sait s’il va vivre encore plus ne serait-ce que pour la minute qui suit. Ainsi les croyants doivent se comporter comme s’ils allaient mourir à tout moment. Penser à la mort les aidera à augmenter leur sincérité et leur foi en Allah et ils resteront toujours conscients de ce qui les attend.

Dans le Coran, la signification de garder la mort à l’esprit est exprimée dans le verset suivant :

Et Nous n'avons attribué l'immortalité à nul homme avant toi. Est-ce que si tu meurs, toi, ils seront, eux éternels ? Toute âme doit goûter la mort. Nous vous éprouverons par le mal et par le bien [à titre] de tentation. Et c'est à Nous que vous serez ramenés. (Sourate al-Anbiya, 34-35)










Le Prophète Mohammad (pbsl) consultait les croyants

Conformément à un commandement d'Allah, le Prophète consultait les croyants et s’informait de leur opinion. Cela lui était en effet commandé par le verset suivant :

… Pardonne-leur donc, et implore pour eux le pardon (d'Allah). Et consulte-les à propos des affaires; puis une fois que tu t’es décidé, confie-toi donc à Allah, Allah aime, en vérité, ceux qui Lui font confiance. (Sourate Al ‘Imran: 159)

Une fois les croyants consultés, le Prophète prenait sa décision et s’en remettait à Allah pour l’issue de l’affaire. On ne doit jamais oublier que toutes les décisions sont connues à l’avance par Allah. Allah a déjà décrété toute décision ainsi que son issue. C’est un devoir religieux pour tout croyant que de consulter l’avis d’autrui avant de prendre une décision. Sachant cela, le Prophète consultait donc les croyants avant de décider quoi que ce fût, tout en abandonnant l’issue à Allah car il savait qu'Allah leur accorderait la meilleure issue possible.







Consulter l’avis d’autrui est une démarche qui ne peut être que bénéfique pour les musulmans. Tout d’abord, celui qui consulte autrui manifeste une bonne morale en faisant preuve de modestie. Prenons en effet l’exemple du Prophète, qui était l’homme le plus sage et le plus avisé de la communauté des croyants. Cependant, cela ne l’empêchait pas de recueillir l’opinion des autres sur la résolution de tel ou tel problème, et cette attitude montre à quel point il était modeste.

Les croyants doivent faire preuve de modestie en tout domaine et ne jamais se croire meilleurs que les autres. Ils gagneront à se consulter mutuellement. En imitant la pratique du Prophète, ils lui ressembleront progressivement et gagneront l’agrément d'Allah et des croyants en manifestant autant d’humilité et d’affection que lui-même en témoignait aux croyants. Ils doivent également éviter de tirer fierté de leur intelligence. Dans le Coran, Allah révèle que: “… et au-dessus de tout homme détenant la science il y a un savant [plus docte que lui]...” (Sourate Yusuf, 76), ce qui montre qu’une personne peut parvenir à de meilleurs résultats, non pas en comptant sur sa seule intelligence, mais en utilisant aussi l’intelligence les idées et l’expérience accumulées par autrui. Ainsi, en plus des ressources de son propre esprit, il disposera de celles de tous les gens qu’il a consultés. Le Prophète rappelait toujours aux musulmans qu’ils devaient se consulter mutuellement par ces mots :

Quiconque cherche l’agrément d'Allah et consulte autrui sera guidé de la meilleure manière dans ses affaires. (http://www.geocities.com/arabicpaper911/fiqh/s10.html)

Toute voie indiquée par Allah dans le Coran, et toute attitude prônée par le Prophète, sont les meilleures et les plus bénéfiques possibles. Consulter autrui en fait partie. Aussi est-il important de se familiariser avec les commandements d'Allah et de connaître le caractère du Prophète pour accomplir au mieux nos obligations religieuses et acquérir la vertu.












Récapitulation, une idée erronée

Ce qui est habituellement appelé la "théorie de la récapitulation" a depuis longtemps été supprimée de la littérature scientifique, mais est toujours présentée comme une réalité scientifique par certaines publications évolutionnistes. Le terme de "récapitulation" est une contraction de l'expression "l'ontogenèse récapitule la phylogenèse" avancée par le biologiste évolutionniste Ernst Haeckel vers la fin du 19ème siècle.

La théorie de Haeckel suppose que les embryons vivants reproduisent le processus évolutionnaire que leurs pseudo-ancêtres ont subi. Selon sa théorie, durant le développement de l'embryon humain dans l'utérus de sa mère, ce sont d'abord les caractéristiques du poisson qui se manifestent, puis ceux d'un reptile et enfin ceux d'un être humain.

Il a été prouvé depuis que cette théorie est complètement fausse. Nous savons maintenant que les "branchies" qui sont supposées apparaître durant les premières étapes de l'embryon humain sont en fait les phases initiales du canal de l'oreille moyenne, parathyroïde et thymus. Cette partie de l'embryon assimilée à la "poche du jaune d'ouf" s'avère être une poche qui produit le sang pour le nourrisson. La partie identifiée comme une "queue", par Haeckel et ses disciples, est en fait l'épine dorsale qui ressemble à une queue parce qu'elle prend forme avant les pieds.

Ce sont des faits universellement admis dans le monde scientifique et sont même acceptés par les évolutionnistes. Deux autorités du darwinisme, George Gaylord Simpson et W. Beck, ont reconnu :

Le principe évolutionnaire énoncé par Haeckel était erroné. Il est maintenant clairement établi que l'ontogenèse ne reproduit pas la phylogenèse.1









Avec ses dessins d'embryons falsifiés, Ernst Haeckel a trompé le monde de la science pendant un siècle.





Le texte suivant est l'extrait d'un article publié dans le New Scientist en date du 16 octobre 1999 :

[Haeckel] l'a appelé la loi biogénétique et l'idée est devenue célèbre sous le nom de récapitulation. En fait, il a été rapidement démontré que la loi de Haeckel était inexacte. Par exemple, le premier embryon humain n'a jamais été doté de branchies fonctionnelles comme un poisson et n'est jamais passé par des étapes qui le font ressembler à un reptile adulte ou à un singe. 2
Dans un article publié par American Scientist nous pouvons lire :

Il est certain que la loi biogénétique est morte et bien morte. Elle a été finalement expurgée des manuels de biologie dans les années cinquante. Et comme thème de recherche théorique sérieux, il est disparu dans les années vingt. 3

Un autre aspect intéressant de la "récapitulation" était Ernst Haeckel lui-même, un escroc qui a falsifié ses dessins dans le but d'appuyer la théorie qu'il proposait. Les contrefaçons de Haeckel prétendaient montrer que les embryons de poissons et humains se ressemblaient. Lorsqu'il s'est fait prendre, sa seule défense était de dire que d'autres évolutionnistes avaient commis des fautes semblables :

Après cet aveu de "contrefaçon" compromettant, je serais forcé de me considérer condamné et anéanti si je n'avais pas la consolation de voir à mes côtés, au ban des accusés, des centaines de camarades - parmi eux beaucoup d'observateurs des plus respectés et des biologistes parmi les plus admirés. La plupart des diagrammes des meilleurs manuels, traités et revues de biologie devraient encourir le même type d'accusation de "contrefaçon", car tous sont inexacts et sont plus ou moins altérés, schématisés et fabriqués. 4







Haeckel's fake drawings.






Dans l'édition du 5 septembre 1997 de la célèbre revue scientifique Science, un article publié révélait que les dessins d'embryon de Haeckel étaient le produit d'une supercherie. L'article intitulé "Embryons de Haeckel : la fraude redécouverte", disait :

L'impression qu'ils [les dessins de Haeckel] donnent, que les embryons sont tout à fait identiques, est fausse, dit Michel Richardson, un embryologiste de la Faculté de médecine de l'hôpital Saint George à Londres. Ainsi, lui et ses collègues ont fait leur propre étude comparée, réexaminant et photographiant les embryons qui correspondent approximativement, par espèce et par âge, à ceux que Haeckel a dessinés. Et surprise, les embryons "semblaient souvent étonnamment différents," rapporte Richardson dans le numéro du mois d'août de la publication Anatomy and Embryology. 5







Dans son édition du 5 septembre 1997, la célèbre revue Science publiait un article dans lequel elle révélait que les dessins de l'embryon de Haeckel avaient été falsifiés. L'article expliquait de quelle manière les embryons étaient en réalité différents les uns des autres.

 




Les dernières observations ont révélé que les embryons de différentes espèces ne se ressemblent pas, à l'inverse de ce que Haeckel avait essayé de démontrer. Les grandes différences entre les embryons des mammifères, des reptiles et des chauves-souris, ci-dessus, en sont un exemple évident.





La revue Science explique que pour être en mesure de montrer les embryons comme similaires, Haeckel a délibérément enlevé quelques organes de ses dessins ou en a ajouté certains imaginaires. Plus loin, dans le même article, l'information suivante est révélée :

Haeckel a non seulement ajouté ou omis des caractéristiques, selon Richardson et ses collègues, mais il a également faussé l'échelle pour exagérer les ressemblances des espèces, même lorsqu'il existait des différences allant jusqu'à 10 fois la taille. Haeckel va plus loin et brouille les différences en évitant de citer les espèces dans la plupart des cas, comme si un seul élément était représentatif de tout un groupe d'animaux. En réalité, Richardson et ses collègues ont remarqué que, même les embryons très proches, comme ceux des poissons, diffèrent beaucoup dans leur aspect et leur développement. "Ils (les dessins de Haeckel) semblent devenir un des plus célèbres trucages en biologie", conclut Richardson.6

L'article de Science poursuit son analyse sur la dissimulation des aveux de Haeckel depuis le début du siècle dernier et comment les faux dessins ont commencé à être présentés dans les manuels comme un fait scientifique :

Les aveux de Haeckel ont été égarés dès que ses dessins furent publiés dans un ouvrage de 1901 intitulé Darwin and After Darwin, et largement reproduits dans les textes de biologie en anglais.7

En somme, le fait que les dessins de Haeckel aient été falsifiés était déjà connu en 1901, mais le monde de la science a continué à en être trompé pendant encore un siècle.


______________________

1- G. G. Simpson, W. Beck, An Introduction to Biology, Harcourt Brace and World, New York, 1965, p. 241
2- Ken McNamara, "Embryos and Evolution", New Scientist, vol. 12416, 16 octobre 1999 (soulignement ajouté)
3- Keith S. Thomson, "Ontogeny and Phylogeny Recapitulated", American Scientist, vol. 76, mai/juin 1988, p. 273
4- Francis Hitching, The Neck of the Giraffe: Where Darwin Went Wrong, Ticknor and Fields, New York, 1982, p. 204
5- Elizabeth Pennisi, "Haeckel's Embryos: Fraud Rediscovered", Science, 5 septembre, 1997 (soulignement ajouté)
6- Elizabeth Pennisi, "Haeckel's Embryos: Fraud Rediscovered", Science, 5 septembre 1997 (soulignement ajouté)
7- Elizabeth Pennisi, "Haeckel's Embryos: Fraud Rediscovered", Science, 5 septembre 1997 (soulignement ajouté)














FOURMI AILEE

Age : 25 millions d'années

Localisation : République Dominicaine

Période : Oligocène







Les fourmis ailées remontant à 25 millions d'années ne présentent pas de différences avec les spécimens actuels. Identiques en dépit du passage de millions d'années, ces fourmis sont la preuve que l'évolution n'eut jamais lieu.

















FOURMI OUVRIERE

Age : 25 millions d'années

Localisation : République Dominicaine

Période : Oligocène







Les fourmis sont l'une des espèces les plus nombreuses sur terre. Les fossiles découverts démontrent que les fourmis sont les mêmes depuis des millions d'années et qu'elles n'ont jamais subi le moindre changement, donc qu'elles n'ont jamais évolué. Cette ouvrière datant de 25 millions d'années confirme ce point.


















COMMENT LES FOSSILES ONT RENVERSÉ L’ÉVOLUTION

Quand un être vivant apparaît sous la même forme qu'on pensait qu'il existait il y a des millions d'années, cela démolit toutes les fables évolutionnistes racontées à son sujet. Sa simple présence démontre qu'un organisme vivant qui, selon les affirmations des darwinistes, aurait du subir une évolution considérable après le passage de millions d'années, est resté d'une manière ou d'une autre en dehors de ce prétendu processus. De plus, cela prouve qu'à une époque où, encore selon les évolutionnistes, seules des formes primitives de vie devaient exister, des formes de vie pleinement développées, possédant des caractéristiques complexes et leurs propres structures uniques, prospéraient déjà. La créature que les évolutionnistes imaginent comme étant "primitive" n'est en fait rien de tout cela. En d'autres mots, on se rend compte de la nature trompeuse des conjectures concernant la "transition à partir d'un organisme unicellulaire", "une forme intermédiaire" et "une forme de vie primitive". Finalement, des preuves importantes montrent que le "processus d'évolution graduelle" n'est rien d'autre qu'un mythe.

Tous ces spécimens manifestent une seule vérité : les êtres vivants ne sont pas apparus selon le processus fictif de la théorie de l'évolution, mais ils ont été créés en un seul instant. Les êtres vivants actuels, avec toutes leurs caractéristiques parfaites, illustrant l’œuvre de l’Artiste Suprême qu’est Allah, possèdent exactement la même splendeur et la même perfection que leurs homologues qui existaient il y a des millions d'années. Une fois que toutes les spéculations et les affirmations évolutionnistes sont éliminées, le fait de la création s’impose – quoique d'une manière totalement inattendue par les évolutionnistes.     












Le cauchemar de la mécréance

Dans ce site, vous verrez comment les principes régulateurs reposant sur les normes morales apportées par le Coran, révélation d’Allah à l'humanité, pourront seuls bannir le cauchemar de la mécréance. Vous découvrirez comment le pessimisme, la corruption et le désordre social peuvent être éliminés de la société; comment l'individu peut aménager son environnement de sorte à le rendre idéal; quels sont les avantages spirituels et matériels qu'il tirera en suivant ces normes morales. Nous montrerons tout cela en détail, et l'on verra en fin de compte que les valeurs du Coran sont l'unique remède que l'on peut apporter à tous ces maux.   
 

Desktop View